Un trésor de famille – Episode 9

histoire jeunesse quete trésor auteurdemavie.com

Pour ceux qui auraient loupé le début de l’histoire.

Mégane, Hector et Athéna sont de retour au château, celui d’Adrien, dans le monde des esprits. Un château qui ressemble à s’y méprendre à celui d’Archibald depuis lequel Mégane est parvenue jusqu’ici, mais l’ambiance y est très différente. Athéna connaît les coulisses du château comme sa poche et les conduit sans encombre jusqu’au caisson métallique renfermant la plume magique en passant par un passage connue d’elle seule. Mégane, Hector et Athéna se retrouvent, comme hypnotisés par la lumière multicolore qui se diffuse au travers de l’épaisse paroi de verre.
– Ohlala, comme elle est belle !
– C’est une plume très rare, elle provient d’un Paon céleste. Il n’en existe plus que quelques-unes dans le monde, car les paons célestes ont malheureusement disparu.
– Pourquoi Archibald et Adrien se disputent-ils cette plume ? Je doute que les deux frères s’intéressent aux animaux rares.
– En effet. Cette plume a un pouvoir magique. Celui de rendre réelle toute histoire écrite avec sa pointe. L’imagination crée et la plume fait exister.
– Tu es sûr de toi, Hector ? Cela paraît incroyable.
– Je crois qu’Athéna et moi sommes bien placés pour le savoir. Comment crois-tu que nous soyons devenus un chien et un chat ?
Athéna se rapproche de la porte principale de la pièce et renifle le mince filet d’air qui passe dessous.
– Dépêchons-nous mes amis, je sens la présence d’Adrien à proximité. Il doit nous attendre au bas de l’escalier qui monte à cette tour, car il ne connaît pas le passage secret que je vous ai fait prendre.
– OK, dans ce cas il n’y a plus qu’a casser la vitre de ce coffre pour récupérer la plume et nous enfuir aussi vite que possible par là ou nous sommes arrivés.
Mégane inspecte le reste de la pièce, a la recherche d’un objet qui lui permette de forcer la serrure du coffre. Elle repère rapidement un vieux tisonnier à proximité de la cheminée en pierre. Elle le prend en main pour jauger de son poids et retourne près d’Hector et Athéna.
– Je crois que nous n’avons pas le choix. Je vais essayer de casser cette vitre. Je ne suis pas sure d’en avoir la force, mais je ne vois pas d’autres solutions.
Les trois amis retiennent leur souffle, conscients que cette tentative désespérée et leur dernière chance de retrouver leur apparence et de quitter le monde des Esprits.

Le bruit tonitruant généré par le choc prend tout le monde par surprise. Le tisonnier, loin de faire la moindre égratignure sur le verre, rebondit avec un son de cloche ultra puissant qui souffle Mégane, Hector et Athéna comme des fétus de paille. Ils sont projetés avec force contre les murs de l’étroite Tour et sont sonnés aussi bien par le volume du vacarme que par le choc. Lorsqu’ils relèvent enfin la tête, le sosie d’Archibald se tient devant eux, un sourire satisfait sur le visage.
– Bonjour mes amis. Il me semble que vous m’avez sonné ? Dit-il avant de partir dans un grand rire effrayant.
Mégane est terrorisée. Elle sent son corps comme paralysé. Hector et Athéna à ses cotés ne semblent pas être en meilleure forme. Sa peur monte d’un cran quand elle se rend compte qu’elle ne parvient plus a bouger ne serait-ce qu’un seul de ses doigts.
– Ma Chère Athéna, quand comprendras-tu que la fréquentation de ton chat de fiancé est une mauvaise fréquentation ? Mais qui voila ? Une fillette ? Archibald perd vraiment tout sens commun s’il croit qu’une enfant peut s’emparer de ma plume !
Adrien s’approche de Mégane et lui relève le visage pour la regarder de plus près. La pauvre Mégane n’a plus la force de bouger et elle se retrouve impuissante les yeux tout à coup rivés à ceux d’Adrien.

Pendant un instant, rien ne se passe. Le temps est comme suspendu. Adrien lui-même semble tétanisé. Son regard détaille frénétiquement les contours du visage de Mégane et ses lèvres commencent à s’agiter avec des paroles décousues et incompréhensibles.
– Non… Ici… Ca veut dire… Je croyais… Comment est-ce que… Abigaël, est-ce toi ?
Mégane voit le visage de son interlocuteur se métamorphoser sous ses yeux. Un visage duquel toute méchanceté et toute colère ont tout à coup disparu.
– Abigaël, qu’est ce que tu fais ici ? Tu ne devrais pas te promener dans le monde des Esprits. Archibald s’imagine que je vais te donner la plume pour te sauver ? Je ne peux pas faire cela. Je ne peux pas perdre la plume. Elle est tout ce qu’il me reste pour rester en lien avec les autres mondes !
Mégane se tait. Elle a bien trop peur de révéler son identité et de se mettre en danger. Mais Adrien s’approche encore, il tient la torche plus près de son visage pour la scruter.
– Tu n’es pas Abigaël. Abigaël a les yeux bleus, les tiens sont marrons… Qui es-tu ? Réponds !
– Je suis Mégane. Abigaël est le nom de ma Grand-mère. C’est d’elle dont vous parlez ?
Les yeux d’Adrien s’arrondissent et il fait un pas en arrière, comme si elle l’avait frappé.
– Je vois… Je suis stupide, je l’aurais su si Abigaël était morte, elle est donc toujours vivante.
– Bien sûr que ma Grand-mère est vivante ! Comment la connaissez-vous ?
Adrien ne répond rien. Il sort une clé toute tarabiscotée de sous sa large cape et s’approche du coffre pour se saisir de la plume. Une fois dans sa main, la plume change de couleur et devient d’un vert lumineux. Sans un regard vers Hector et Athéna, il s’installe à un petit bureau installé dans le recoin de la pièce et sort une grande feuille qui ressemble a du parchemin.
– Mégane, tu n’as rien à faire ici. Je te renvoie d’où tu viens. Abigaël doit être morte d’inquiétude…

La suite, la semaine prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *