Le dĂ©clic crĂ©atif – Yaron Herman

Quelle belle dĂ©couverte que ce livre que j’ai trouvĂ© au dĂ©tour de mes pĂ©rĂ©grinations chez Musicalame, la librairie lyonnaise dĂ©diĂ©e Ă  la musique et Ă  la danse !

La crĂ©ativitĂ© est un processus complexe, et trouver la voie de sa propre expression est un chemin de vie. DĂ©couvrir d’autres personnes engagĂ©es sur ce mĂȘme chemin peut ĂȘtre un vrai rĂ©vĂ©lateur, et un moyen de nous donner des pistes de rĂ©solution pour les problĂšmes que l’on rencontre. J’adore ces synchronicitĂ©s qui mettent sur notre route tel livre ou tel podcast qui va justement parler d’un aspect qui nous concerne personnellement Ă  ce moment-lĂ . C’est exactement ce qu’il s’est passĂ© pour moi avec ce livre. Je me trouvais Ă  un moment compliquĂ© de mon projet entrepreneurial et les doutes prenaient beaucoup de place dans mes rĂ©flexions. Ce livre m’a permis de les remettre en perspective et m’a allĂ©gĂ© du poids de la pression que je faisais peser sur mes Ă©paules.

POUR QUI ?
Je vous recommande tout particuliĂšrement ce livre dans les cas suivants :
– Vous avez entamĂ© un projet crĂ©atif (et pas forcĂ©ment artistique!) et vous vous « cognez » aux dures rĂ©alitĂ©s pour le mettre en place.
– Vous ĂȘtes fascinĂ©.e par les personnes crĂ©atives et vous pensez que vous n’avez pas en vous un tel potentiel. Spoiler Alert : vous avez tout faux !
– Vous souhaitez vous lancer dans un nouvel apprentissage Ă  l’ñge adulte.

Ce livre rejoint dĂ©sormais ma « BibliothĂšque Ressources » qui rassemble ces livres qui m’inspirent, et qui me stimulent dans la rĂ©alisation de mes projets. Ils sont rassemblĂ©s dans mon bureau, et je suis persuadĂ©e que de les avoir tout prĂšs de moi, dans la piĂšce oĂč je travaille, me permet de bĂ©nĂ©ficier de leurs bonnes ondes. Je les considĂšre comme des alliĂ©s que je n’hĂ©site pas Ă  feuilleter lorsque je traverse une passe plus difficile, ou lorsque j’ai besoin de booster ma motivation.

Et vous? Quel livre vous a stimulĂ© rĂ©cemment ? N’hĂ©sitez pas Ă  me faire part de vos dĂ©couvertes !

Je respire…

J’arrĂȘte
De me pousser au cul
De vouloir toujours plus
De me fouetter pour avancer
De lutter, de me maltraiter

Je prends du temps
Pour m’écouter
Pour prendre soin de moi
Pour retrouver mon souffle
Pour me rencontrer

Je ne sais pas combien de temps cela prendra
C’est un moment nĂ©cessaire
Un retour à la simplicité
Une ouverture du cƓur
Je reviens bientĂŽt

Quand j’aurais cesser de m’immoler sur l’autel du mieux ĂȘtre
Quand j’accepterais de m’aimer pour celle que je suis et pas pour ce que je fais
Quand mon cƓur sera content
Quand je sentirai le moment

Pour l'instant, je respire
C'est ce qui est important.

L’illusion de l’inspiration sur Instagram

Sans ĂȘtre une grande adepte des rĂ©seaux sociaux, j’avoue que je suis assez fascinĂ©e par Instagram. J’aime les images. Je pourrais passer des heures (et parfois, je le fais!) Ă  faire dĂ©filer le contenu des centaines de comptes auxquels je suis abonnĂ©e. Car ces abonnements sont un peu un concentrĂ© de toutes les thĂ©matiques qui m’intĂ©ressent, et le fait d’en visualiser le contenu en un seul coup d’Ɠil (une image vaut 1000 mots!) est addictif. Dans un premier temps, j’ai trouvĂ© ce rĂ©seau social parfait. Il me stimulait. Il constituait pour moi un Ă©norme shoot de beautĂ© et une grande source d’inspiration.

Avec le temps, j’ai nĂ©anmoins constatĂ© que, non seulement cette stimulation avait tendance Ă  s’éroder, mais qu’à plus long terme, elle me faisait mĂȘme tomber dans une certaine paresse crĂ©ative. Ce que j’entends par lĂ , c’est qu’au fil de mes utilisations, je me suis constituĂ© un univers de crĂ©ateurs et de crĂ©atrices, qui m’alimentent toujours de la mĂȘme maniĂšre, et du coup qui finissent pas limiter mon imaginaire. @Bambichose en parle Ă©galement trĂšs bien dans une vidĂ©o qu’elle Ă  consacrĂ© Ă  la quĂȘte de son propre style (la vidĂ©o est un peu longue alors je vous ai fait commencĂ© le lien au moment oĂč elle parle de ce point spĂ©cifique).

Les algorithmes agissent comme une sorte de bulle crĂ©ative qui ne nous montre qu’un certain type de contenu, comme s’il n’existait qu’une façon de s’exprimer crĂ©ativement. Le modĂšle auquel vous rĂ©agissez le plus, va devenir votre norme. L’impact sur notre capacitĂ© Ă  crĂ©er est assez catastrophique, car au lieu de nous inspirer, cette exposition Ă  rĂ©pĂ©tition finit par agir sur notre cerveau comme un conditionnement visuel. C’est comme si nous Ă©duquions notre cerveau Ă  voir la beautĂ© d’une certaine façon.

VoilĂ  pourquoi les activistes de tout bord insistent autant pour lutter contre les stĂ©rĂ©otypes qui sont vĂ©hiculĂ©s (notamment) dans les films hollywoodiens. L’impact phĂ©nomĂ©nal du cinĂ©ma amĂ©ricain dans la culture europĂ©enne nous rend particuliĂšrement mallĂ©ables Ă  ce qu’il vĂ©hicule en terme d’images. Que ce soit l’image de la violence, celle de la femme, celle du couple, des relations amoureuses, et bien entendu des races. Il est maintenant temps de prendre conscience qu’il se passe la mĂȘme chose sur tous les rĂ©seaux sociaux, mĂȘme si, comme moi, vous tentez vainement de vous abonner Ă  des comptes de cultures et d’univers variĂ©s. Alors que faire ?

Pour ma part, j’ai dĂ©cidĂ© d’arrĂȘter de me mentir. Je ne considĂšre plus les rĂ©seaux sociaux comme une source d’inspiration, mais plutĂŽt comme une gigantesque vitrine pour montrer mon travail et suivre celui des artistes que j’aime. Point. L’inspiration, j’ai pris conscience qu’il allait falloir la trouver ailleurs, sous peine de devenir un clone de toutes les personnes que je suis sur les rĂ©seaux.

«  Soyez vous-mĂȘme, les autres sont dĂ©jĂ  pris. »

Oscar Wilde

Pour cela, rien de plus efficace que de se replonger dans cette bonne vielle culture 1.0 aka la littĂ©rature, le cinĂ©ma, les expos, la nature, les gens, bref la « vraie » vie. Mais attention, lĂ  aussi, il est facile de retomber dans les mĂȘmes travers. Si vous n’allez voir que les films encensĂ©s par la critique, ne lisez que les livres qui obtiennent des prix, et ne visitez que les endroits Ă  la mode, vous allez, lĂ  encore, vous cantonner Ă  un pĂ©rimĂštre dĂ©fini pour vous, par d’autres personnes.

Et c’est la conclusion Ă  laquelle j’arrive Ă  titre personnel. Il devient nĂ©cessaire de parvenir Ă  faire suffisamment le vide autour de soi pour identifier ce qui nous fait vibrer personnellement. Les dĂ©couvertes que nous faisons dans le cadre de notre propre cheminement. À l’ùre de la connexion constante Ă  Internet, il ne s’agit pas de se couper du monde extĂ©rieur, cela serait impossible et aliĂ©nant. En revanche, il serait sain de se prĂ©server un espace dans lequel nous pouvons encore exercer notre curiositĂ© et notre spontanĂ©itĂ©. Pouvoir se laisser Ă©merveiller par une source d’inspiration inattendue dont vont dĂ©couler plein d’autres. Il s’agit de trouver une maniĂšre de nous Ă©manciper d’un systĂšme qui nous dit en permanence comment nous devons penser. Une petite rĂ©volution ! Il me semble nĂ©anmoins, que c’est le prix Ă  payer pour dĂ©ployer son plein potentiel crĂ©atif.

Alors, prĂȘt.e Ă  faire la rĂ©volution de l’inspiration ?