Challenge 111 Jours – Semaine 13

Plus que 3 petites semaines avant la fin du #defijournaling111 ! 📖

Cette semaine, je vous partage une approche pour se réconcilier avec toutes les facettes de votre personnalité: les PERSONNAGES, que certains appellent aussi « Parts Work ».

Pourquoi s’intéresser à nos sous-personnalités? Parce que l’humain est complexe. On ne connait qu’une partie infime des 1001 facettes qui nous composent. Apprendre à les connaitre, c’est mettre à jour les contradictions qui freinent nos projets, accueillir le paradoxe de notre humanité comme un trésor, et peut-être, apprendre à s’aimer un peu plus. 💓

Ceci est une nouvelle invitation à la pratique introspective car, j’en suis persuadée, prendre soin de soi, c’est contribuer à rendre le monde meilleur. 🌍✨
Si l’expérience vous tente, rendez-vous Lundi matin, 8h30 sur TWITCH, pour que je vous explique en LIVE comment se lancer dans cette technique d’introspection.

👉 Le lien vers la chaîne Twitch est ICI. 📺✨ 

L’Art de la joie – Goliarda Sapienza

Modesta l’héroïne, Goliarda l’autrice. Un même élan de liberté, et des histoires qui se répondent et s’entremêlent. Je n’ai pas pu plonger dans « l’Art de la joie » sans être irrésistiblement attirée par l’histoire derrière le roman. Celle d’une autrice en quête d’elle-même, qui cherche par tous les moyens, à se défaire des conventions et des codes qui régissent un monde qui ne lui convient pas.

Pour Modestia, c’est le XXe siècle et la montée du fascisme, l’idéal familial qui vole en éclats dés les premières pages du roman, et une destinée de religieuse ou d’épouse, comme seul avenir possible. Voilà les cartes de départ avec lesquelles Modesta va devoir jouer. Elle comprend très vite que si la vie est un jeu, il est vital pour elle de savoir jouer de ses atouts pour survivre. Une lutte solitaire et personnelle qui n’a d’autres enjeux que la vie elle-même. Comment la liberté peut-elle nous aider à vivre ?

Quel pari ambitieux que celui de devenir soi-même ! C’est le choix que font Modesta et Goliarda, en nous offrant un récit de vie qui, comme un cri d’espoir, s’intitule « L’art de la joie » ! La joie se cache dans cette ré-appropriation du monde, un pas après l’autre, avec persévérance et curiosité pour ce qui nous est étrangé. Cette lecture m’a donné beaucoup de force, et m’a éveillé à l’envie de mieux connaître la culture italienne, et l’univers de Goliarda Sapienza.

Féminisme : un engagement professionnel

Le féminisme a été pour moi, l’une des grandes révélations de 2020. Il aura fallu des événements marquants, notamment chez Ubisoft, chez qui j’ai travaillé presque 20 ans, et sur l’ensemble de la scène médiatique française, pour que je prenne pleinement conscience de l’importance du combat à mener autour de l’égalité hommes-femmes. La fin d’un déni pour moi, une étape déstabilisante, qui s’accompagne d’émotions tellement contradictoires, et surtout, de beaucoup d’interrogations.

Car m’intéresser au féminisme, a été l’occasion pour moi de m’ouvrir à des questions inédites, et d’oser remettre en cause une représentation des rapports hommes-femmes que je croyais limpide. Pour cela, j’écoute, je m’informe, j’apprends, dans l’optique de faire progresser la qualité des relations que j’ai, avec les hommes et avec les femmes que je côtoie. Ce n’est que le début d’un chemin d’apprentissage passionnant, et surtout, crucial pour l’avenir de chacun.

La rencontre avec « Femmes ici et ailleurs » (FIA) s’est faite au moment où j’ai compris que, pour moi, le féminisme ne pouvait plus être un centre d’intérêt parmi tant d’autres. Je suis Coach, mon métier est centré sur l’humain. Et il me semble aujourd’hui incontournable de me positionner clairement en faveur de cette égalité hommes-femmes, pour assurer aux personnes que j’accompagne les meilleures conditions de réussite possibles. Car, comment déployer son plein potentiel lorsque la société, dans laquelle vous évoluez, véhicule autant d’apriori limitant sur votre sexe? À ce stade, il m’apparaît donc indispensable d’agir, non seulement au niveau individuel, mais aussi au niveau de notre société elle-même.

Pierre-Yves Ginet, co-fondateur du Club avec Marie Charvet, présentait déjà en 2015, les enjeux de cette association devenue une entreprise, et le magazine devenu un bi-mestriel, avec à ce jour une Communauté de plus de 6000 adhérents.

C’est donc avec un grand plaisir que j’ai décidé de m’engager professionnellement aux cotés du Club « Femmes Ici et Ailleurs » pour participer à développer leur réseau ultra-dynamique et innovant. Un nouveau pan de mon activité qui s’inscrit en complément de celle de Coach et de créatrice d’Ateliers sur Auteurdemavie.

Mon rôle, en tant que développeuse chez FIA, est de proposer aux hommes et aux femmes qui souhaitent faire progresser leurs rapports humains, d’avoir accès à des articles, des conférences, et surtout, une communauté de personnes qui échangent activement sur les enjeux de l’égalité hommes-femmes dans le monde. Je recherche des hommes et des femmes, qui ne veulent plus se contenter de subir leurs relations, mais de les faire évoluer vers le meilleur. Car je suis persuadée que c’est en faisant bouger les lignes, chacun et chacune à notre niveau personnel, que nous créerons un monde meilleur pour nos enfants.

N’hésitez pas à me contacter via mon formulaire de contact si vous souhaitez échanger avec moi sur le Club « Femmes Ici et Ailleurs ». Je me ferai un plaisir de vous inviter à une réunion de présentation où vous pourrez découvrir par vous même l’énergie incroyable de ce Club !
Pour celles et ceux qui sont curieux de découvrir ce Magazine pas comme les autres, je vous partage un lien vers ce Numéro de Janvier-février 2020 en version digitale : Magazine Femmes Ici et ailleurs – Janvier-Février 2020

Je me réjouis à l’avance de nos futurs échanges !