Excuse #2: Je dois d’abord me former à la dramaturgie

Celle la ne vous paraitra peut-être pas très « classique », mais dans mon cas personnel c’est une excuse qui me ressemble bien de par ma soif inextinguible d’apprendre!
Jusqu’a ce jour, que ce soit a titre professionnel ou personnel j’ai eu pas mal d’occasions de rédiger des textes, mais je m’aperçois en me lançant que cela n’avait rien a voir avec la structuration d’un récit, la prise en compte des points de vue ou la gestion des émotions du lecteur que l’on trouve dans l’écriture d’un roman.
Et la resurgit mon syndrome de l’imposteur qui, couplé à ma soif inextinguible d’ apprendre des nouvelles choses, donne une bonne formule de procrastination! Mais la ou la situation est fourbe c’est que je ne crois pas qu’il soit inutile de se former a la dramaturgie, bien au contraire. Je partage totalement la mentalité de l’approche anglo-saxonne qui pense que le fait d’écrire s’apprend. Mais la ou cela devient contre-productif c’est quand je me vois repousser mentalement l’écriture de mon roman après tel atelier ou après avoir lu tel livre…
NON NON NON je le sens bien: « il n’y a qu’en forgeant que l’on devient forgeron » et même si ce proverbe peut paraitre un peu désuet il est plus que jamais d’actualité! Je ne crois pas que l’on puisse faire l’économie d’écrire pour apprendre alors même si je n’ai pas toutes les cartes en main, le plus important reste d’avancer. Me poser des questions, trouver mes réponses pour que le jour ou je suivrai ce fameux atelier j’ai de la matière a apporter. A court terme j’ai clairement l’impression de perdre mon temps mais c’est un leurre: FAIRE est la seule façon de construire son Art, tout simplement.
Alors ne lachons rien, et ECRIVONS!

Hilarious Kermit The Frog GIF - Find & Share on GIPHY

VACANCES – Interlude Musical

Roooo la touriste!!!!
Et oui, ce n’est pas parce que je suis ici, de ce coté de l’écran, et vous de l’autre en train de me lire, que je ne vous entends pas!
Enfin, je veux dire: je présume de vos remarques, je les anticipe, je les imagine et je peux vous dire que vous avez tout juste! Oui oui, je m’en vais faire la touriste, mais pour ma défense je crois que c’est de saison et je ne devrais pas m’absenter trop longtemps de ce Blog passionnant qui vous tient en haleine depuis… peu! Mais « l’Amour n’attends pas le nombre des années » alors oui, je sais, vous êtes déçus que j’ose ainsi vous laisser le temps d’une semaine pour vivre pleinement la vacuité de mon existence. Mais je crois que c’est pour le meilleur. En fait je SAIS que c’est pour le meilleur. Je vais vous passer la description de mes fatigues diverses et variées, la liste des nombreuses attentes auxquelles ces quelques jours ne répondront de tout façon pas (ils ne le font jamais), pour vous l’annoncer comme ça, brut de décoffrage: Je pars en VACANCES et aucun contenu ne sera publié ici avant début Juillet!
Je voulais jouer la franchise et l’honnêteté car je vous estime déjà beaucoup (cf « L’Amour n’attends pas… ») mais aussi car je voudrais éviter de vous causer un quelconque désagrément si vous comptiez sur la désormais mythique « Citation du Lundi » ou bien attendiez avec impatience le fruit de ma créativité débordante en terme de procrastination.
En attendant mon retour, j’ai pensé qu’une Playlist Classique pourrait vous faire plaisir?! Un peu sur le modèle de la musique d’ascenseur que vous n’avez pas sollicité mais qui vous accompagne malgré tout dans vos pérégrinations quotidiennes. En effet, je saisis enfin l’intention derrière le choix parfois (souvent!) douteux de ce fond sonore: un interlude musical ne peut en rien gâcher ce silence initial qui s’annonçait de toute façon assez barbant! Je vous partage donc la quintessence de quelques morceaux de musique classique dont je ne me lasse pas. J’espère qu’ils feront passer ces quelques jours plus agréablement…

A très vite.

Aurélie

Procrastination vs Maturation

J’ai décidé de me mettre à mon roman sérieusement depuis le début du mois de Mai et j’avance assez bien mais j’ai une peur qui ne me lache pas et à laquelle j’ai d’ores et déjà consacré une rubrique dédiée : la Procrastination! Je me rends bien compte que c’est l’ennemi #1 de l’écrivain en devenir et le mien en particulier puisque cela fait tout de même plus de 2 ans que j’ai commencé ce récit…
Pourtant, je sens actuellement qu’il se passe autre chose de plus que le simple fait de remettre mon travail au lendemain. Qu’en parallèle de la rédaction effective de mon texte je cogite, je m’interroge et je réorganise ma façon de concevoir l’écriture, en toile de fond, sans faire mine d’y toucher. Ça infuse malgré moi et je ne contrôle pas du tout ce processus!

Jusqu’a ce jour, je ne m’autoriserais tout simplement pas a écrire pour créer un roman malgré l’envie qui est la depuis longtemps. Depuis peu, j’ai donc passé le cap de lâcher cette interdiction liée à des croyances obsolètes. Mais en me lançant dans l’action je me rends compte que j’ai aussi besoin de lâcher cet « amateurisme » dans ma façon de me lancer dans l’écriture ou je me dis: « fais ce que tu peux sans te prendre la tête ». Mais même si je pense qu’il est indispensable de débrancher au maximum le juge interne qui bloque littéralement la création (aka Bertha pour ceux qui suivent!), je m’aperçois que je lâche en même temps une forme de discernement constructif sur mon travail, cette exigence stimulante qui me permettrait d’écrire dans de meilleures conditions. C’est comme si je m’ESSAYAIS a l’écriture plutôt que d’ECRIRE, et c’est TRES different car il me semble que je n’utilise pas mes capacités pleinement.

En écoutant des podcasts sur l’écriture (je vous prépare un post très prochainement sur mes ressources concernant l’Ecriture), je me rends compte que je suis très novice dans ma façon d’appréhender la rédaction de mon texte. J’ai besoin de murir mon approche. Cela passe sans aucun doute par des moments d’écriture, mais aussi par des moments de prise de recul ou je peux souffler, laisser mon texte reposer, mon histoire telle que je l’envisage se dénouer. C’est comme si mon texte avait d’abord besoin de prendre forme dans ma tête avant de pouvoir la déverser sur le papier/écran de mon ordinateur.
Ça vous parle? Ça vous fait ça à vous aussi? Ou bien c’est moi qui suis en train d’inventer une nouvelle forme de procrastination autorisée?! ;p