A LA UNE

Je veux être rock !

Dans mon enfance, je n’ai jamais été particulièrement fan d’un chanteur ou d’une actrice au point de placarder son poster partout comme j’ai pu le voir dans la chambre de certaines de mes amies de l’époque. En devenant adulte, je m’aperçois que je trouve plaisir à admirer des personnalités qui m’inspirent et que je regarde avec envie en me disant :

« ohlala, ce que j’aimerais être comme ça » !!

Moi idéaliste qui s’emballe

Ça peut-être pour un tas de raisons. Un style vestimentaire, un tempérament affirmé, un esprit créatif,… Ces personnes font quelque chose que je ne m’autorise pas, et je prends plaisir à les observer. En psy, on appelle ça une projection, et dans ma vie, j’appelle ça une muse. Ces personnes, en grande majorité des femmes, stimulent ma créativité. Mais force est de constater qu’elles sont plus que cela. Au fil des années, elles ont fini par constituer une sorte de matière première à la construction d’un moi idéal. Un peu de la verve de Virginie Despentes, de l’humour de Florence Foresti, de l’audace d’Adèle Haenel, de la créativité d’Alicia Keys,… Des bouts de femmes que j’aurais assemblés un peu à la Frankestein et que j’ai érigées en modèle sans trop m’en apercevoir. Je pensais naïvement que cet idéal constituait un objectif positif à mon développement. Pourtant, plus je cherche à concrétiser mes rêves en tant que #auteurdemavie et plus je me rends compte combien cet idéal est un faux-ami.

Pénélope Bagieu est l’une de ces muses. Au delà de son travail de dessinatrice de BD, ce que j’aime chez elle, c’est son état d’esprit. Une nana engagée dans les valeurs de féminisme, d’humanisme et qui sait garder beaucoup d’humour dans sa façon de s’exprimer. Et même si je n’ai pas épinglé de posters d’elle nulle part chez moi, je dois reconnaître que je ne loupe pas une de ses interviews ou un Podcast dans lequel elle est invitée. Il y a quelque temps, je regarde une émission qui lui est consacrée dans laquelle je la vois parler avec beaucoup de passion de musique, et principalement de Rock. Ni une ni deux, mon « mode groupie » s’active et comme je suis en phase avec elle sur beaucoup de ses valeurs, je rajoute le Rock comme un idéal de musique à connaître. Surtout que je me rappelle les propos passionnés d’une autre de mes icônes, Virginie Despentes, sur le même sujet. Je me dis que, moi aussi, j’aimerais être Rock’n’Roll. Plus j’y réfléchis et plus je trouve que ça a de la gueule ! C’est pas pour rien que les ados tapissent leur sac à dos de groupes de Rock. Mais qu’est-ce que j’ai foutu, comment j’ai pu passer à coté de ça ?

« Moi aussi, je veux être rock ! »

Moi idéaliste convaincu et enthousiaste

Bon, il faut bien que je le reconnaisse, je ne connais rien au rock. Bien sûr, les noms de Nirvana, de Led Zeppelin et des Rolling Stones me disent vaguement quelque chose, mais je doute de n’avoir jamais écouté plus d’une ou deux de leurs chansons. Je décide de remédier à ce trou impardonnable dans ma culture personnelle. Je vais nourrir la part Rock’n’Roll en moi, et pas plus tard que maintenant ! Je file sur Spotify et je change d’ambiance, je m’abonne à plein de Playlists, je vais me faire une culture Rock, digne de ce nom. Mon idéal me porte, mon idéal m’élève. Mon idéal m’emporte vers de nouvelles contrées. Je suis attentive, à l’écoute, enthousiasmée à l’avance de m’abreuver à la coupe de ce nectar inédit. Les morceaux défilent et je me surprends agréablement à connaître quelques-uns de ces morceaux. Les Playlists s’enchaînent, la vie reprend son cours, désormais accompagnée d’une toute nouvelle bande son. Au bout de quelques jours, je suis en train de cuisiner immergée dans ma nouvelle atmosphère musicale lorsque ça me percute… Un truc m’agace, un truc m’horripile en fait, et tout à coup, je prends conscience que c’est cette musique!

« Je n’ai qu’une envie, c’est de FAIRE TAIRE mes enceintes ou bien de changer de station ! »

Moi idéaliste dérouté

Je commence à paniquer et je décide de passer la chanson en question, je me dis que tout n’est pas bon dans le rock. Dans les jours qui suivent, j’avance rapide, je tergiverse, je résiste. Malgré tous mes efforts, le verdict fini par tomber, impitoyable :

« Je n’aime pas le rock.»

Mon vrai Moi

Forcément, je suis déçue. Je ne colle plus à mon idéal. Je ne deviendrai jamais cette femme rock & cool dont j’ai rêvé. Ça avait l’air si parfait dans ma tête, Pénélope avait l’air si convaincue ! Oui, mais Breaking News: je ne suis PAS Pénélope Bagieu, je suis moi. Avoir des muses pour m’inspirer est une chose, mais vouloir m’identifier à elles en est une autre.

« Aimer le Rock, ou bien la peinture pré-raphaélite italienne, n’est ni bien ni mal. »

Vrai Moi soulagé

C’est juste l’expression d’une sensibilité personnelle. Et la mienne n’est juste pas touchée par le rock. Vouloir coller à un idéal m’a fait perdre de vu l’essentiel : moi. L’idéal n’est qu’une construction intellectuelle influencée par les regards extérieurs. Notre sensibilité personnelle réside en nous-même. Qu’est-ce qui me fait vibrer ? Qu’est-ce qui me touche ? Ce sont des questions fondamentales lorsque l’on cherche à aligner sa vie avec ses valeurs. Les muses nous donnent des indices sur ce qui stimule notre créativité, mais ne peuvent pas répondre à notre place. Elles accompagnent juste notre chemin identitaire. Nous sommes les seuls à détenir les clés nous permettant de déployer notre propre potentiel. Depuis, j’ai retrouvé mes Playlists RnB, Funk, Pop, et je peux vous dire que ça, ça n’a pas de prix !! <3

« Soyez vous-même, les autres sont déjà pris »

Oscar Wilde
A LA UNE

« Go with the flow » – B. Burchard

« Suivre le courant » ne veut pas dire se désengager de la vie et attendre de voir ce qu’il se passe. Cela signifie au contraire s’engager activement dans ce qui est, à cet instant précis, et ce que nous avons l’intuition de devoir faire. Cela veut dire nager dans le courant, et se sentir autant responsable de notre progression que la force du courant qui nous entraîne. »

« Go with the flow » does not mean you disengage from life and just see what happens. It means that you fully engage with what is here now and what you feel you are being called to do. It means dance with the flow, and as a partner in that dance you are equally in charge of that next steps. »

Brendon Burchard

Le « lâcher prise », voila une notion qui me donne du fil à retordre depuis que je suis à mon compte et que je souhaite déployer ma créativité. Je sais intellectuellement que cette notion est essentielle, mais pour une personne dans le contrôle, difficile d’appréhender ce que cela implique concrètement. Pourtant, récemment, j’ai eu la sensation d’avoir un déclic et la définition de Brendon Birchard explique parfaitement la compréhension que j’en ai aujourd’hui. Je ne comprenais pas comment me sentir forte et engagée en « suivant le courant ». Cette formule me semblait paradoxale. Je pensais que le fait de me « laisser porter » constituait forcément une attitude flemmarde et passive ! En réalité, je n’avais pas compris que le courant donne une direction et que son énergie n’est là que pour soutenir mes propres efforts. Cette découverte m’a libéré d’un grand poids, celui de devoir choisir entre, me montrer active et volontaire, ou bien de faire confiance passivement. Aujourd’hui, j’ai compris qu’à partir du moment où je saisis le sens du courant dans lequel je semble m’épanouir, je dois me servir de cet élan d’énergie pour redoubler d’efforts et ainsi en amplifier les effets de manière presque miraculeuse. Cette semaine, j’ai la sensation que mon frêle esquif, celui qui transporte mes nouveaux projets (ateliers, roman), arrive à l’embouchure de la mer et une certaine anxiété refait surface. Une fois lancée au large, saurais-je encore déceler les courants ? Serais-je en mesure de trouver la direction à suivre ? Je nous souhaite à toutes et à tous une semaine à l’écoute de ces courants. De trouver les meilleures conditions pour percevoir d’où vient le vent et comment il sert, ou non, notre progression. Être en mesure de discerner le flow qui nous porte dans la direction qui nous aide à grandir sereinement et dans la joie.

Une belle semaine en perspective !!

Leonardo Dicaprio Love GIF - Find & Share on GIPHY
A LA UNE

Le journal d’Anne Franck & le rapport à l’écriture

Ce n’est plus un secret, j’aime le journal. Celui que l’on écrit à la main. Celui que l’on écrit pour soi. Au fil des ans, c’est une pratique qui m’a tour à tour rassurée, nourrie, libérée, et notre histoire continue… C’est donc tout naturellement que j’aime partir à la découverte des journaux d’autres personnes, et j’ai très envie de vous en parler. Aujourd’hui, je commence par l’un des plus connus, mais aussi l’un des plus émouvants : le Journal d’Anne Franck.

C’est la deuxième vidéo que je vous fais sur mes lectures, et je me rends compte que je n’ai pas particulièrement envie de vous faire une chronique littéraire classique, mais plutôt de vous partager ce que la lecture de l’ouvrage en question m’a apporté. Mon interprétation de cette lecture, ma vision personnelle. Pour celui-ci, j’ai pris ma casquette d’écrivaine en herbe pour vous parler de ce que le Journal d’Anne Franck m’a révélé sur le rapport à l’écriture et à la création.

Je ne résiste pas à l’envie de vous partager quelques passages du Journal qui m’ont particulièrement marqués.

  • intuition, anne franck, auteurdemavie.com

Ce journal, comme beaucoup, est un trésor. Plus que le témoignage d’une époque, il est rempli d’une sagesse intuitive et simple. Celle qui réside en chacun de nous et que le journal aide à révéler.

J’espère que cela vous aura donné envie de le lire, et peut-être, d’écrire votre propre journal ! 😉

Très bon WE !!

A LA UNE

Un trésor de famille – Episode 13

Pour ceux qui auraient loupé le début de l’histoire.

Mégane et Hector avancent maintenant d’un bon pas. Régulièrement, ils regardent la carte au trésor pour s’apercevoir que l’ombre avance bien en même temps qu’eux. La « tache » se déplace, doucement et inéluctablement, vers le milieu du triangle, là ou une croix marque l’emplacement du fabuleux trésor.
– Nous ne devrions pas tarder, Hector, tu vois quelque chose ?
– Non, la tour noire qui nous sert de repère est le seul bâtiment que je vois à la ronde. À part ces marécages, je ne vois pas grand-chose et je commence à en avoir plein les pattes de marcher dans l’eau salée !
Mégane soupire. Elle sent le découragement la gagner peu à peu.
– Et si le trésor n’existait pas ? Et si Grand-mère avait inventé cette histoire pour me distraire ?
– Alors c’est une histoire qui persiste, car je sais que ta mère et ta Grand-mère l’ont aussi cherché au cours de leur enfance. Je les ai accompagnées dans les différents mondes. Il existe. J’en suis persuadé.
– Oui, moi aussi, tu as raison. Je ne vois juste plus où chercher… Surtout que nous y sommes. En plein à l’emplacement du trésor. Et que voyons nous ?
– Rien. Il n’y a rien, à perte de vue.
– Exactement…
– …
– Là ! Une cabane !
– Une… Quoi ? Mais cette cabane n’était pas là il y a deux minutes….
– On s’en moque, l’important, c’est qu’elle soit là maintenant ! Viens Mégane, allons voir ce qu’il en est.

Mégane et Hector courent en pataugeant dans les flaques salées. Une jolie masure se tient effectivement sur le bord de l’un des bassins. Elle est partiellement cachée par des herbes hautes, mais pas au point de passer totalement inaperçue. Son apparition reste bien mystérieuse…
La porte est en bois, les murs blanchis à la chaux, le toit en chaume. Pas plus grand qu’une cabane de pécheur. Un pécheur qui se serait perdu en plein cœur des terres des marais.
– La porte n’est pas fermée à clé.
Hector pousse doucement la porte et rentre le premier. Mégane hésite un instant à le suivre, mais elle ne peut pas renoncer si proche du but. Hector et Mégane se retrouvent seuls dans cet endroit étrange. Hector renifle l’air comme s’il pouvait en filtrer des indices. L’intérieur de la cabane est très sommaire. Une pièce unique, inondée de la lumière rougeoyante du soleil couchant. Elle est très simplement meublée d’un lit une place, d’un petit bureau et d’une cheminée en pierre qui semble servir de cuisine, car des casseroles y sont suspendues au-dessus des braises encore chaudes. Une ambiance douce et accueillante. Les regards de Mégane et d’Hector sont tout de suite attirés par quatre boules à neige qui sont reparties sur le manteau de la cheminée
– Des boules à neige… La seule déco de la pièce, des boules à neige ?
Hector ne répond pas, tous les sens aux aguets, il a un mauvais pressentiment.
Mégane se saisit de l’une d’elle pour y découvrir la statuette d’une petite fille, emmitouflée dans un gros manteau. Elle secoue la boule et des flocons dorés se mettent à virevolter partout.
– Repose ça, il faut qu’on sorte tout de suite !
Mégane alarmée par le ton péremptoire d’Hector lâche la boule qui s’écrase au sol avec fracas et avant qu’ils aient pu esquisser un mouvement, la petite fille au manteau apparaît juste à coté d’eux…

Mégane et Hector sont tétanisés. La fillette se tient debout, son visage tourné vers les morceaux de verre brisés. Elle ne bouge pas. Pendant un instant, pas un bruit ne se fait entendre. Sans s’en apercevoir, Mégane et Hector ont tout deux arrêté de respirer. Et quand, enfin, ils osent à nouveau prendre une respiration, la fille prend conscience de leur présence et se réfugie dans le coin le plus éloigné de la pièce.
– Qui êtes-vous ? Que me voulez-vous ?
La fillette semble paniquée, mais Mégane et Hector le sont tout autant ! Ils se ruent d’un bond unanime vers la porte d’entrée au moment même où celle-ci s’ouvre avec vigueur sur Archie et Adrien. Les deux frères ennemis entrent, le sourire aux lèvres, apparemment ravis de trouver les deux acolytes dans la cabane.
– Alors alors, on fait connaissance avec la famille ?
Mégane et Hector sont pris au piège. Dans un acte de défense désespéré, Hector saute au visage d’Archie qui le stoppe sans effort d’une main, comme s’il s’attendrait à son attaque.
– Du calme les amis. On peut peut-être se parler entre personnes civilisées avant d’en venir aux mains ?
– Quel mauvais coup avez-vous encore fomenté tous les deux ? Qui est cette fille avec son chat ?
– Eugénie, très chère, vous pourriez apprécier l’opportunité unique que nous vous offrons de faire la connaissance de votre arrière-petite-fille ! Je vous présente Mégane. Mégane, voici Eugénie, la mère de ta Grand-mère Abigaël.
Les deux fillettes se dévisagent maintenant, incapable de formuler un son pendant plusieurs minutes.
– Oh Seigneur… C’est la catastrophe ! Fini par soupirer Eugénie.
– Tout est une question de point de vue, très chère, Adrien et moi sommes assez satisfaits de la situation. A vrai dire, le ram dam qu’a causé votre arrière-petite-fille dans nos mondes, nous a même permis de nous réconcilier !
– Une si belle occasion, renchérit Adrien en sortant la plume magique de son sac.
Une lumière bleutée envahit alors la pièce et le temps se fige, une nouvelle réalité se diffuse, tel un parfum mystérieux, entre les différentes personnes présentes.
– La question maintenant, est de savoir ce que nous allons bien pouvoir inventer pour nous amuser ?! Adrien jubile en se saisissant d’une feuille de papier blanc…

La suite des aventures d’ici une quinzaine de jours…

A LA UNE

Atelier BUJO, lancement douceur

Depuis le temps que je vous en parle, je me lance enfin. Alors, je vais emprunter du vocabulaire de mon ancien taf, déjà parce que ça fait un clin d’œil à mes ancien.ne.s collègues (Big up, je pense à vous !), mais aussi parce que ça me fait plaisir : nous allons partager ensemble un moment particulier, presqu’intime, entre initiés, celui du « soft launch », autrement dit, le « lancement douceur ». 🙂

Pour celles et ceux qui n’ont pas pris l’option marketeux/franglais pendant leurs études, sachez que ce n’est pas grave, je vais tout vous expliquer. Alors voilà, après des semaines de tournages chez moi, face à mon iPad, à paramétrer mes petites campagnes Mailchimp, arrive enfin l’heure tant attendue de tout mettre en ligne et de tester mon Atelier Bullet Journal Gratuit avec les plus aventureux d’entre vous qui se sont déjà inscrits à ma Newsletter. Pour les petits retardataires qui adorent tester les nouveautés en avant-première, il n’est évidemment pas trop tard. Je vous encourage à aller sur la Page Atelier sur laquelle vous trouverez toutes les infos nécessaires pour vous inscrire.

« Soft Launch » cela veut dire que, volontairement, je ne fais pas (encore) une communication massive sur l’atelier pour me donner le temps d’échanger avec celles et ceux d’entre vous qui le souhaitent, afin de peaufiner cet atelier. N’hésitez pas à me contacter ateliers@auteurdemavie.com si vous rencontrez des difficultés à n’importe laquelle des étapes depuis votre inscription à la Newsletter. Cette phase est faite pour trouver des solutions à tous les potentiels problèmes que vous pourriez rencontrer. En parallèle, sachez que j’ai également préparé une Page FAQ (les questions les plus fréquentes) afin d’anticiper quelques-unes de vos questions.

« Soft Launch » cela veut également dire que j’attends de vous que vous soyez doux avec moi. 😉
J’ai prévu un petit sondage, qui arrivera dans votre boite mail en toute fin d’atelier, pour vous demander votre opinion sur votre expérience. Tout retour de votre part est précieux pour moi, afin de pouvoir améliorer le contenu de futurs ateliers, et je remercie par avance, toutes celles et tout ceux, qui prendront le temps de répondre à mes questions. Je tenais néanmoins à vous rappeler la consigne de bienveillance, qui s’applique dans tout processus de feedback. Un retour constructif commence toujours par ce que vous avez aimé, puis dans un deuxième temps seulement, s’attache à ce qui, selon vous, pourraient être améliorés. Il ne s’agit pas ici de vous dissuader de vos retours critiques, car je sais combien ils sont précieux, mais en réalité, ils le sont tout autant que vos encouragements. C’est la base de la pédagogie blanche qui prend le contre-pied de la pédagogie noire qu’ont subit nos grand-parents, et même nos parents, et dont nous payons encore le prix aujourd’hui en terme de manque de confiance et d’estime de soi. Soyons doux les uns avec les autres, les messages passent tout aussi bien lorsqu’ils sont dits en prenant soin de l’autre. <3

Enfin, « Soft Launch » ça veut aussi dire que j’ai envie de vous choyer. Vous êtes mes premiers participants, mes cobayes, et je vous prépare un petit cadeau dans la première Newsletter que je devrais vous envoyer dans la semaine. J’y rassemble les petits trésors que j’ai pris le temps de ramasser sur le bord de mon chemin ces derniers mois, pour m’inspirer et pour vous partager. J’espère qu’ils vous plairont autant qu’à moi.

En attendant, je vous partage la chanson que j’ai choisie pour accompagner ce petit moment d’éternité.

A très vite,

FA.