Se nourrir en conscience

« La qualité du matériau avec lequel on joue détermine aussi la qualité des idées que l’on sera capable de produire »

Yaron Herman – Le Déclic Créatif

Cette année 2021 débute fort. Les conséquences de décisions prises en 2020 refont surface et l’importance de prendre de nouvelles décisions pour préparer l’avenir occupe pleinement ce mois de Janvier. Depuis quelque temps déjà, je me sens très inspirée par cette analogie de la « graine », que l’on sème pour en récolter les fruits plus tard. Je me suis rendu compte que nous semons en permanence des graines, sans même nous en rendre compte. Nous sommes parfois surpris de ce que nous récoltons alors que, lorsque l’on y réfléchit, il y a très souvent un lien évident entre les choix que nous avons faits et les réussites ou les échecs que nous rencontrons.

L’avenir se crée dans nos actions du présent.

Forte de cette prise de conscience, j’ai décidé de prêter une plus grande attention aux graines que je sème et d’y mettre le plus d’intention possible afin de maximiser les chances de voir éclore les projets qui me tiennent le plus à cœur. Un exemple assez bluffant pour moi a été pour 2020, de me mettre un objectif de Lecture, afin de valoriser l’apport que les livres que je fais rentrer dans ma vie peut avoir sur mes projets. Donc outre un objectif quantitatif d’un peu plus d’un livre/semaine, j’ai surtout fait une liste de livres que je souhaitais lire et un suivis des lectures effectuées dans mon Bullet journal.

Le résultat est effectivement que, même si les livres lus en 2020 ne m’ont pas tous plus, j’ai eu la sensation qu’ils venaient me nourrir, car je les avais choisis intentionnellement. Ces livres ont participé à mon développement d’une manière ou d’une autre. Faire des choix qui nous nourrissent ne dépend que de nous et en ce début de semaine, c’est sur toutes ces « petites graines » que je souhaite porter mon attention. Quelles sont les activités, les personnes, les comportements, les attitudes qui me nourrissent et celles qui sont en dissonance avec mes projets ?

Je vous souhaite à toute et à tous une excellente semaine !

Les Fêtes toltèques – Accord #4

«  Faites toujours de votre mieux »

Miguel Ruiz – Accord toltèque #4

Il me semble que ce dernier accord tombe vraiment au bon moment, juste avant les Fêtes, car d’expérience, cette période n’est pas toujours aussi simple à vivre que les films de Noel aiment à nous le présenter.

Lorsque mes parents étaient encore vivants, la période de Noel m’était particulièrement pénible, car j’arrivais pour ces quelques jours de vacances avec des attentes tellement hautes que le décalage que je trouvais avec ma réalité constituait une grande souffrance. Car être en famille n’est pas forcément une partie de plaisir. Une famille, c’est un ensemble de personnes tellement disparates ! Parfois, les seules choses que nous ayons vraiment en commun sont les liens du sang ou bien l’état civil, et malheureusement, cela ne suffit pas pour se sentir proche et créer un véritable lien entre les gens.

Pour moi, « faire de son mieux », c’est accepter cette réalité comme elle est. Ne pas vouloir la changer ou en vivre une autre. Juste faire notre part sans se tourmenter sur la façon dont les autres membres de sa famille feront la leur. Cela veut dire : ne pas prendre personnellement si les relations n’en sont pas aussi harmonieuses et magiques, malgré nos efforts. Le tonton Gérard continuera de faire des allusions racistes sur mon cercle d’amis, et le cousin Patrick se fera toujours un plaisir de faire des commentaires désobligeants sur ma façon de vivre « à la parisienne ». Mais ces comportements concernent leur réalité, pas la mienne. Si je me concentre sur le fait de « faire de mon mieux », je me focalise sur l’essentiel, et je retrouve la puissance de l’intention que je veux donner à ce moment. Profiter de la chance d’être ensemble pour savourer un bon repas, tout simplement. Alors, je peux prendre plaisir à cuisiner, à faire le sapin et à décorer la table avec les petites cousines, et chacun trouvera un espace pour être celui qu’il est, imparfait mais vivant. « Faire de son mieux », c’est aussi prendre conscience que rien de tout cela n’est vraiment grave !

L’activité du Blog se met en pause pour les deux semaines à venir. Pour ma part, ces quelques jours de repos vont me permettre de laisser infuser tous ces enseignements et de mûrir les opportunités semées en 2020. Ils vont aussi me donner le temps de prendre soin de moi, et d’intégrer toutes les ressources qui m’ont permis de traverser, malgré tout, cette année difficile. De nouveaux beaux projets sont en gestation dans les coulisses d’Auteur de ma vie. Des rencontres récentes me font entrevoir de nouvelles étapes dans mon aventure entrepreneuriale, et j’ai hâte de pouvoir vous en parler. Je vous donne donc rendez-vous en 2021 pour de nouvelles aventures !

JOYEUX NOËL à toutes et à tous !

Les intentions toltèques de Décembre

«  Que votre parole soit impeccable »

Miguel Ruiz – 1er Accord toltèque

Vous connaissez « Les quatre accords toltèques »? Ce livre, de l’auteur mexicain Miguel Ruiz, est certainement celui que j’ai le plus offert. Il ne paye pas de mine à première vue, et pourtant, a chaque lecture, je suis toujours aussi surprise de la pertinence et de l’actualité de ses recommandations. C’est un livre à lire, et à relire, et j’aime m’y replonger régulièrement. Car, quelle que soit la période à laquelle je le lis, j’y trouve toujours une réponse concrète aux difficultés que je suis en train de traverser. Et pour ce mois de décembre, j’ai eu envie de re-parcourir ce chemin de sagesse avec vous. Quatre accords, quatre semaines, pour ramener à la conscience des aspects de notre vie sur lesquels nous oublions de porter notre attention, et qui sont pourtant essentiels.

Cette semaine, le premier accord nous parle de la façon dont nous nous exprimons. Vis-à-vis des autres, mais aussi vis-à-vis de nous-même. Le choix des mots que nous employons a toujours un sens, et lorsque l’on n’y prendre garde, nous alimentons des croyances ou des situations toxiques, juste en véhiculant nous-même des paroles violentes par nature.
Je me souviens par exemple, que lors d’une précédente lecture, j’ai repéré que je disais souvent « je te dis n’importe quoi » au lieu de dire « je te donne un exemple ». Cela peut paraître anodin, mais vis a vis de la personne à laquelle je parle, et vis à vis de moi-même, la différence est manifeste. Dans le premier cas, c’est un peu comme si je meublais la conversation sans objectif particulier, comme si je brassais du vent, alors que dans le deuxième, j’illustre posément mon propos. Vous sentez la différence ? Moi oui. Dans mon corps, les deux phrases ne produisent pas du tout le même effet. Depuis que je dis « je te donne un exemple », je me sens plus en confiance, plus ancrée dans la conversation, plus en connexion avec la personne à laquelle je parle. La parole est juste.
Je vous propose donc d’en faire l’intention pour cette semaine. De porter notre attention sur ces mots que nous employons sans réfléchir. Dire du mal d’une collègue, même si elle est particulièrement désagréable, soulage t-il la situation? Nos mots nous imprègnent. Et plus nos mots seront justes et employés à bon escient, meilleure sera notre connexion avec les personnes que nous aimons et avec les projets qui nous tiennent à cœur sera forte !

Une merveilleuse semaine à toutes et à tous, au cours de laquelle vos mots vous donneront des ailes !