Maggie Rogers – Exprimer sa singularité

Au détour de mes pérégrinations pour mieux comprendre la créativité, j’ai découvert le Podcast « Song Exploder » qui s’intéresse à la façon dont certaines chansons ont été composées, vous connaissez ? Le podcaster interroge ses invités musiciens sur l’histoire derrière une chanson en particulier. Et aujourd’hui, je voulais vous partager l’histoire incroyable, que j’ai découvert, derrière la création de la chanson « Alaska » de Maggie Rogers.

Cette jeune chanteuse/compositrice/interprète crée de la musique depuis son enfance. Elle raconte néanmoins comment, pendant plus de deux ans, elle a traversé une sorte de désert créatif au cours duquel elle a décidé d’apprendre à mieux se connaître. Elle a passé cette période à voyager et à rassembler les sons, les ambiances qui la touchaient personnellement, sans autre but que de se constituer une sorte de catalogue d’influences. À son retour en école de musique, elle a finit par assembler tout cela. Toutes ces choses qui l’avaient touché, ont commencé à prendre un sens, et tout cela a relancé son inspiration. « Alaska » est née de ce long cheminement, au cours duquel elle a maintes fois eu l’impression de se perdre, avant de se trouver.

L’histoire de cette chanson ne s’arrête pas là, car le destin a voulu que Maggie ait l’occasion de présenter son travail à Pharrel Williams. L’artiste était invité, au sein de son école, pour écouter certains travaux des élèves, et leur prodiguer des conseils. Et au-delà du buzz que cette vidéo a suscité, et le tremplin qu’elle a certainement constitué pour la carrière de Maggie Rogers, c’est avant tout la réaction de Pharrel Williams et son discours qui m’ont particulièrement marqués. Il parle de la capacité que nous avons, en chacun de nous, de créer quelque chose d’unique et de singulier, pour peu que l’on se donne la peine de chercher qui nous sommes. Parvenir à se détacher d’un résultat que nous aimerions atteindre en nous cantonnant à reproduire ce que d’autres font déjà très bien. Pour cela, il faut avoir le courage de faire des choix qui ne sont pas populaires, mais qui ont un sens pour nous en tant qu’artiste. Je vous mets la vidéo pour que vous puissiez vous réjouir, comme moi, du visage effaré de Pharrel lorsqu’il découvre l’univers de Maggie, et la joie de cette dernière d’être ainsi reconnue dans son unicité.

Explorer sa propre sensibilité. Identifier ce qu’elle a de singulier. C’est loin d’être facile. Mais pour celui qui a une âme d’artiste, cette quête donne un véritable sens à la vie. Maggie, elle-même, l’exprime particulièrement bien dans ses pages de Journal, qu’elle a partagé à la sortie de ce premier single.

Maggie Rogers – Notes to herself

Et vous, quelle histoire nourrit votre cheminement créatif en ce moment ?

Lettre à l’Automne

Vous savez à quel point, j’aime les changements de saisons. Pour le solstice d’été, je vous avais partagé la préparation de mon rituel. Pour cet équinoxe d’Automne, je me suis laissé embarquer par la frénésie de la Rentrée et je n’ai pas pris le temps de relever la tête et de me rendre compte que oui, effectivement, on était déjà en Automne. J’ai failli passer à coté, mais j’ai finalement retrouver mes esprits et réalisé qu’il n’était pas trop tard. Je me suis alors demandé comment accueillir dignement cette nouvelle saison ?

L’année dernière, j’avais eu envie d’inventer une petite histoire. Cette année, mon inspiration m’a poussé à écrire une lettre. Reprendre contact avec cette saison, comme avec une vieille amie que je n’aurais pas vu depuis… et bien un an, le temps passe ! Alors j’ai pris mon carnet d’esquisses et mon stylo plume à l’encre fumée, et j’ai écrit ces lignes.

Chère Automne,

C’est maintenant que tu reviens que je me rends compte à quel point tu m’as manqué. À quel point je suis heureuse de te retrouver.
Je ne te cache pas qu’une fois de plus, j’ai beaucoup de projets pour toi et moi. Je veux grandir, je veux créer. Tu me connais, je suis insatiable et aussi peut-être un peu hyperactive et il ne m’est pas toujours facile de me réguler.
M’aideras-tu ?
Tu es la saison la plus sage, celle qui apaise le mieux mon signe de feu. Le froid de l’hiver me parait parfois si autoritaire. Toi, tu sais me parler. Ta douce chaleur nous connecte instinctivement l’une à l’autre. Tu me presses de ralentir, tu sais si bien comment je fonctionne !
Je voudrais tout et son contraire. Prendre mieux soin de moi et continuer d’avancer vite, très vite, certainement trop vite. Je sais que tu connais le bon tempo. J’ai besoin d’aligner mes battements de cœur au tien, de trouver l’harmonie avec celui de mes proches.
M’aideras-tu ?
Cette année, plus que jamais, j’ai la sensation d’avoir perdu tous mes repères. J’ai besoin de toi pour en inventer de nouveaux. Remettre les choses à plat, tenter d’autres scénario. C’est si effrayant de sortir de l’histoire que l’on connaît par cœur. Malgré l’envie, la peur subsiste et menace de me ligoter à mon confort misérable. Je suis persuadée que si tu me tiens la main, peut-être, je pourrais oser.
M’aiderais-tu ?
J’ai besoin de toi pour me réconcilier avec moi-même. Pour accepter les parts de moi qui me font encore honte et que je voudrais oublier. Apprends-moi à apprécier la joie à sa juste valeur, à m’amuser, à jouer sans jamais culpabiliser. À transmuter le travail en plaisir, la peur en audace, le temps en ami.
Ouvre-moi les yeux sur les beautés que tu apportes. Dénoue-moi le coeur de ces peines du passé que j'ai tant de mal à lacher.
Car une nouvelle saison débute, la tienne, et je m’en remets à toi. Que cet Automne ensemble soit le plus beau des Automnes ! Et je me rends compte qu'il l'est d'ores et déjà, puisqu'il me reconnecte au Présent, et qu’il n’y a pas meilleur moment pour en profiter. Vivre simplement à tes côtés, et célébrer notre intimité retrouvée.

fA.

Et vous? Qu’auriez-vous à dire à cet Automne 2020?

Un doux WE.

Mes 10 plaisirs coupables

Aujourd’hui je voulais vous parler de l’inspiration et des sources parfois improbables qu’elle peut aller chercher. En effet, dans la découverte de mon propre processus créatif, j’ai pris conscience qu’en matière d’inspiration, comme en amour, on ne choisit pas ses coups de cœur. Parfois ce sont des attirances que l’on approuve intellectuellement et parfois ce sont des obsessions que l’on préfèrerait garder pour soi, voire mettre sous le tapis. Mais j’ai fait l’expérience que la Créativité détestait ça, que j’ai honte de certaines des choses qu’elle a choisit pour moi. C’est un peu comme si je lui faisais remballer un cadeau qu’elle aurait voulu me faire. Ça la vexe et ce n’est pas dans mon intérêt que nous soyons brouillés. Alors j’ai décidé de faire la Paix avec elle et d’assumer au grand jour, ces petits plaisirs coupables qui nourrissent malgré moi mon imagination et m’ouvrent des portes inattendues.

Quand on y regarde de plus prêt, il apparait que la plupart de ces « plaisirs honteux » sortent tout droit de l’univers de l’enfance ou de l’adolescence et ce n’est pas un hasard. Car c’est bien notre enfant intérieur qui est au commande lorsque l’on souhaite laisser parler notre « moi artistique ». Et vouloir lui enlever ses jouets est le meilleur moyen pour le voir bouder et faire la grève créative. Vous vous souvenez de votre determination lorsque l’on essayait de vous forcer à manger les épinards quand vous aviez 6 ans ? La même ! Alors si, comme moi, vous voilez voir avancer vos projets créatifs, il est grand temps de vous réconcilier avec ces souvenirs, finalement plutot savoureux, de votre enfance. Alors allez-y, me laissez pas toute seule, balancez moi vos addictions ! Certain.e.s., peut-être, vous jugeront, ce ne sera pas moi ! ;P