Un trésor de famille – Episode 5

Pour ceux qui auraient loupé le début de l’histoire.

Les trois acolytes se retrouvent à nouveau devant la porte de l’armoire, mais celle-ci est complètement inerte. Mégane et Pélops sont perplexes.
– Tu es sûr que l’armoire « fonctionne »?
– Il n’y a aucun doute là dessus. Si tu sais où est la clé, bien sûr. Sans elle, nous ne pouvons rien faire.
Mégane sort discrètement la clé de sa cachette et la brandit devant Hector en s’approchant pour l’introduire dans la serrure.
– Attends. Cette clé est TRÈS importante, car sans elle, nous ne pourrons pas revenir dans ce monde. Tu as un moyen de t’assurer de ne pas la perdre ?
Mégane réfléchit et s’absente un instant dans le salon. Pélopidas et Hector l’entendent déplacer des objets et elle revient quelques minutes plus tard avec un grand ruban de satin, trouvé dans la boite à couture de sa Grand-mère.
– Voilà, je suis prête.
Elle s’avance vers eux, la clé maintenant accrochée en pendentif autour de son cou, grâce au joli ruban.
– Bien joué petite, maintenant préparez vous à une belle envolée !
Suivant les indications d’Hector, Mégane s’approche de l’armoire et tourne la clé.

La lumière aveuglante réapparaît aussitôt, l’armoire entière semble prendre vie, et Mégane a juste le temps de sortir la clé de la serrure qu’elle est aspirée, avec Pélops et Hector, à l’intérieur. S’en suit une chute vertigineuse, dans un espace qui ne semble n’avoir aucune limite. Les trois amis sont secoués dans tous les sens, et traversent successivement des strates de couleurs éblouissantes dans laquelle la densité de l’air semble différente. Des sensations étranges la parcourent à chaque changement de couleur. Mégane en a le souffle coupé et se sent complètement désorientée lorsque son corps heurte violemment le sol dur d’une pièce plongée dans le noir. Quelque peu sonnée, elle met un certain temps a retrouver ses esprits. Et ce n’est qu’au bout d’une bonne minute, qu’elle parvient à se relever en tâtonnant.
– Pélops ? Hector ? Vous êtes là?
– Je suis là répond Pélopidas d’une voix lointaine.
– Mégane ?
– Sophie !! Où êtes-vous tous les deux, je vous entends, mais je ne vous vois pas?
– Je suis dans une sorte de chambre, pas trop loin de vous, j’imagine. Ah que je suis contente de vous entendre ! Vous en avez mis du temps à arriver. J’ai cru que jamais vous ne me retrouveriez.
– Oh Sophie, j’ai eu tellement peur pour toi !
Les yeux de Mégane se sont maintenant suffisamment acclimatés à l’obscurité pour apercevoir la silhouette agile d’Hector se faufiler à travers des barreaux et détaler vers les marches d’un grand escalier en colimaçon. Manifestement, Pélops l’a également aperçu :
– Quel traître. Je savais que l’on ne pouvait pas faire confiance à ce chat de malheur !
Mégane est désemparée, elle ne répond rien, elle regarde autour d’elle et distingue maintenant une sorte de cachot moyenâgeux. Les murs et le sol sont recouverts d’une pierre froide et luisante. Et un lit à baldaquin, seul meuble à l’horizon, trône au milieu de la pièce. D’un coté, une fenêtre très étroite laisse rentrer un faible rayon de lumière, tandis que de l’autre coté, une grille en fer forgé relie le sol au plafond.
– Nous sommes enfermés. En prison. Ah Hector nous a bien eus !
– J’avoue que je ne m’attendais pas à ça…
Mais leur conversation est rapidement interrompue, car des pas inquiétants se font entendre, provenant de l’escalier. Les trois amis se taisent, tous leurs sens aux aguets. Leurs yeux se tournent avec appréhension vers les marches qui se dessinent dans la pénombre.

Au bout de quelques minutes, une silhouette noueuse se dessine dans la lumière d’un chandelier, porté à bout de bras.
– Tiens, tiens, tiens, mais oui, ce sale chat ne m’a pas menti, c’est bien une petite fille que je vois là.
– Qui êtes-vous ? Libérez-nous, nous sommes arrivés ici par erreur ! Tente vaillamment Mégane pour conjurer sa peur.
– Une erreur ? Je ne crois pas, non. J’attends votre venue depuis longtemps. L’arrivée de la poupée était un bon présage, je me suis doutée que les choses étaient en train de tourner en ma faveur. Tu es la petite fille de la vieille Hazel, j’imagine.
– Je ne comprends pas, de quoi parlez vous ?
– Tu es la petite fille de la vieille Hazel, j’imagine. Comme t’appelles-tu ?
– Je suis Mégane. Et vous ?
– Je m’appelle Archibald, mais tu peux m’appeller Archie. J’imagine que si tu es ici, c’est que tu as entendu parlé du Trésor?
– Je ne suis pas sure…
– Ahahah, inutile de me mentir, grande fille. Allez, Viens maintenant, nous n’avons pas de temps à perdre. Si tu veux un jour revoir ta Grand-mère et le monde dans lequel tu vis, tu n’as d’autre choix que de me suivre. J’ai une proposition à te faire, une opportunité que tu n’auras qu’une fois dans ta vie !

Un trésor de famille – épisode 4

Pour ceux qui auraient loupé le début de l’histoire.

Mégane reste muette devant le chocolat chaud que sa Grand-mère vient de lui préparer pour son petit-déjeuner. Les yeux dans le vague, elle ne sait plus que penser de la nuit qui vient de se dérouler. D’un côté, le fait qu’elle se soit endormi dans le fauteuil, sans s’en apercevoir, explique parfaitement comment Sophie et Pélops se sont subitement mis à lui parler et l’armoire à s’agiter toute seule. Cela semble logique, tout cela n’était qu’un rêve. D’un autre côté, comment expliquer qu’elle aie trouvé Pelops précisément à l’endroit ou elle l’avait laissé juste avant son réveil? Et surtout, où est passée Sophie ? Au matin, quand Mégane avait arraché la clé de l’armoire aux griffes d’Hector in extremis, elle s’était immédiatement mise en recherche de sa poupée. L’armoire ne contenait plus que l’habituel amas de manteaux suspendus, mais aucune trace de Sophie. Ni dans la penderie, ni dans sa chambre, Mégane en avait fait le tour, plusieurs fois.
– Qu’est-ce qu’il t’arrive ce matin Mégane ? Tu m’as l’air bien pensive.
– C’est Sophie, Grand-mère, elle a disparu, je ne la trouve nulle part.
– Oh, ne t’inquiète pas, elle va réapparaître. Peut-être l’as-tu laissé tomber cette nuit dans ton sommeil? Je ne savais pas que tu avais des crises de somnambulisme.
– Des crises de quoi ?
– « Somnambulisme », c’est quand les personnes se lèvent de leur lit et font des choses alors qu’elles sont toujours endormies. J’ai l’impression que c’est ce qu’il t’est arrivé cette nuit.
Mégane se tait. Elle n’a pas tout raconté à sa Grand-mère. Seulement qu’elle ne se souvenait pas s’être endormie dans le salon. Et ces crises dont elle parle, sont loin de tout expliquer. Tout à coup, l’horreur de la situation la rattrape : elle a perdu Sophie. Ce constat lui est insupportable. Des larmes coulent malgré elle sur ses joues, et elle ne peut s’empêcher d’éclater en sanglots.
– Allons Mégane, ne pleure pas ma chérie. On va chercher ta poupée ensemble, et je suis certaine que nous allons la retrouver. En attendant, que dirais-tu si nous faisions des crêpes pour le déjeuner aujourd’hui ? Ça te plairait ?

Faire la cuisine est l’une des activités préférées de sa Grand-mère et un plaisir qu’elles partagent. Mégane aime par dessus tout faire de la pâtisserie, et cette proposition lui fait un peu oublier sa tristesse. Ses yeux pétillent à nouveau. Grand-mère est ravie d’avoir trouvé un moyen de remonter le moral de sa petite-fille. Mégane sèche ses larmes, pendant que sa Grand-mère sort toute sortes d’ingrédients, et en quelques minutes, la cuisine est transformée en champs de bataille. Après avoir englouti les crêpes, les deux acolytes se lancent dans la confection de muffins au chocolat. Ce sont les gâteaux préférés de Mégane, et elle est très fière d’en connaître la recette et de pouvoir anticiper les directives de sa Grand-mère. Sans qu’elle en prenne trop garde, la journée passe à une vitesse hallucinante. La maison est parfumée de cette délicieuse odeur de gâteaux fraîchement sortis du four, et le visage de Mégane est barbouillé de chocolat.
– Tu crois que tu auras encore faim pour le diner ?
Mégane ne sourit plus. C’est déjà la fin d’après-midi et elles n’ont pas cherché Sophie. L’angoisse la reprend et sa Grand-mère s’en rend compte. Elles passent une bonne heure à retourner la maison, sans succès.
– Je suis désolée ma puce. Tu n’as qu’à dormir avec Pélopidas ce soir, et dés demain matin, on se remet à sa recherche. OK ?

Mégane est désespérée. Elle se couche la mort dans l’âme, et tourne, retourne dans son lit, sans parvenir à s’endormir. La maison a retrouvé le calme de la nuit lorsqu’une voix inconnue lui fait ouvrir les yeux précipitamment.
– Bon, si tu veux retrouver ta précieuse amie, je crois que tu as intérêt à te bouger !
Mégane, allume sa lampe de chevet, le cœur battant, pour découvrir Hector, tranquillement assis au pied de son lit, ses yeux jaunes braqués sur elle.
– Tu… Tu sais où elle est?
– Mais toi aussi ma belle ! Tu l’as vu comme moi disparaître dans l’armoire. Je suis désolée, mais je n’ai pas de meilleure nouvelle. Il va falloir y retourner.
Pélops s’agite aux côtés de Mégane.
– Tu es certaine qu’on peut lui faire confiance ?
Hector se lèche nonchalamment une patte avant, en ricanant.
– Ce que tu peux être cliché mon pauvre ami. On peut jouer un autre scénario que cette bataille puérile entre chiens et chats ?
Pélops ne répond rien, mais ce chat ne lui dit vraiment rien qui vaille. Mégane se lève, enfile un jogging et un sweat-shirt.
– Je crois que nous n’avons pas le choix Pélops, suivons Hector…

La suite au prochain épisode, la semaine prochaine. <3

Update: Vous trouverez la suite de l’histoire ICI.

Un trésor de famille – épisode 3

Pour ceux qui auraient loupé le début de l’histoire.

La lune éclaire une grande partie des ouvrages, mais ce sont précisément ceux cachés dans l’ombre qui intéressent Mégane. Elle attrape la bougie posée sur la commode et d’un craquement d’allumette, les livres convoités apparaissent à la lumière vacillante de la flamme. Moby Dick, les quatre filles du Dr March, Oliver Twist. Elle est au bon endroit, ce sont tous les livres pour enfants que les femmes de sa famille se passent depuis plusieurs générations. Mais elle ne trouve pas celui qu’elle cherche. Celui sur lequel elle a eu cette intuition, au moment où sa grand-mère lui a révélé l’existence du trésor. Elle est persuadée de l’avoir vu récemment dans ce coin de la bibliothèque, pourtant, il semble avoir disparu. Après une recherche approfondie, Mégane en a la confirmation, car un trou dans le rayonnage indique clairement un livre manquant, à l’endroit précis où elle se souvenait avoir vu sa Grand-mère le ranger…
Mégane est dépitée. Tous ses beaux espoirs tombent à l’eau. Elle se laisse tomber dans le grand fauteuil installé à coté de la bibliothèque pour réfléchir à la situation quand un remue-ménage, semblant provenir de l’entrée, attire son attention. Mégane relève la tête et cherche la source de toute cette agitation. Est-ce Hector, le chat facétieux de sa Grand-mère, qui fait encore des siennes ? Mégane doit en avoir le cœur net. Elle se lève du fauteuil et se dirige avec précaution dans la direction que lui indiquent ses oreilles. À sa grande surprise, l’énorme armoire normande, que sa Grand-mère utilise pour ranger les manteaux des invités, s’agite toute seule sur ses pieds, elle est comme possédée, en proie à une lutte intérieure féroce. Une lumière intense s’échappe par les interstices des portes et du fronton comme si un soleil d’été avait été emprisonné à l’intérieur. Mégane est tétanisée devant le phénomène, trop intriguée pour avoir réellement peur, mais pas assez rassurée pour oser s’approcher.

– Incroyable, l’armoire magique est activée, j’en avais entendu parlé, mais je ne l’avais pas cru. Mégane, c’est notre chance de passer de l’autre coté et d’explorer le monde des rêves. Le trésor s’y trouve sûrement. Tu sais où ta Grand-mère cache la clé ?
Mégane sursaute, surprise de trouver Sophie, debout à ses cotés, qui la regarde avec un regard interrogateur.
– euh, je…
– Sophie a raison, si tes ancêtres ont caché un trésor jamais retrouvé, il est fort a parié que l’on trouve des indices dans le monde des rêves.
– Pélops ? Mais, comment ça se fait…
– Mégane, on n’a pas le temps, dit Sophie en s’approchant de l’armoire pour maintenir la porte fermée. Si l’armoire explose, nous aurons perdu tout espoir d’accéder à ce monde magique.
Pélopidas aboie en direction de la porte, comme si cela pouvait aider la pauvre Sophie à contenir les soubresauts de l’armoire ensorcelée.
– OK, ok
Mégane réfléchit à toute allure. Sa grand-mère ferme a clé cette armoire, car elle a tendance a s’ouvrir toute seule, et Hector s’amuse à en chaparder la clé à chaque fois qu’elle la laisse sur la porte. La dernière fois que c’est arrivé, Mégane a vu sa grand-mère la ranger…
– Le pot à crayons, à côté du téléphone !
Mégane s’y précipite et brandit la clé dans un geste de victoire. Elle revient à l’armoire en courant et introduit la clé dans la serrure. Ce simple geste calme instantanément le meuble, et la lumière à l’intérieur semble avoir disparue. Les trois amis se regardent avec appréhension, et c’est Pelops qui donne le signal pour tourner la clé. La clé vient tout juste de faire un tour complet lorsque la lumière aveuglante réapparaît, obligeant les trois compères à fermer les yeux, et un vent violent se met à aspirer tout ce qui se trouve devant l’entrée. Mégane et Pélops parviennent à se carapater derrière la porte, mais la pauvre Sophie est engloutie en une fraction de seconde, comme si elle était avalée par une bouche géante. Mégane et Pélops luttent tout deux pour ne pas être aspirés à leur tour dans les profondeurs de l’armoire. Mégane, a pris Pélops dans ses bras, elle résiste, s’accroche a tout ce qui l’entoure, et tout son corps se met à trembler, comme secoué par un tremblement de terre. Mégane. Mégane ?
• Mégane, réveille-toi mon chou !
Mégane ouvre les yeux sur sa Grand-mère, et regarde autour d’elle.
• Pourquoi as-tu dormi dans le fauteuil ? Tu as eu un problème ma chérie ?
Mégane ne répond pas. Elle se lève précipitamment pour aller voir l’armoire de l’entrée. Le corps inanimé de Pelops gît sur le carrelage, et Hector, les yeux fixés sur la clé de l’armoire, s’apprête à bondir pour la récupérer…

A suivre, à la semaine prochaine! 🙂

UPDATE : La suite de l’histoire est ICI.