8 semaines de solitude

Avant que chacun ne retrouve ses marques, avant que chacun n’oublie et ne passe à autre chose, je voulais garder une trace de la façon dont j’ai passé ces quelques semaines. 8 semaines particulières, sans précédent. 8 semaines, ca peut paraître énorme, mais pour ma part, je n’ai pas vu le temps passer, et je vous avoue que je ne me sens pas pressée de me “déconfiner”.

Sondage : Le Figaro du 6 mai 2020.

Je fais clairement partie des 34% qui prolongent le confinement au delà du 11 mai, reprenant une “vie du dehors” à mon rythme, c’est-à-dire “lent”! 😉 La raison principale de mon manque d’enthousiasme, à reprendre les vieilles habitudes, doit venir du fait que j’ai plutôt bien vécu cette période de confinement. Le fait de vivre en province et d’avoir eu la bonne idée de déménager, il y a un an, en dehors de la ville pour bénéficier d’un petit jardin, a certainement contribué à ce ressenti. Je crois surtout que cette isolation obligatoire a particulièrement convenu à mon âme d’ermite ! Oui, vous l’avez devinez, je suis une introvertie, donc plutôt à l’aise avec la solitude, mais nous y reviendrons, car tout n’a pas été si simple pour autant.

J’ai vécu cette période comme une parenthèse inattendue, car pour la première fois de ma vie, j’ai pu rester chez moi sans culpabiliser de ne pas m’affairer à l’extérieur. Le mot “culpabiliser” peut paraître fort, il l’est d’autant plus que je n’en avais aucune conscience avant d’avoir vécu cette expérience. Du jour au lendemain, je me suis retrouvée chez moi avec l’OBLIGATION d’y rester, et étonnamment, ce que j’ai ressenti, c’est du soulagement. J’ai fini par comprendre à quel point, en temps normal, je faisais des efforts pour vivre la vie que je croyais devoir vivre. Au fil des jours, je me suis aperçue que sortir de ma maison, voir du monde, consommer, être occupée H24, n’était finalement pas si naturel, ni nourrissant, pour moi. En tout cas, pas à cette fréquence, pas avec cette intensité. Vous le savez peut-être, ce qui distingue les introverties des extravertis est leur manière de se ressourcer. Rien à voir avec le fait d’aimer les soirées karaoké ou la facilité avec laquelle on s’exprime en public, à l’occasion, j’adore ça ! Les extravertis ont besoin d’interactions avec les autres pour recharger leurs batteries, alors que les introvertis ont besoin de calme et d’isolement. Le savoir est une chose, le vivre à l’échelle du confinement en a été une autre. Car cette isolation forcée a pu me permettre de percevoir enfin ce trait de personnalité comme un avantage, dans une société qui, en temps normal, a plutôt tendance à favoriser les extravertis. Un constat valorisant qui nourrit la confiance en soi. Toujours bon à prendre!

Mais il m’a aussi permis d’en mesurer les limites. Car au bout de plusieurs semaines, j’ai pu constater à quel point le manque d’exercice, de lien avec la nature, d’échanges direct avec mes proches, avaient un impact sur mon niveau de stress. Cela est devenu particulièrement visible pour moi au moment du coucher. Là où d’habitude, la fatigue de la journée calme mon esprit, favorisant un sommeil accueillant et réparateur, le confinement a créer chez moi un esprit fatigué d’un tout nouveau genre. Beaucoup plus proche d’un hamster pédalant frénétiquement dans sa roue, que d’un gentil bouddha zen. Le constat que j’en ai tiré, c’est que je ne peux en aucun cas me passer d’interactions, de bouger, de m’aérer, sous peine d’asphyxier complètement mon cerveau. Et c’est finalement ce qui a été le plus compliqué pour moi pendant toute cette période : trouver un équilibre entre ma tendance naturelle se satisfaisant de solitude, et mes besoins physiologiques, liés à ma santé, aussi bien physique que mentale. J’ai dû prêter une plus grande attention à ma pratique de yoga, à la méditation et des sorties régulières, afin de laisser à mon esprit l’espace nécessaire pour respirer. Par ailleurs, les échanges réguliers, vidéo ou non, avec des amis ont énormément contribué à cet équilibre fragile. Petit à petit, je me suis ajustée, et je crois pouvoir dire que le confinement m’a permis de mieux me connaître de ce point de vue. Je sais maintenant faire la distinction entre les besoins que je croyais avoir, et mes besoins réels.

Les meilleurs moments, dont je veux me souvenir de cette période, concernent ces nouvelles formes d’échanges qui nous avons pu inventer à distance au cours de ces 8 semaines. Que ce soit avec mes amis, via les réseaux sociaux, ou via les échanges professionnels que j’ai pu avoir, j’ai été enthousiasmée par la créativité déployée au cours de cette période pour tirer le meilleur de toutes ces contraintes. J’ai également été épatée par la qualité des échanges et par le niveau d’ouverture que ces conditions particulières ont réussi à générer en dépit de la distanciation physique. J’ai adoré les apéros virtuels, les séances de jeu de société live, la formation d’écriture à distance à laquelle j’ai pu participer malgré tout, et les cours de Yoga en direct live de l’autre coté de la planète, les sessions de lecture de poésie ou les mini concert sur Instagram… Que des activités qui n’existaient pas dans ma vie habituellement. J’espère que je saurai faire perdurer quelques-unes de ces pratiques, qui ont enchanté une partie de mon quotidien de confinée.

En ces premiers jours du confinement, je reste en mode spectateur, un doigts de pied dehors pour tester la température, pas beaucoup plus. 😉 Je crois qu’après une aussi longue période en retrait de la société, il est important de s’écouter pour évaluer « quand » et « comment » on a envie de repartir. Pour ma part, ma façon de reprendre contact avec le monde a été de passer une commande géante de livres à la librairie de mon village enfin ré-ouverte ! J’imagine que ce sont encore les livres et la perspective d’aller visiter ma boutique préférée d’encres et de carnets qui vont finalement m’aider à sortir peu à peu la tête hors de mon terrier. Mais rien ne presse.
Et vous ? Quelle a été votre expérience du confinement ? Comment se passe ce “retour à la réalité” ?

Dans tous les cas, je vous souhaite la meilleure reprise possible. 🙂

Le Grimoire

Aujourd’hui, j’ai reçu un livre que j’avais déjà dans ma bibliothèque. Alors quoi ? Je fais une collection ? Je fais une obsession ? Non, je ne crois pas que l’on en soit encore là. Ce livre est le journal d’une personne qui m’inspire. Un recueil de mots, l’empreinte d’un parcours, qui parle à mon âme d’exploratrice. Un livre que je connais déjà, alors pourquoi ce nouvel exemplaire? Je crois que les mots les plus puissants ont besoin d’un écrin pour déployer leur magie. Ils ont besoin d’une forme spéciale, d’une attention aux détails, qui en nourrit le sens. Une édition particulière, dont le papier, la mise en page, et la densité m’atteignent directement au cœur et font briller mes yeux. Les mêmes mots, portés par une forme consacrée, qui les transforme en incantations. Car ce livre renferme l’essence de ce qui m’inspire : le talent d’une écrivaine, les convictions d’une femme, ses doutes, ses questionnements, sa vulnérabilité. L’avoir à mes côtés, c’est pouvoir toucher la preuve que c’est possible. Possible de ne pas savoir et d’avancer malgré tout. Possible de douter et de pouvoir créer. Possible d’être vulnérable, faillir, et être aimée. Dans mon propre cheminement, je cherche sans relâche la réconciliation des opposés. Le sens derrière les contradictions qui me tétanisent. Et toute preuve tangible, qui atteste de la réussite de cette formule alchimique, revêt à mes yeux un caractère sacré. Un pouvoir ésotérique en mesure d’influencer le courant même de mon existence. Comment appeler un livre capable de tels prodiges ? Je n’en vois qu’un seul : grimoire.

Plus qu’un appel des mots,
C’est un appel des sens.
Regarder ce lettrage,
Admirer cette blancheur.
Passer la pulpe de mes doigts
Sur le grain du papier,
Écouter la voix,
Goûter les émotions.
Me connecter à l’âme
Par delà le temps,
Par delà la mort.
Réunir nos armes,
Pour lutter côte à côte.
Déterrer des trésors,
Prier.
_____FA200420

Embrasser l’insécurité

Ami écrivain, amie écrivaine,

Comment s’est passé ta semaine d’écriture ? La mienne a été pas mal mouvementée et m’a confronté à une nouvelle réalité, celle d’embrasser l’insécurité de créer. Embrasser qui ? Quelle insécurité ? Encore un nouveau virus exotique menaçant ? Ne panique pas, petit.e écrivain.e en herbe, je t’explique mes réflexions. Plus les semaines décriture de mon 2ème Jet avancent (Previously dans #maviedecrivain pour ceux qui arrivent en cours de route) et plus je me rends compte que le contrôle est mon ennemi public numéro 1. Le manuscrit de mon roman ressemble actuellement à la surface frémissante du plomb sur le point de se changer en or (dans le meilleur des cas), mais tu vois, ca frémit, mais pour l’instant l’alchimie ne se passe pas. Pourquoi ? Ben, j’ai peur que ça m’explose à la gueule pardi ! Toi aussi, tu as eu Mr Gavin en cours de Chimie au Lycée ? Peut-être pas, sinon tu saurais que toute expérience non contrôlée finit toujours par un fiasco ! Alors moi, dés que je sens que mon imagination pourrait partir en vrille, et bien, je mets un couvercle dessus, pour bien refroidir tout ça. Super efficace, ça brule pas mais ça prend pas non plus. La seule chose à faire: lâcher prise… Mais comment?! Je crois que cette semaine j’ai trouvé une réponse à cette question, et c’est d’embrasser l’incertitude de ne pas savoir si cette effervescence va se transformer en or ou en purin. C’est quand même dingue, parfois j’ai la sensation que je suis plus à l’aise avec l’idée d’être sure de me planter plutôt que d’être dans l’incertitude de réussir. Ça peut pas durer.

“100% des gagnants ont tenté leur chance.”
La Française des jeux

Celui (ou celle) qui a pondu ce slogan est un génie. Je devrais faire imprimer des posters et les placarder partout dans mon bureau. Et puis aussi relativiser, parce qu’à bien y réfléchir, prendre des risques dans un bureau chauffé, dans ma maison, au cœur d’une petite ville de province, ca reste quand même assez sécuritaire. Le danger est complètement virtuel, mais il prend sacrément de la place ! Raaaa la peur de se planter, c’est un truc que l’on nous apprend depuis tout petit. Et bien moi, je peux te dire que je l’ai bien assimilé cette leçon là. Mais je ne vais pas me laisser faire. Si ça continue, je vais m’organiser une session par jour de plantage, histoire de dédramatiser et de me sortir de ce conditionnement nauséabond. Et toi, tu fais comment pour gérer cette prise de risque que nécessite la créativité ? Sache que toutes solutions m’intéressent. 😉
Un merveilleux we à toi.

Aurélie