Un trésor de famille – Episode 7

histoire jeunesse quete trésor auteurdemavie.com

Pour ceux qui auraient loupé le début de l’histoire.

Mégane flotte, à moins qu’elle ne vole? Elle est comme propulsée dans les airs à vive allure et sa trajectoire semble toute tracée. Elle est attirée comme un aimant vers une destination inconnue. Et, de là où elle se trouve, Archibald n’est déjà plus qu’une minuscule tache de couleur. Elle est tombée dans le piège qu’il lui a tendu avec son chocolat chaud. Mégane aurait dû se méfier, mais étrangement, elle ne s’inquiète pas trop. Elle a la certitude d’être là où elle doit être. Tout cela peut paraitre très étrange, mais à la minute où elle a appris l’existence de cette plume, elle a sut qu’il était très important pour elle de la retrouver. Archibald l’a peut-être manipulé, en mélangeant une potion à son chocolat, mais en réalité, elle aurait été partante de toute façon. Trop occupée par ses pensées, Mégane ne s’aperçoit pas qu’elle a fermé les yeux, et quand elle décide de les rouvrir, elle se découvre, avec surprise, assise dans le fauteuil face à Archibald, comme si rien ne s’était jamais passé.
– Il semblerait que votre chocolat ne soit pas très efficace !
Archibald parait pensif, il la regarde sans réagir, puis finit par pousser un grand soupir.
– Enfin bon, les dés en sont jetés. Tu sais où me trouver.
Puis il se lève et disparaît par la porte par laquelle il était arrivé avec son plateau et les tasses de chocolat. Peut-être la cuisine ?

Mégane se lève du fauteuil. Enfin, elle pense à se lever du fauteuil, et elle se retrouve, en un instant, debout face à ce mur de livres, que constitue la gigantesque bibliothèque d’Archibald. Elle se sent un peu désorientée, car elle n’a pas la sensation d’avoir marché jusque là. Elle regarde ses pieds et sent un léger courant d’air lui chatouiller les mollets.
– Hector, c’est toi ?
– Oui Mégane, je suis avec toi. Nous sommes dans le monde des esprits.
– Mais qu’est-ce que tu racontes ? Tu vois bien que nous sommes toujours dans le Salon d’Archie.
– Tu as raison, et pourtant, nous sommes aussi dans le monde des esprits. Regarde dans le fauteuil d’où tu viens ?
Mégane se retourne pour se découvrir elle-même, affalée dans le fauteuil, inconsciente, avec Hector sur les genoux.
– Mais qu…
– Je sais que je ne t’apporte pas de bonnes nouvelles depuis quelque temps, mais… nous sommes morts.
– QUOI??!
– Ne panique pas! Ça me fait toujours flipper les gens qui paniquent… Archie a un peu enjolivé la situation. En réalité, le monde des esprits n’est accessible que par les morts, c’est la condition unique et incontournable pour être ici.
– Tu veux dire qu’il m’a volontairement empoisonnée?! Mais pourquoi aurait-il fait cela ? C’est horrible !
– Par cupidité, par rivalité, par bêtise, que sais-je ? Les hommes font tout un tas de choses horribles sans raison valable. Archibald est obnubilé par cette plume depuis tellement d’années. Mais ne t’inquiète pas, je vais pouvoir te guider.
– Tu es déjà venu ici ?
– Bien sûr, plus d’une fois. Tu sais que les chats ont neuf vies ? Tiens regarde, le passage est dégagé.
Mégane se retourne face à la bibliothèque, et là où, une minute plus tôt, se tenaient des rangées de livres anciens, se trouve maintenant l’embrasure d’une porte grande ouverte. Hector entre le premier, et l’invite à le suivre. Sans transition, ils se retrouvent tout deux dans un magnifique jardin à l’anglaise, avec un joli gazon vert, coupé très ras, et des bosquets de fleurs multicolores. Mégane reste subjuguée un moment par ce nouveau décor.

– Bon, et bien il nous faut trouver cette plume n’est-ce pas ? Voyons cette carte qu’Archie m’a donnée.
– Laisse tomber la carte, Mégane, il nous faut d’abord retrouver ma dulcinée.
– Ta quoi ?
– Mon amoureuse, ma fiancée, l’amour de ma vie… Dieu que ton vocabulaire est limité !
– Ne sois pas désagréable Hector. Je suis contente pour toi de te savoir amoureux, mais je ne vois pas le rapport avec ma mission de retrouver la plume. Je crois que nos chemins se séparent ici. Et étant donné ton caractère, tu ne vas pas me manquer !
– Pardonne-moi si j’ai été brusque. Je suis à cran. Cela fait des années que j’attends cette opportunité. Et d’ailleurs, sache que ma douce Athena est la seule à pouvoir approcher la plume sans l’autorisation de son propriétaire actuel. Elle est donc la seule à pouvoir t’aider.
– Explique-toi, je ne comprends rien à ce que tu racontes.
– La plume appartient aujourd’hui à Adrien, le frère jumeau d’Archie. Il est mort en emportant la plume avec lui. C’est un vieil esprit, revêche et malveillant, qui s’en sert pour écrire des incantations maléfiques. En suivant la carte, tu auras tout le loisir de faire sa connaissance, et je te souhaite bien du plaisir ! Au mieux, il te gardera pour se distraire, au pire, tu finiras, comme ma tendre Athena, transformée en « je ne sais quel animal » et condamnée à errer dans les couloirs du château pour l’éternité.
– Qui me dit que ce que tu racontes est vrai ? Archibald n’a pas parlé d’un frère, encore moins d’un danger particulier.
– Archibald ne t’a pas, non plus, prévenu que tu allais mourir !
– …
L’espace d’un instant, Mégane écoute cette petite voix en elle, qui, depuis le début de l’aventure, a toujours été de bon conseil.
– D’accord Hector. Finit-elle par répondre. Qu’est-ce que tu proposes ?

La suite, mercredi prochain…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *