La compétence de créer – C. Pépin

« Sauf à manquer de lucidité, nous ne serons jamais complètement rassurés. Il faut donc que notre compétence soit davantage que notre capacité à répéter ce que nous savons déjà faire. Elle doit devenir le terrain de développement de notre créativité. L’occasion d’une véritable présence à soi. »

Charles Pépin –  » La confiance en soi »

On a beau pester, moi la première, sur les conditions sanitaires actuelles et sur cette incertitude qui devient une constante, elle nous amène à des prises de conscience que je trouve assez universelles et essentielles. Pour ma part, c’est grâce à cette année passée à combattre ce virus, que j’ai compris l’importance, pour moi, de trouver un moyen d’apprécier l’inconnu et d’en tirer le meilleur. Me nourrir de cette vulnérabilité pour trouver un équilibre plus subtil, et aussi plus conscient.

Je ne dis pas que c’est facile, et que c’est un plaisir de tous les instants. Se remettre en cause, et chercher toujours de nouvelles manières de se réinventer, ne constituent pas chez moi, un mécanisme naturel et spontané. Je dis juste, que c’est un processus qui me rend vivante, et qui me fait progresser, bien plus concrètement, que tous ces moments où j’étais en contrôle, ces moments où j’étais une experte, une personne compétente.

Développer la confiance dans sa capacité à rebondir, plutôt que dans sa capacité à faire, telle ou telle action. Ça change tout. C’est un lâcher-prise vertigineux et excitant. Un saut en chute libre où l’on se surprend à atterrir, tout en délicatesse, dans un bonheur euphorique. Un bonheur, que l’on sait désormais possible, mais qui n’en devient pas pour autant systématique, et c’est ce qui en fait sa beauté.

Trouver en soi, suffisamment de sécurité pour oser tenter quelque chose de différent. Trouver dans le soutien de ses ami.e.s, de sa famille, de collègues bienveillants, suffisamment d’encouragements, pour essayer une autre façon de faire, de travailler, de s’amuser, de vivre, d’aimer.

Alors, à la veille d’annonces gouvernementales qui vont nous dicter de nouvelles contraintes, dont nous nous serions bien passé.e.s, je pense qu’il est important de nourrir cette part là de nous. Cette part de nous qui sait créer. Celle qui sait se réinventer et créer de petits trésors, avec presque rien, juste l’essentiel.

Je vous souhaite donc le courage et l’élan nécessaire à cette foi en la vie.

Belle semaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *