A LA UNE

Le mot du WE : ANCRAGE

Ce mot, il y a encore quelques années, je ne le connaissais pas. C’est en travaillant sur moi, par le biais de la thérapie, du yoga, que j’ai commencé à entendre parler d’ancrage, et cette découverte à elle seule a été une révélation. Une ancre, c’est un point de repère, c’est un appui, une prise à laquelle se raccrocher lorsque l’on perd pied dans les tumultes de la vie. Pendant longtemps, j’ai pensé que cette sécurité, je l’avais trouvé auprès de mes proches, avant de les perdre, et de me rendre compte, des années plus tard que, comme moi, ils faisaient partie de ce vaste océan qu’est la vie. J’ai compris que le seul endroit possible pour développer son ancrage, c’est à l’intérieur de nous. Se créer un endroit secret et intouchable dans lequel on est parfaitement en sécurité, quelles que soient les circonstances extérieures.

J’ai parfois l’impression que mon lieu d’ancrage est un mirage. Je crois l’avoir trouvé, cet oasis de verdure dans laquelle je me désaltère à la fraîcheur d’une source, pour découvrir, le jour suivant, qu’il a complètement disparu et que je me débat dans un désert de sable. Car l’ancrage n’est pas une destination fixe, plutôt un chemin d’équilibre qui nous pousse à nous recentrer sur nous, sur le présent, sur ce qui nous tient à cœur. Si l’ancrage était un animal, je pense que ce serait une tortue. Cet animal lent et paisible, capable de se réfugier à tout instant sous la protection de sa carapace. La tortue se déplace à son rythme et porte avec elle tout ce dont elle a besoin pour vivre n’importe où. Je l’envie, car cette confiance, je suis loin de la percevoir en toutes circonstances. Et si je vous en parle aujourd’hui, c’est que j’ai le sentiment de l’avoir un peu perdu depuis quelques semaines.

Comment je sais que je perds mon ancrage ?
Il y a tellement de signes, mais les plus marquants pour moi sont :
– Quand je ne prends plus soin de mes besoins primaires : un temps de sommeil suffisant, des pauses déjeuner/diner où je prends le temps de cuisiner des plats équilibrés, que je saute des repas
– Quand je lâche ma pratique sportive,
– Quand je ne sors plus de chez moi (overdose d’introversion !)
– Quand je retombe dans mes addictions : regarder des séries ou des vidéos You Tube jusqu’à pas d’heure,
– Quand je remplis frénétiquement tous les vides que je perçois : il n’y a plus de silence car j’écoute musique et Podcasts non stop, il n’y a plus de temps morts car je ne m’accorde plus aucune pause, je n’ai plus une seule soirée seule chez moi, mon agenda est blindé.
– Quand mon niveau de stress augmente sans raison apparente
Si je regarde objectivement ces indices, je crois qu’actuellement, j’estime mon niveau d’ancrage actuel autour de 50%, ce n’est pas encore la cata, mais je me sens dériver, partir avec le courant. Je ressens le besoin de faire quelque chose, avant que les courants m’amènent, malgré moi, vers des contrées inhospitalières, qui se matérialisent pour moi sous la forme d’angoisses qui montent crescendo jusqu’à devenir vraiment paralysantes.

Comment je retrouve mon ancrage ?
J’imagine que chacun trouve les activités qui fonctionnent selon sa propre sensibilité. Pour ma part, cela tourne beaucoup autour de réactiver la connexion à mon corps et à la Nature.
– Marcher en forêt, en montagne, retrouver la compagnie des arbres
– Sortir de chez moi,
– Faire du yoga, méditer
– Ecrire dans mon journal
– Jardiner, toucher la terre, observer les plantes qui poussent, les chouchouter
– Faire du ménage, ranger, trier
– Prendre le temps de cuisiner un plat pour moi, ou pour des amis
– Sortir mon appareil photo pour partir à la découverte de ce qui m’entoure
– Dormir, manger, respirer en écoutant mes besoins

Ce WE, je vais donc prendre le temps de trouver, parmi ces activités, ce qui me ferait le plus de bien. Retrouver le lien avec mon oasis perdu. Et vous, où en êtes vous dans votre ancrage ? Qu’est-ce qui vous permet de garder votre équilibre au quotidien ?

Je vous souhaite un WE ressourçant sur tous les plans !

A LA UNE

Réaliser ses rêves : enfer ou paradis?

Quoi de neuf dans le monde de l’entrepreneuriat cette semaine ? Presque rien. Juste le fait que je me sois lancée dans le plus fou des projets, celui qui me met dans un état d’excitation digne des veillées de Noël de mon enfance, ET me terrifie depuis des années : me filmer pour produire des vidéos !

Je n’ai plus de télévision chez moi depuis longtemps, et c’est assez naturellement que You Tube a pris sa place. J’y trouve tout le contenu dont j’ai besoin. Je peux choisir mes sujets, mon timing et surtout, j’adore découvrir tout cela par le biais d’un regard amateur comme le mien. Je ne rechigne pas devant un bon documentaire bien réalisé, mais j’avoue que je reste fascinée par la passion que savent dégager les gens ordinaires. J’ai toujours regardé ces vidéos avec un mélange d’envie et d’excitation. Car voir d’autres personnes créer me stimule énormément. Et voir autant de personnes diffuser leur propres vidéos rend le processus tellement accessible.

Dans mon entourage, je parle de faire des vidéos depuis des mois, mais je ne me lançais pas. Qui a t’il de plus engageant que de faire des vidéos ? Mon visage, face à l’écran, pour parler d’un sujet que j’ai choisi? Beaucoup trop personnel, beaucoup trop effrayant.. Et pourtant, semaine dernière, j’ai décidé d’intégrer le format vidéo à cet Atelier Bullet Journal dont je vous parlais. Six vidéos au total, une pour vous présenter l’Atelier dans son ensemble et une vidéo pour chacun des 5 jours que j’ai prévu pour le déroulement de l’atelier. Qu’est qui m’a décidé ? Le niveau d’envie, qui dépasse enfin mes peurs. Et puis aussi la conviction que ce qui m’attire doit forcément faire partie de mon chemin.

« Tout ce que tu as toujours voulu est de l’autre côté de la peur ».

George Adair

Aux vues de mes premières expériences, je ne pense pas vous annoncer prochainement l’ouverture de ma chaine You Tube. Créer des vidéos, c’est loin d’être simple, et puis je vous confirme que c’est aussi effrayant de prêt que ça l’était de loin ! Ce dont je me rends compte, c’est que tenter de réaliser l’un de mes rêves, c’est forcément égratigner mon fantasme. Celui dans lequel tout est toujours parfait. Dans mon rêve, je m’exprime avec facilité, trouve mes mots avec aisance, n’ai aucun tic de langage… Bref, je suis cette version de moi-même qui sait tout faire parfaitement et brille par sa maîtrise. La réalité ? Et bien, c’est que je suis comme tout le monde et que j’ai besoin d’apprendre. J’ai, par exemple, constaté avec stupeur que je me sens rouillée pour parler… Ce qui me semble tout de même incroyable, compte tenu de ma réputation internationale de bavarde professionnelle ! Lorsqu’il s’agit de babiller sur des sujets variés avec mes ami.e.s, je suis un vrai moulin à paroles, mais lorsque je me colle devant une caméra, je me transforme à cette créature imparfaite que j’avais si peur de dévoiler ! Je ne vois plus que les défauts. Cette personne au vocabulaire limité, qui écorche les mots, et les assemblent selon une logique nouvelle et pas forcément compréhensible. Je redécouvre la posture de l’apprenti, celui qui « cent fois sur le métier doit remettre son ouvrage ».

Mais vous savez quoi ? C’est amusant. C’est une nouvelle expérience, qui me réveille régulièrement en pleine nuit avec de nouvelles idées. Elle me nourrit, elle me stimule. Je trouve ça étrange, ce mélange de peur et d’enthousiasme pour un sujet que je maîtrise si peu. Sans doute l’attrait de la nouveauté ? Ou bien les bienfaits de créer ? D’écouter ses besoins, en dépassant ses propres jugements ? Juste « Oser » ? Déjà 3 vidéos de terminées sur 6… Je compte sur votre bienveillance, sachant que la personne la plus susceptible d’être sans pitié, c’est moi ! Et si je me donne le bénéfice du doute, pour une fois, pour me concentrer sur le plus important : faire de mon mieux, pour être un jour en mesure d’explorer, avec vous, où tout cela nous mène.

Alors, prêts à découvrir une nouvelle facette de mon petit business ? À très vite.

A LA UNE

Je suis douée en sport !

Vous le savez, je porte une attention particulière aux histoires, et en ce moment, je m’intéresse de plus près à celles que je véhicule sur moi. Il y a les histoires qui me rassurent, celles qui m’encouragent, mais aussi, parfois, des histoires obsolètes que je continue de colporter à mes dépens. Cet article, j’étais à deux doigts de l’intituler « Je suis nulle en sport », car tel est le scénario qui se joue dans ma tête depuis le collège. Pourtant, quand je prends un peu de recul, je constate que j’apprécie de me bouger, que j’ai plutôt une bonne endurance et une tonicité naturelle, qui, si je les utilisais à leur juste mesure, pourraient me permettre de déployer une pratique sportive épanouissante. Pourtant, sous couvert d’une auto dérision à laquelle je me suis habituée, je m’aperçois que je participe activement à faire perdurer, malgré moi, des pensées limitantes. Et le trait d’humour passé, je me rends compte qu’il reste toujours quelque chose de ces mots, exprimés sans vraiment les penser.

« Que vous pensiez être capable ou ne pas être capable, dans les deux cas, vous avez raison »

Henry Ford

Depuis quelques années maintenant, je fais du Yoga de manière régulière et cette pratique m’a fait énormément progresser dans la conscience de mon corps et de ses capacités. Je me suis notamment pas mal améliorée en matière de souplesse , mais il reste, malgré moi, un sujet sur lequel je n’évolue pas, c’est celui de la force physique. Et le plus étonnant, c’est qu’à chaque fois que je pourrais avoir l’occasion de la développer, mon mental abdique souvent bien avant que mon corps ait montré ses limites. Mon mental me renvoie ce message qui me semble de plus en plus aberrant :

«  tu es faible physiquement, et surtout, tu n’es pas capable de développer de la force »

D’où me vient cette idée? Et surtout, pourquoi continuer de l’entretenir alors que, manifestement, elle m’empêche d’aller de l’avant et de déployer un potentiel qui reste inexploité ?

Nous parlions ce WE avec une amie, de l’importance du mental dans la pratique sportive, et elle me relatait un épisode de Kohlanta qui l’avait particulièrement marqué. Si vous êtes un adepte de l’émission, l’épreuve des « poteaux » ne vous est pas inconnue. Elle consiste à rester sur un promontoire dont on enlève progressivement de la place pour s’y tenir debout. Cet exercice est beaucoup plus physique qu’il n’en a l’air, car il demande une grande maîtrise de son corps pour gérer son équilibre, mais il est avant tout un exercice mental.

Ne pas laisser son esprit entamer sa confiance, ne pas l’écouter lorsque les messages qu’il relaie sont contraires à nos projets, c’est un exercice à part entière. Pour ma part, la pratique du Yoga et de la méditation ont constitué des alliés précieux sur ce chemin difficile, car ils me permettent justement de prendre le recul nécessaire à une meilleure conscience de cette annexion du corps par le Mental. C’est le point de départ essentiel pour tenter une ré-écriture de ce scénario qui m’empêche d’accéder à mon potentiel. Aujourd’hui, j’ai envie de vivre une nouvelle histoire. Une histoire dans laquelle je pourrais profiter de mes capacités naturelles, mais aussi dans laquelle j’aurais plaisir à les développer pour m’épanouir pleinement. Une histoire qui dirait :

« Je suis douée en sport. J’ai une capacité à apprendre et à apprécier mes progrès, quel que soit le niveau auquel je me trouve. »

Cette épreuve des poteaux, j’ai le sentiment de l’avoir déjà vécu, plusieurs fois, à ma manière. Et certainement que vous aussi? Ce sont ces défis récurrents qui interviennent à chaque fois que je me confronte à mes propres limites. Mais dorénavant, j’ai une alternative à mes vieux schémas, un nouveau scénario auquel me raccrocher quand le doute reviendra frapper à ma porte mentale. Je crois qu’il s’agit de lâcher la volonté, trop facilement ébranlée par les pensées limitantes, et de la remplacer par une confiance que je vais devoir nourrir, au jour le jour. M’ancrer dans mon nouveau scénario jusqu’à ce qu’il remplace l’ancien. Le travailler comme un muscle à part entière.

Et vous ? Quels sont les histoires que vous vous racontez et qui vous limitent? Vous sentez-vous prêt.e pour la prochaine épreuve des poteaux? 😉

A LA UNE

Simplicité – F. Chopin

« La simplicité, c’est la réussite absolue »

Frédéric Chopin

Je sais pas si vous êtes comme moi, mais globalement, je remarque que j’ai toujours tendance à compliquer pas mal mes projets. Je veux tellement bien faire, que je m’en rajoute inutilement. Faire un petit-déjeuner pour une personne que l’on aime, c’est une si jolie marque d’affection. Mais vouloir en faire une expérience gastronomique inoubliable est-ce que cela a du sens ? Ce qui compte, c’est le geste, l’intention, la pureté d’un oeil à la coque, parce que cette personne adore ça. Simple. Ce mot, je ressens le besoin de me le répéter en permanence depuis quelque temps. Dans l’écriture de mes articles, dans celle de mon roman, dans mes relations aux autres, dans la construction de mon activité. Et quel soulagement lorsqu’enfin j’y parviens ! La simplicité, c’est pour moi l’objectif ultime et l’une des clés du bonheur. Alors cette semaine, tentons de lâcher ces peurs qui nous incitent à nous prendre la tête, pour tenter une autre scénario. Une nouvelle histoire qui répondrait à cette question :

« Comment je ferais cela, avec simplicité? »

Je nous souhaite à toutes et à tous, la semaine la plus simple possible ! 😉

A LA UNE

Un trésor de famille – Episode 9

Pour ceux qui auraient loupé le début de l’histoire.

Mégane, Hector et Athéna sont de retour au château, celui d’Adrien, dans le monde des esprits. Un château qui ressemble à s’y méprendre à celui d’Archibald depuis lequel Mégane est parvenue jusqu’ici, mais l’ambiance y est très différente. Athéna connaît les coulisses du château comme sa poche et les conduit sans encombre jusqu’au caisson métallique renfermant la plume magique en passant par un passage connue d’elle seule. Mégane, Hector et Athéna se retrouvent, comme hypnotisés par la lumière multicolore qui se diffuse au travers de l’épaisse paroi de verre.
– Ohlala, comme elle est belle !
– C’est une plume très rare, elle provient d’un Paon céleste. Il n’en existe plus que quelques-unes dans le monde, car les paons célestes ont malheureusement disparu.
– Pourquoi Archibald et Adrien se disputent-ils cette plume ? Je doute que les deux frères s’intéressent aux animaux rares.
– En effet. Cette plume a un pouvoir magique. Celui de rendre réelle toute histoire écrite avec sa pointe. L’imagination crée et la plume fait exister.
– Tu es sûr de toi, Hector ? Cela paraît incroyable.
– Je crois qu’Athéna et moi sommes bien placés pour le savoir. Comment crois-tu que nous soyons devenus un chien et un chat ?
Athéna se rapproche de la porte principale de la pièce et renifle le mince filet d’air qui passe dessous.
– Dépêchons-nous mes amis, je sens la présence d’Adrien à proximité. Il doit nous attendre au bas de l’escalier qui monte à cette tour, car il ne connaît pas le passage secret que je vous ai fait prendre.
– OK, dans ce cas il n’y a plus qu’a casser la vitre de ce coffre pour récupérer la plume et nous enfuir aussi vite que possible par là ou nous sommes arrivés.
Mégane inspecte le reste de la pièce, a la recherche d’un objet qui lui permette de forcer la serrure du coffre. Elle repère rapidement un vieux tisonnier à proximité de la cheminée en pierre. Elle le prend en main pour jauger de son poids et retourne près d’Hector et Athéna.
– Je crois que nous n’avons pas le choix. Je vais essayer de casser cette vitre. Je ne suis pas sure d’en avoir la force, mais je ne vois pas d’autres solutions.
Les trois amis retiennent leur souffle, conscients que cette tentative désespérée et leur dernière chance de retrouver leur apparence et de quitter le monde des Esprits.

Le bruit tonitruant généré par le choc prend tout le monde par surprise. Le tisonnier, loin de faire la moindre égratignure sur le verre, rebondit avec un son de cloche ultra puissant qui souffle Mégane, Hector et Athéna comme des fétus de paille. Ils sont projetés avec force contre les murs de l’étroite Tour et sont sonnés aussi bien par le volume du vacarme que par le choc. Lorsqu’ils relèvent enfin la tête, le sosie d’Archibald se tient devant eux, un sourire satisfait sur le visage.
– Bonjour mes amis. Il me semble que vous m’avez sonné ? Dit-il avant de partir dans un grand rire effrayant.
Mégane est terrorisée. Elle sent son corps comme paralysé. Hector et Athéna à ses cotés ne semblent pas être en meilleure forme. Sa peur monte d’un cran quand elle se rend compte qu’elle ne parvient plus a bouger ne serait-ce qu’un seul de ses doigts.
– Ma Chère Athéna, quand comprendras-tu que la fréquentation de ton chat de fiancé est une mauvaise fréquentation ? Mais qui voila ? Une fillette ? Archibald perd vraiment tout sens commun s’il croit qu’une enfant peut s’emparer de ma plume !
Adrien s’approche de Mégane et lui relève le visage pour la regarder de plus près. La pauvre Mégane n’a plus la force de bouger et elle se retrouve impuissante les yeux tout à coup rivés à ceux d’Adrien.

Pendant un instant, rien ne se passe. Le temps est comme suspendu. Adrien lui-même semble tétanisé. Son regard détaille frénétiquement les contours du visage de Mégane et ses lèvres commencent à s’agiter avec des paroles décousues et incompréhensibles.
– Non… Ici… Ca veut dire… Je croyais… Comment est-ce que… Abigaël, est-ce toi ?
Mégane voit le visage de son interlocuteur se métamorphoser sous ses yeux. Un visage duquel toute méchanceté et toute colère ont tout à coup disparu.
– Abigaël, qu’est ce que tu fais ici ? Tu ne devrais pas te promener dans le monde des Esprits. Archibald s’imagine que je vais te donner la plume pour te sauver ? Je ne peux pas faire cela. Je ne peux pas perdre la plume. Elle est tout ce qu’il me reste pour rester en lien avec les autres mondes !
Mégane se tait. Elle a bien trop peur de révéler son identité et de se mettre en danger. Mais Adrien s’approche encore, il tient la torche plus près de son visage pour la scruter.
– Tu n’es pas Abigaël. Abigaël a les yeux bleus, les tiens sont marrons… Qui es-tu ? Réponds !
– Je suis Mégane. Abigaël est le nom de ma Grand-mère. C’est d’elle dont vous parlez ?
Les yeux d’Adrien s’arrondissent et il fait un pas en arrière, comme si elle l’avait frappé.
– Je vois… Je suis stupide, je l’aurais su si Abigaël était morte, elle est donc toujours vivante.
– Bien sûr que ma Grand-mère est vivante ! Comment la connaissez-vous ?
Adrien ne répond rien. Il sort une clé toute tarabiscotée de sous sa large cape et s’approche du coffre pour se saisir de la plume. Une fois dans sa main, la plume change de couleur et devient d’un vert lumineux. Sans un regard vers Hector et Athéna, il s’installe à un petit bureau installé dans le recoin de la pièce et sort une grande feuille qui ressemble a du parchemin.
– Mégane, tu n’as rien à faire ici. Je te renvoie d’où tu viens. Abigaël doit être morte d’inquiétude…

La suite, la semaine prochaine !