Déclic#5 : Repos vs Paresse

89% des femmes et 85% des hommes trouvent que le travail est bien plus présent qu’avant pendant leurs vacances.

Etude QAPA, 2019

La tendance de ces dernières années, était de constater la difficulté des français.es à s’octroyer une vraie coupure avec le travail pendant les vacances. Où en sommes-nous après cette année de confinements successifs, qui a mélangé encore un peu plus les sphères privées et professionnelles ?

Je remarque autour de moi, mais aussi à mon niveau, qu’il est souvent difficile de s’autoriser à se reposer sans se juger. La montée de la valeur « travail » nous a permis de nombreux progrès, mais pourquoi devrait-elle se faire au détriment de la valeur « repos »?! 🤔

C’est l’objet du questionnement de ce cinquième Déclic, qui dénonce une confusion de plus en plus répandue : Repos vs. Paresse.

Partant de ce constat, j’ai eu envie de sensibiliser autour de moi sur cette dérive qui s’opère malgré nous, et qui nous amène à mépriser le repos, au lieu de le valoriser. Se donner l’opportunité de vivre ces vacances en conscience, afin de garder en main les clés de notre santé mentale, et plus largement, de notre vie !

Pour cela, je suis en train de finaliser un mini-Atelier pour accompagner les personnes qui le désirent, au cours de vos deux semaines de vacances, afin d’ OSER IMAGINER AUTREMENT.
J’espère que les réflexions proposées dans cet Atelier participeront positivement à vos vacances.

🤟Pour en bénéficier, rien de plus simple, il vous suffit de vous inscrire au CLUB ÉMANCIPATION.

DECLIC#4: Solitude vs. Isolement

Après cette année écoulée et les trois périodes de confinement que nous avons traversé, il peut sembler compliqué de prôner les vertus de la solitude, et c’est pourtant ce que je vais faire aujourd’hui !

Plus que jamais, nos vies sont saturées. Entre multi-tasking et ultra-connexion aux écrans, il est rare que nous ayons une minute à nous, et c’est précisément ce manque d’espace pour soi qui finit par ébranler notre santé mentale.

Il me semble donc important de dénoncer une confusion qui nous empêche parfois d’accéder aux bienfaits de ces moments pour soi. Car parler « solitude », réveille souvent la peur de l’isolement. A tord ou à raison ?

Le déclic du jour nous invite à nous questionner sur notre représentation de la solitude. Afin de mieux appréhender les possibilités qui s’offrent à nous, et pouvoir accéder à cette ressource lorsque nous en avons besoin.

DECLIC#2: Tête vs. Coeur, choisir son camp… ou pas !

On va pas se mentir, devenir entrepreneur, c’est avant tout une aventure identitaire. Il ne s’agit plus de remplir des objectifs définis par une entreprise, mais de construire une activité qui nous ressemble, et qui soit la plus alignée possible avec ce qui nous anime. Dans cette nouvelle histoire, où la frontière entre pro et perso est parfois difficile à discerner, le COEUR tient une place centrale.

Mais être entrepreneur, ce n’est pas devenir un doux rêveur. Car ce n’est pas parce que l’on n’a plus de patron qu’il n’y a plus d’objectifs à atteindre, bien au contraire ! Les revenus d’un entrepreneur sont directement reliés à ce que l’on fait de son temps. Il s’agit alors d’avoir une stratégie claire et impactante, sans pour autant perdre son âme, ses valeurs ! S’engage alors une lutte sans merci, entre les DEVOIRS et les ENVIES, la TÊTE et le COEUR.

Après des mois, voire des années, de ce casse-tête douloureux, il me semble que ce blocage constitue le prétexte idéal à un DÉCLIC. Partir de ce nœud mental, pour oser imaginer autrement et libérer ce potentiel personnel si précieux.

ET SI… vous pouviez réconcilier TÊTE & COEUR, que feriez-vous différemment dans votre vie ?

Pour ne louper aucun Déclic, abonnez-vous à la Newsletter du Club Émancipation, en me laissant votre e-mail ci-dessous :