A LA UNE

Le mot du WE : RACONTER

Si vous venez sur ce Blog régulièrement, vous le savez, l’écriture est l’un de mes sujets de prédilection. Raconter des histoires n’est pas une activité que je prends à la légère, car je crois profondément au pouvoir des mots. Les histoires modèlent nos vies. Celles que l’on invente pour les autres, celle que l’on s’invente pour soi. Ne jamais sous-estimer la puissance des histoires, car aucune n’est jamais totalement fiction.

Devenir écrivain pour moi, loin de n’être « que » l’auteur d’un roman, c’est avant tout une posture, qui consiste à respecter l’écriture, et lui donner une place centrale dans sa vie. C’est ce que je m’emploie à faire, même si je sais que je n’ai pas encore totalement trouvé mes marques sur le sujet. Je cherche encore comment m’approprier totalement cette facette de moi-même. Mais cela ne gâche pas mon plaisir, bien au contraire, et je reste, plus que jamais, fascinée par tout ce qui touche à l’écriture, la lecture, l’univers des livres, les histoires. Et pour ce WE, je voulais vous partager deux histoires fondatrices, qui m’ont profondément marqué, et qui ne cessent de m’inspirer sur le chemin de ma propre expression. J’espère qu’elles pourront également vous plaire.

La Magie des mots (Magic Beyond Words)

Harry Potter fascine des millions de lecteurs partout dans le monde, mais le plus fascinant pour moi, reste l’histoire de son autrice. L’histoire d’une jeune femme en galère, qui finit par trouver sa voie en allant vers elle-même m’est tellement familière. Le type d’histoire qui me passionne et m’enthousiasme, et j’ai tout simplement adoré cette « reconstitution » de l’histoire de J.K. Rowling. Je vous ai trouvé une version FR complète sur You Tube, même si je vous recommanderais plutôt de le trouver en VO pour plus d’immersion.

Ecrire pour exister (Freedom Writer’s Diary)

Encore une histoire vraie, une histoire incroyable ! Celle d’une professeure de banlieue dans l’Amérique des guerres de Gang qui, par la lecture et l’écriture, va apporter l’espoir à des adolescents déjà condamnés par une société ultra-violente. Cette histoire est la preuve vivante que raconter des histoires est un acte bien plus important que l’on ne l’imagine, un acte de résistance et de liberté ! Le film qui a été tiré de cette histoire n’est pas parfait, mais il a le mérite de témoigner de ce message si important pour moi: les histoires peuvent sauver des vies ! Et pour en prendre pleinement la mesure, je vous recommande la conférence TeDX qui donne la parole à Erin Gruwell, la professeure à l’origine de toute l’histoire. Une femme sensible et forte, qui par son humanité a su inspirer ses élèves à changer leur propre histoire.

Et vous? Quelles histoires vous inspirent? Quelles histoires aimeriez-vous écrire?
Un merveilleux WE à vous, nourrit de créativité et d’écriture !

A LA UNE

Créer un Business qui me ressemble

Je vous en parlais semaine dernière, je travaille actuellement sur le projet de proposer une Newsletter mensuelle sur ce Blog. Mais il y a bien plus derrière ce projet qu’un simple envoi de mail mensuel. Car il m’a semblé opportun de profiter de cette occasion pour partager, gratuitement, avec vous, l’expérience du type d’Ateliers que je me donne pour vocation de créer. Une étape importante dans la construction de mon activité en ligne, puisque je vais enfin concrétiser l’une des nombreuses idées que j’ai pour ambition de construire dans une offre de Coaching vraiment personnelle. Par ailleurs, je crois également qu’après un an de réflexion, j’ai besoin de me prouver à moi-même que je peux réaliser une petite part du rêve qui, pour l’instant, n’existe encore que dans ma tête.

«  Donnez tout ce que vous avez. Quelqu’un pourrait aimer bien plus que vous ne l’imaginez. »

Henry Wadsworth Longfellow

Oser se dévoiler en partageant des sujets qui me tiennent à cœur n’est pas aussi simple qu’il y parait. Publier des articles emprunts de vulnérabilité est déjà un défi en soi, mais proposer une offre construite autour des valeurs qui me sont chères, c’est encore plus engageant. En faisant cela, j’accepte de m’exposer au regard des autres et à un potentiel rejet, ce qui n’est jamais facile. Ce qui me fait franchir le pas aujourd’hui, c’est principalement la foi que j’ai dans ces valeurs. Cette conviction s’est forgée au cours de ces années de frustrations où j’avais souvent la sensation d’être muselée et ne pas pouvoir les exprimer. Aujourd’hui que je suis à mon compte, il n’existe plus d’obstacles structurels et ne pas exercer cette liberté serait un véritable gâchis.

La valeur primordiale qui m’inspire et qui m’a orienté vers une formation de coaching, c’est l’Autonomie. C’est le chemin sur lequel je me trouve, c’est également celui que je souhaite transmettre. Au travers de cette vision, j’imagine créer des ateliers qui s’articulent autour de l’idée d’un coaching Autonome. Une approche qui consiste à donner les outils et former aux concepts de coaching qui aideront toute personne à se déployer par elle-même. La mission que je me donne est donc de donner les moyens, à tout un chacun, de devenir l’auteur ou l’autrice de sa propre vie.

Pour ce premier Atelier, j’ai trouvé que la thématique du Bullet Journal était la plus adaptée à une première expérience. Pour ma part, cela fait 3 ans maintenant que j’utilise un Bullet Journal et cette pratique intègre à elle seule tellement des sujets qui m’animent : le développement personnel, le fait de prendre sa vie en main, ma passion pour les carnets en tout genre et l’écriture papier. Si vous ne voyez pas de quoi je parle, je vous conseille de lire deux articles que j’ai rédigé sur le sujet sur ce Blog :
Vive le BUJO
Réconcilier Créativité & Productivité
Je sais, pour en avoir fait l’expérience avec ma propre pratique du Bullet Journal, que le sujet est très médiatisé, mais je crois qu’il y a bien plus qu’un sujet à la mode derrière cet outil. Il constitue un système à la fois actionnable facilement et personnalisable qui a fait ses preuves et j’ai hâte de vous en partager ma propre vision pour qu’à votre tour, vous puissiez également vous le ré-approprier.

Depuis maintenant 2 semaines, je suis donc en mode Projet pour accoucher de cet Atelier et je retrouve l’excitation de créer et les challenges liés à la concrétisation d’une idée. Je me pose mille questions auxquelles je tente de trouver des réponses, un jour après l’autre. Quel format utiliser ? Quelle durée devrait avoir cet Atelier pour constituer un cadeau sans brader la valeur de ce que je vous offre ? Quel niveau d’exigence je me mets dans la création de ce premier module. Car je connais mes travers et le perfectionnisme et l’un de mes plus grandes résistances. Parfois, je mets la barre tellement haut que je ne parviens jamais à me lancer dans un projet. D’autres fois, j’attends de moi un tel niveau de perfection que je reste bloquée dans la phase de création, éternellement insatisfaite du résultat qui m’empêche de la clôturer. Pour éviter cela, j’ai plusieurs techniques. La première, c’est de me donner une date butoir pour lancer cet Atelier. La deuxième, est de vous la communiquer : fin du mois de juillet. Bien sûr, ça me met la pression, mais cela me donner aussi une échéance claire et je crois que c’est cela qui peut vraiment m’aider.

Et vous, vous avez des projets qui vous tiennent à cœur en ce moment? Comment vous organisez-vous pour les mettre en place ? Vous avez des techniques particulières ? Je suis toujours curieuse de tester de nouvelles choses !

A LA UNE

Un trésor de famille – Episode 9

Pour ceux qui auraient loupé le début de l’histoire.

Mégane, Hector et Athéna sont de retour au château, celui d’Adrien, dans le monde des esprits. Un château qui ressemble à s’y méprendre à celui d’Archibald depuis lequel Mégane est parvenue jusqu’ici, mais l’ambiance y est très différente. Athéna connaît les coulisses du château comme sa poche et les conduit sans encombre jusqu’au caisson métallique renfermant la plume magique en passant par un passage connue d’elle seule. Mégane, Hector et Athéna se retrouvent, comme hypnotisés par la lumière multicolore qui se diffuse au travers de l’épaisse paroi de verre.
– Ohlala, comme elle est belle !
– C’est une plume très rare, elle provient d’un Paon céleste. Il n’en existe plus que quelques-unes dans le monde, car les paons célestes ont malheureusement disparu.
– Pourquoi Archibald et Adrien se disputent-ils cette plume ? Je doute que les deux frères s’intéressent aux animaux rares.
– En effet. Cette plume a un pouvoir magique. Celui de rendre réelle toute histoire écrite avec sa pointe. L’imagination crée et la plume fait exister.
– Tu es sûr de toi, Hector ? Cela paraît incroyable.
– Je crois qu’Athéna et moi sommes bien placés pour le savoir. Comment crois-tu que nous soyons devenus un chien et un chat ?
Athéna se rapproche de la porte principale de la pièce et renifle le mince filet d’air qui passe dessous.
– Dépêchons-nous mes amis, je sens la présence d’Adrien à proximité. Il doit nous attendre au bas de l’escalier qui monte à cette tour, car il ne connaît pas le passage secret que je vous ai fait prendre.
– OK, dans ce cas il n’y a plus qu’a casser la vitre de ce coffre pour récupérer la plume et nous enfuir aussi vite que possible par là ou nous sommes arrivés.
Mégane inspecte le reste de la pièce, a la recherche d’un objet qui lui permette de forcer la serrure du coffre. Elle repère rapidement un vieux tisonnier à proximité de la cheminée en pierre. Elle le prend en main pour jauger de son poids et retourne près d’Hector et Athéna.
– Je crois que nous n’avons pas le choix. Je vais essayer de casser cette vitre. Je ne suis pas sure d’en avoir la force, mais je ne vois pas d’autres solutions.
Les trois amis retiennent leur souffle, conscients que cette tentative désespérée et leur dernière chance de retrouver leur apparence et de quitter le monde des Esprits.

Le bruit tonitruant généré par le choc prend tout le monde par surprise. Le tisonnier, loin de faire la moindre égratignure sur le verre, rebondit avec un son de cloche ultra puissant qui souffle Mégane, Hector et Athéna comme des fétus de paille. Ils sont projetés avec force contre les murs de l’étroite Tour et sont sonnés aussi bien par le volume du vacarme que par le choc. Lorsqu’ils relèvent enfin la tête, le sosie d’Archibald se tient devant eux, un sourire satisfait sur le visage.
– Bonjour mes amis. Il me semble que vous m’avez sonné ? Dit-il avant de partir dans un grand rire effrayant.
Mégane est terrorisée. Elle sent son corps comme paralysé. Hector et Athéna à ses cotés ne semblent pas être en meilleure forme. Sa peur monte d’un cran quand elle se rend compte qu’elle ne parvient plus a bouger ne serait-ce qu’un seul de ses doigts.
– Ma Chère Athéna, quand comprendras-tu que la fréquentation de ton chat de fiancé est une mauvaise fréquentation ? Mais qui voila ? Une fillette ? Archibald perd vraiment tout sens commun s’il croit qu’une enfant peut s’emparer de ma plume !
Adrien s’approche de Mégane et lui relève le visage pour la regarder de plus près. La pauvre Mégane n’a plus la force de bouger et elle se retrouve impuissante les yeux tout à coup rivés à ceux d’Adrien.

Pendant un instant, rien ne se passe. Le temps est comme suspendu. Adrien lui-même semble tétanisé. Son regard détaille frénétiquement les contours du visage de Mégane et ses lèvres commencent à s’agiter avec des paroles décousues et incompréhensibles.
– Non… Ici… Ca veut dire… Je croyais… Comment est-ce que… Abigaël, est-ce toi ?
Mégane voit le visage de son interlocuteur se métamorphoser sous ses yeux. Un visage duquel toute méchanceté et toute colère ont tout à coup disparu.
– Abigaël, qu’est ce que tu fais ici ? Tu ne devrais pas te promener dans le monde des Esprits. Archibald s’imagine que je vais te donner la plume pour te sauver ? Je ne peux pas faire cela. Je ne peux pas perdre la plume. Elle est tout ce qu’il me reste pour rester en lien avec les autres mondes !
Mégane se tait. Elle a bien trop peur de révéler son identité et de se mettre en danger. Mais Adrien s’approche encore, il tient la torche plus près de son visage pour la scruter.
– Tu n’es pas Abigaël. Abigaël a les yeux bleus, les tiens sont marrons… Qui es-tu ? Réponds !
– Je suis Mégane. Abigaël est le nom de ma Grand-mère. C’est d’elle dont vous parlez ?
Les yeux d’Adrien s’arrondissent et il fait un pas en arrière, comme si elle l’avait frappé.
– Je vois… Je suis stupide, je l’aurais su si Abigaël était morte, elle est donc toujours vivante.
– Bien sûr que ma Grand-mère est vivante ! Comment la connaissez-vous ?
Adrien ne répond rien. Il sort une clé toute tarabiscotée de sous sa large cape et s’approche du coffre pour se saisir de la plume. Une fois dans sa main, la plume change de couleur et devient d’un vert lumineux. Sans un regard vers Hector et Athéna, il s’installe à un petit bureau installé dans le recoin de la pièce et sort une grande feuille qui ressemble a du parchemin.
– Mégane, tu n’as rien à faire ici. Je te renvoie d’où tu viens. Abigaël doit être morte d’inquiétude…

La suite, la semaine prochaine !

A LA UNE

Ne pas plaire à tout le monde – B. Franklin

“Beaucoup de chemin mènent à la réussite mais un seul mène immanquablement à l’échec, celui qui consiste à tenter de plaire à tout le monde. ”

Benjamin Franklin

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été une bonne élève. Cet état d’esprit qui consiste à faire au mieux pour répondre aux attentes des autres fut un véritable atout à l’époque où ma vie consistait à d’obtenir des bonnes notes à l’école. Pourtant, plus je prends de l’âge, et plus que je rends compte du poison qu’il constitue pour la confiance et l’estime de soi. Baser son comportement sur des attentes extérieures est en réalité dangereux pour l’intégrité de chacun. Bien sûr, il ne s’agit pas de ne plus faire de gâteau d’anniversaire pour ses enfants, ou de cadeaux à ses amis. Je parle d’une manière beaucoup plus insidieuse de faire plaisir. Celle qui consiste à aller chercher une approbation extérieure dans tout ce que l’on entreprend. Comment être à l’écoute de ses propres besoins lorsque l’on est préoccupé par ceux des autres ? Ces attentes, souvent contradictoires, génèrent un bruit de fond, une cacophonie épuisante et usante, qui nous empêche d’accéder à nous-même. Malheureusement, c’est avec cet état d’esprit que beaucoup d’entre nous avons été éduqué, et il est très difficile de changer ses habitudes. Car lorsque l’on a pris le pli, on fait les choses sans y réfléchir, et il m’arrive encore régulièrement de me surprendre en flagrant délit. Modifier mon emploi du temps, ma tenue, mon discours pour ne pas froisser, faire plaisir ou bien rassurer quelqu’un d’autre. Je ne pense pas que cette attitude serve mon entourage, et je sais pertinemment qu’elle est contraire à mes propres intérêts. Alors cette semaine, je voulais attirer notre attention sur ce biais de notre éducation qui nous pousse à nous oublier. Cette semaine, je nous souhaite de prendre le temps de nous recentrer sur nous-même, sur nos besoins, sur nos envies, car la seule personne qui importe de ne jamais décevoir, c’est nous-même.

Une belle semaine à toutes et à tous !

fA.