Ecrire pour faire de l’espace !

Comme en ce moment, je sais que ça commence à être un peu tendu pour certains de vivre le confinement, j’ai décidé de vous proposer une expérience qui aide à DÉGAGER DE L’ESPACE CHEZ SOI. Une entrée de journal qui va vous aider à initier un grand ménage de Printemps ! C’est pas un bon programme ça ?
Alors ouvrez votre Journal, saisissez-vous de votre stylo préféré et c’est parti :

1) Lister les pièces/espaces. L‘idée est avant tout de lister les espaces que vous occupez au quotidien.
Ex: Vous vivez dans un studio, vous séparez chaque espace par activité. Vous listez : espace cuisine, espace penderie/placard (vous aimez la mode et y passez du temps), espace salle de bain (c’est la où vous vous feites beau/belle), espace dodo (Si comme moi, vous êtes une marmotte), etc…

2) Classer ses endroits par ordre d’importance.
Ex: 1=bureau (c’est là ou j’écris, forcément) 2=cuisine (j’adore me faire de bons petits plats 3=lit (dormir!!!), etc…
L’idée, c’est que vous identifiez bien les endroits auxquels vous devez vous attaquer en priorité pour faire de l’espace. L’objectif est d’y aller par étape et pas de faire passer la moitié de votre appartement par la fenêtre! 😉

3) Décrire chaque espace en terme d’AVANT/APRÈS.
AVANT: vous décrivez votre espace prioritaire comme il est à l’heure actuelle, avec le plus de détails possible.
APRÈS: vous imaginez le même espace comme vous aimeriez qu’il soit. Vous le décrivez, là aussi, très précisément pour qu’il ressemble à votre vision idéale de ce lieu. Plus vous donnez de détails et mieux c’est!
Moi, j’avoue que j’aime bien faire cette exercice avec un petit dessin pour mieux me projeter! 🙂
menage bureau dessin Journal

Voila à quoi cela ressemble par exemple dans mon Journal :

journal ecriture menage espace

4 ) Passer à l’action IRL (In Real Life*)
Le bénéfice de cet exercice, c’est évidemment de le mettre en pratique dans la vraie vie! Donc, en gros, vous jouez au jeu des 7 erreurs pour identifier ce qu’il vous reste à faire entre votre vision AVANT/APRÈS de chaque espace pour matérialiser votre vision !
Vous commencez par votre espace #1 et suivant le temps que vous avez à y consacrer, vous mettez en place le Grand nettoyage de Printemps en une fois (c’est clairement plus efficace) ou en plusieurs.

N’hésitez pas à faire des photos (ou des dessins), et à me les partager sur Instagram avec le tag #auteurdemavie, je serai ravie de voir vos réalisations! 😉
D’ici la, portez-vous bien et bon courage pour la suite du confinement.

PS: *Désolée, c’est le vocabulaire de mon passé dans le Jeu Vidéo qui me rattrape ! En gros y’a le virtuel et le réel, là, je vous parle de la vraie vie (real life en anglais), celle dans laquelle vous vivez au quotidien ! 😉

Le Tarot comme outil d’introspection

Aujourd’hui je voulais vous parler d’un outil que j’aime beaucoup: le jeu de Tarot.
Je vous entends d’ici: ah ben voila qu’elle joue aux voyantes! Elle est médium? Elle a des pouvoirs surnaturels?
Pas du tout. Car même si le Tarot est souvent classé dans les outils divinatoires, il est aussi utilisé par beaucoup de personnes en développement personnel et c’est bien de ce travail d’introspection dont je veux vous parler aujourd’hui.

Quand on se sent bloqué, que ce soit dans un contexte artistique ou non, il n’est pas toujours évident d’en identifier la cause ou bien de trouver simplement des solutions pour en sortir. Dans ces cas de confusion l’approche rationnelle, celle du cerveau gauche, peut nous enfermer malgré nous dans des schémas pré-établis qui sont souvent très limitants. Pour sortir de ce cercle vicieux, une autre approche consiste à plutôt aller stimuler le cerveau droit, attaché à notre créativité et à l’intuition. Le Tarot est un merveilleux outil pour cela. En effet, il faut appel à des représentations visuelles et au symbolisme que le cerveau gauche ne comprends pas et c’est votre cerveau droit qui prend alors le relais. C’est pour la même raison que je suis aussi enthousiaste pour utiliser les arts dans ma démarche de coaching. Dans notre mode de vie actuel nous sous-utilisons complètement le cerveau droit. Accéder à cet autre hémisphère de pensée, c’est aller puiser dans son potentiel créatif et donc déployer des capacités complémentaires à notre mental. Je ne dis pas qu’il ne faut plus réfléchir de manière logique, plutôt qu’ayant deux hémisphères à notre cerveau, il est très dommage de ne se contenter que d’une partie, sous prétexte qu’elle nous donne plus la sensation de contrôle. Car il s’agit bien de cela. Le mental suit une logique que nous pouvons suivre et qui nous rassure. Alors que l’intuition fait plus appel a un mode de pensée divergent qui ne suit pas de logique particulière et qui peut être déroutant car il crée par mal d’incertitudes. Il ne s’agit donc pas uniquement de substituer un mode de pensée rationnelle à une approche créative mais plutôt de trouver un équilibre entre les deux pour accéder à un maximum d’informations qui sont à notre portée. L’Intuition va exprimer des éléments qui peuvent hors de notre conscience et qui vont nous apporter une vision complémentaire à la problématique.

Je vous donne en exemple de la façon dont je me sers du Tarot dans cette optique.
Depuis plusieurs semaines mon travail d’écriture se faisait de plus en plus lourd et compliqué pour moi à mettre en route. J’ai donc décidé d’utiliser mon jeu de Tarot préféré (peu importe le jeu, du moment qu’il vous inspire!) pour aller creuser deux sujets importants pour cette problématique:
– Les raisons pour lesquelles je me sentais bloquée pour écrire.
– Les éléments qui peuvent m’aider pour dénouer ce blocage

LES RAISONS DU BLOCAGE
J’ai décidé de faire un tirage de 4 cartes.
La première carte résume la situation dans laquelle on se trouve, elle exprime une vision globale de la problématique. Les 3 autres vont représenter les causes qui composent cette situation. Dans ce cas là, les résistances qui se mettent en place dans mon processus d’écriture.

Mon conseil : Il existe toujours un petit guide qui vous est fournit avec tous les jeux de Tarot, vous expliquant la symbolique du jeu et elle est souvent très éclairante. Mais je vous demande de ne PAS la regarder dans un premier temps, de manière à vous concentrer sur VOTRE symbolique interne. A quoi vous fait penser la carte?
Le blocage qui vous concerne est interne. Personne d’autre que vous ne peut expliquer d’où il provient. Le Tarot n’est qu’un support de projection pour que vous exprimiez tout haut ce que votre inconscient dit tout bas.

Interpréter le tirage:
Prenez le temps de vous imprégner des images qui apparaissent dans votre tirage.
Puis, une fois que vous les avez bien identifié, il est utile d’écrire l’interprétation qui vous vient aux vues de ce tirage. La compréhension que vous en avez au premier abord.
Dans un deuxième temps, allez voir les interprétations proposées par le guide correspondant à votre jeu de Tarot et passez les en revue en essayant d’évaluer pour chacune des idées proposées comment elles peuvent effectivement s’appliquer à votre situation.
Reprenez votre Stylo et votre papier sur lequel vous avez commencé à noter votre lecture de ce tirage et complétez le avec les idées qui résonnent véritablement en vous. Celles où vous sentez qu’il peut y avoir un part de vérité, même si elle ne fait pas toujours plaisir à entendre. 😉

Tarot Blocages

LES SOLUTIONS A CREUSER
Même procédé que précédemment, mais en se concentrant cette fois ci sur les ressources à activer pour répondre à la problématique. Qu’est ce qui va pouvoir aider dans la résolution de la situation de départ?

Tirage Tarot guidance introspection coaching

J’espère que ce partage vous aura été utile.
Pour ma part, il m’a globalement aidé à relâcher la pression que je me mettais en matière de qualité de contenu pour laisser plus d’espace au Processus créatif et cela a bien relancé la machine. Malheureusement les résistances font parties intégrantes de ce processus donc il est certain qu’il me faudra refaire le point régulièrement pour m’assurer de ne pas à nouveau me laisser enliser dans mes ruminations internes…

Que vos projets continuent de matérialiser vos rêves!

6 façon d’ECRIRE en vacances

Déjà presque la mi-Août et la plupart d’entre vous êtes certainement en vacances. L’occasion rêvée de se consacrer à des activités souvent laissées de coté par manque de temps, d’espace, d’énergie… Dans cette parenthèse enchantée, j’ai eu envie de vous encourager à tester de nouveaux formats d’écriture! Cette idée est partie du constat que l’écriture se manifestait de plus en plus dans ma vie mais pas uniquement dans mon projet de création de roman, cela va bien au delà! Je vous fait part de ces pratiques car chacune, à sa façon, m’apporte quelque chose de particulier et d’unique. Et si vous aimez jouer avec les mots, vous pourriez être surpris de trouver un grand moment de détente en vous essayant à l’une ou l’autre de ces activités!

Ecrire des cartes Postales.
Je ne pouvais pas passer à coté, c’est votre chance ultime de reprendre la plume pour envoyer un courrier PAPIER à vos amis et famille… so retro! Sans blague, j’adore internet et je ne conçois pas de travailler sans emails mais quand il s’agit du plaisir d’écrire rien ne remplace le grattouillis du stylo sur le papier! Alors ne vous privez pas de ce plaisir, surtout que c’est tellement agréable pour votre interlocuteur de recevoir ce joli témoignage de ces moments de détente. Ne vous prenez pas la tête sur le contenu, cela n’a pas besoin d’être « intelligent », le bac français c’est passé! Laissez parler votre fantaisie et amusez-vous: croquis de la serveuse, liste de mots qui vous viennent en tête, noms des plats que vous avez adoré ou des lieux que vous visitez, tout ce qui est matière a créer du souvenir est parfait!

Ecrire un Post. Et si ces vacances étaient l’occasion de partager quelques articles sur le net? Que vous postiez sur un Blog, Facebook ou bien Instagram, écrire un Post constitue une activité dynamisante qui donne une grande sensation de liberté car on choisit les sujets dont on a envie de parler. Ce format ressemble fortement à un travail de journaliste par son lien avec l’actualité (au moins la votre!). C’est aussi l’occasion de créer un rapport assez unique entre auteur & lecteur, un lien quasi en temps réel ou vous pouvez dialoguer avec votre audience et dans lequel vous pouvez éventuellement co-créer. C’est une forme d’écriture ultra-connectée! Connectée à vous et à vos envies, mais aussi aux autres, des lecteurs qui vont se reconnaitre et rebondir à votre article. C’est un peu comme si vous lanciez la conversation à table avec vos amis! Alors si aujourd’hui vous deviez écrire sur un sujet qui vous intéresse, de quoi parleriez vous?

Ecrire dans son journal. C’est pour moi la forme la plus accessible d’écriture que je pratique quotidiennement. Ma porte d’entrée privilégiée au monde de l’écriture mais chacun est différent! Cette forme d’écriture est une relation intime entre votre stylo (plume, c’est tellement plus doux!), votre carnet et vous. Ce que vous y crée est votre jardin secret. Une part de vous qui a besoin de s’exprimer pour vous connecter a vous-même mais que vous ne désirez pas forcément partager au monde. C’est un moment défouloir qui revêt le soin et l’attention que vous désirez y mettre. Personne ne va vous relire, vous pouvez vous détendre totalement, c’est juste l’occasion de coucher vos ressentis sur le papier. Essayez et voyez ce que cela vous fait! Moi je suis totalement accro!

Ecrire des poèmes, des haiku*. Je considère ce type d’écriture comme des jeux de mots qui m’amusent beaucoup. Un simple haiku est capable d’apporter sa dose de magie à la journée la plus banale! L’idée ici est de jouer avec la notion de « beau »: qu’est ce qui résonne à vos oreilles? Qu’est ce que vous trouvez harmonieux? Pour ma part j’aime jouer sur les comparaisons, les associations que certains mots suscitent. Mais vous pouvez aussi surfer sur les contrastes, l’absurde,… Il n’y a aucune limite alors vous pouvez vraiment vous faire plaisir! Le haiku peut constituer un bon point de départ car sa contrainte de taille en fait un exercice amusant qui désacralise l’idée que l’on peut se faire de la poésie. Il ne s’agit pas de se mettre la pression, on est en vacances sacrebleu!

Ecrire une Nouvelle. A ce sujet, même si mon expérience est encore assez limitée dans ce domaine (voir l’article que j’ai publié la semaine dernière à ce sujet), je trouve cette pratique particulièrement adaptée au temps de vacances car vous allez avoir l’occasion de vous essayer à la rédaction d’une histoire mais sans l’engagement que demande forcément l’écriture d’un roman. Son format réduit en fait un exercice de synthèse étonnant. Mon expérience m’a montré que la Nouvelle poussait à une écriture plus précise, dépouillée par nécessité qui y gagne parfois en délicatesse. Vous êtes incité plus ouvertement à ciseler votre texte, et c’est un exercice qui peut vous apporter beaucoup de plaisir. C’est également un excellent exercice d’imagination car je vous conseille de partir sur une thématique imposée, comme pour un concours de nouvelles. Cela va élargir un peu votre zone de confort, ce qui est toujours une très bonne chose pour nos neurones: plus de place = moins de nœuds au cerveau! 😉

Ecrire un Roman. Qui sait, vous vous sentez peut-être remonté à bloc pour vous lancer (enfin!) dans la rédaction de ce roman qui vous trotte dans la tête depuis dejà quelque temps. Si c’est le cas, surtout n’attendez pas, lancez vous! Si vous ne finissez pas pendant la période (limitée j’en conviens) des vacances ce n’est pas grave: ce qui est écrit n’est plus à écrire. Et si vous êtes bien lancé, peut-être même aurez vous l’élan de continuer malgré la reprise du boulot? C’est de loin la forme la plus engageante de l’écriture que je connaissance car elle demande de la persévérance et une profonde connexion à soi-même. Car ne nous leurrons pas, le seul moyen de finir un roman est d’aller puiser dans ses entrailles et d’y rester ancrer suffisamment pour le terminer. Je n’ai pas encore eu le plaisir de concrétiser un tel projet mais j’y travaille et je pense sincèrement que le jeu en vaut la chandelle!

Voila, dernier article du mois d’Août pour ma part puisque je m’en vais aussi profiter de quelques jours de vacances sur les chemins de Compostelle. Je vous souhaite de merveilleux moments d’écriture et vous dit à début Septembre pour de nouveaux articles autour de l’écriture & de l’entreprenariat!

Aurélie

.*Rappel des règles du Haiku: 3 phrases seulement. La première phrase fait 5 syllabes, la deuxième 7 syllabes et la dernière 5 syllabes.