Marilyn forever

Marylin inspiration icone fantasme

C’est l’histoire d’une photo qui me poursuit. Une photo de Marilyn Monroe, lisant nonchalamment dans son canapé.

Je la vois dans un magasin, et je suis tout de suite emportée dans un autre monde. Tout à coup, un lien inattendu se crée avec cette icône absolue. Je reconnais cette attitude si familière, le rapport à la lecture, aux livres. Je pourrais être elle, elle pourrait être moi. Cette photo m’attire au delà de tout rationnel, et pourtant, je n’écoute pas. Je me rappelle à l’ordre, je n’en ai pas besoin. Ah ce cerveau castrateur qui rationalise l’inspiration pour mieux la contrôler ! Mais l’inspiration n’a pas dit son dernier mot et change de technique. Elle choisit son arme la plus efficace : l’obsession. Cette image de Marilyn prend possession de mon esprit, au point de m’imaginer en écrire un roman. Je ne connais pas bien l’histoire de Marilyn, mais ce qui m’intéresse ce n’est pas la réalité, plutôt le fantasme qu’elle véhicule. Cette idée me séduit, je la laisse mûrir doucement dans un coin de mon cerveau. L’écriture a besoin d’excitation pour nourrir l’imaginaire, et quel plus beau sujet que Marilyn pour susciter le désir, sous toutes ses formes?

Le temps passe, et rien ne se passe car je travaille sur d’autres projets. Et puis synchronicité incroyable, au détour d’un article sur Joyce Carol Oates, je découvre que ce roman que je fomente dans ma tête depuis quelque temps, elle l’a écrit ! Celui là, exactement. Un récit qui retrace la vie de Norma Jeane Baker par les yeux de son autrice, se nourrissant du mystère et des fragilités qui entourent cette personnalité hors du commun. C’est « Blonde », dont je ne saurais que trop vous conseiller la lecture. J’ai été happée par ce roman fleuve qui oscille si bien entre fiction et réalité. Une interprétation saisissante du parcours d’actrice de Norma Jeane Baker. La vision d’une autrice sur Marilyn, une starlette créée de toute pièce par les Studios d’Hollywood. JCO y brosse le portrait d’une sensibilité hors du commun, et rend à la femme icône toute l’humanité dont la légende la dépourvue malgré elle. J’ai été éblouie par le processus créatif de JCO, qui par des trésors d’empathie, dévoile certainement plus de vérités sur l’actrice qu’aucun documentaire ne le fera jamais. En tous les cas, c’est ce qu’il me plait de croire.

"Tous les films qu'elle faisait, si différents fussent-ils les uns des autres, ils trouvaient moyen de la déprécier : "Cette nana ne sait pas jouer. Elle ne joue que son propre rôle." Mais c'était une actrice-née. Un génie, si on croit au génie. Parce que Norma Jeane n'avait aucune idée de qui elle était, et qu'elle devait remplir ce vide en elle. Chaque fois, elle devait inventer son âme. Nous autres, on est tout aussi vides; peut-être qu'en fait tout le monde a l'âme vide, mais Norma, elle, le savait."
"Elle était "Marilyn"... non, elle était "Angela"... elle était Norma Jeane jouant "Marilyn" jouant "Angela"... comme une poupée russe où des poupées plus petites sont contenues par la poupée la plus grande qui est la mère..."

Une mise en abime qui m’a donné envie de découvrir Norma Jeane dans son intimité, par le biais d’un autre livre que j’avais dans ma bibliothèque depuis plusieurs années. « Fragments » a la particularité de montrer la face cachée de Marilyn. Je suis une amoureuse de la littérature du vivant : les journaux intimes, les correspondances, les autobiographies des artistes me passionnent. De ce point de vue, ce livre est une mine d’or, proposant des clichés de nombreuses carnets de l’artiste, écrites à la main. Les poèmes, les écrits intimes, les lettres. On y découvre une créativité vivace et indomptée. Des écrits désordonnés et touchants qui montrent la profondeur d’une personnalité que l’on a tout fait pour faire paraître superficielle. On peut donc lire les notes manuscrites dans le texte, un pur moment de bonheur.

Voici un extrait. C’est une émotion profonde pour moi de pouvoir déchiffrer  l’écriture manuscrite de l’actrice. Toutes les pages écrites à la main sont retranscrites à la machine et traduites dans le livre.

Une occasion de me replonger dans la filmographie de Marilyn. Et après la lecture de « Blonde », je les regarde très différemment, preuve de l’impact que ce roman a eu sur moi. Chaque rôle dévoile une nouvelle facette d’une personnalité qui ne cessera de me fasciner, et de m’inspirer. <3 <3 <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *