Baisser les armes pour avancer

« I didn’t “come out;” I “fell in” »

«  Je n’ai pas eu à sortir de moi-même, plutôt à me retrouver »

Kathryn Budig

Cette traduction, du récent post de Kathryn Budig sur Instagram, est très personnelle. Elle y parle d’homosexualité quand, pour ma part, j’y vois une invitation à dédramatiser les étapes que nous traversons pour devenir la personne que nous sommes. Pourquoi toujours penser que nous devons nous battre pour réussir ? Toujours considérer que pour être soi, il faut forcément nager à contre-courant ? Et si, au contraire, il s’agissait de profiter du courant ? Un courant qui vient de nous. Notre force interne. Lui donner la place, toute la place, pour exister pleinement. Ne plus se contraindre à rentrer dans des cases réductrices et limitantes. Dernièrement, j’ai moi-même utilisé le mot « coming-out » en parlant de l’annonce que je voulais faire de manière officielle, au sein de mon réseau professionnel, sur ma nouvelle activité. Je ne l’ai pas encore fait, car je ne me sens pas prête. Comme si, justement, j’allais annoncer que je sortais du rang. J’annonçais que je prenais un chemin marginal, juste parce qu’il est différente de ce que j’ai fait jusqu’à présent. J’entrevois aujourd’hui, une autre façon de voir les choses. Je ne suis plus dans la marginalité, mais dans la simple expression de la personne que je suis, et que j’ai toujours été. Je m’autorise juste à montrer plus de facettes de ma personnalité. Je me recentre sur mes valeurs, mes priorités, mes passions.
L’intention de cette semaine est donc de partir à la découverte des endroits où nous nous escrimons à lutter pour avancer. Tenter une nouvelle approche, une autre posture, qui nous permettrait de profiter de cette force intérieure, pour l’aider à se déployer, avec simplicité.

Je vous souhaite une merveilleuse semaine à nager dans le sens du courant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *