Le mot du WE : RACONTER

Si vous venez sur ce Blog régulièrement, vous le savez, l’écriture est l’un de mes sujets de prédilection. Raconter des histoires n’est pas une activité que je prends à la légère, car je crois profondément au pouvoir des mots. Les histoires modèlent nos vies. Celles que l’on invente pour les autres, celle que l’on s’invente pour soi. Ne jamais sous-estimer la puissance des histoires, car aucune n’est jamais totalement fiction.

Devenir écrivain pour moi, loin de n’être « que » l’auteur d’un roman, c’est avant tout une posture, qui consiste à respecter l’écriture, et lui donner une place centrale dans sa vie. C’est ce que je m’emploie à faire, même si je sais que je n’ai pas encore totalement trouvé mes marques sur le sujet. Je cherche encore comment m’approprier totalement cette facette de moi-même. Mais cela ne gâche pas mon plaisir, bien au contraire, et je reste, plus que jamais, fascinée par tout ce qui touche à l’écriture, la lecture, l’univers des livres, les histoires. Et pour ce WE, je voulais vous partager deux histoires fondatrices, qui m’ont profondément marqué, et qui ne cessent de m’inspirer sur le chemin de ma propre expression. J’espère qu’elles pourront également vous plaire.

La Magie des mots (Magic Beyond Words)

Harry Potter fascine des millions de lecteurs partout dans le monde, mais le plus fascinant pour moi, reste l’histoire de son autrice. L’histoire d’une jeune femme en galère, qui finit par trouver sa voie en allant vers elle-même. Ce récit m’est tellement familier et il constitue un des scenario les plus stimulants pour moi. C’est le type de parcours qui me passionne et m’enthousiasme, car il nourrit tous les espoirs. J’ai adoré cette adaptation, sans prétention, de l’itinéraire personnel de J.K. Rowling. Je vous ai trouvé une version FR complète sur You Tube, même si je vous recommanderais plutôt de le trouver en VO pour plus d’immersion.

Ecrire pour exister (Freedom Writer’s Diary)

Encore une histoire vraie, une histoire incroyable ! Celle d’une professeure de banlieue dans l’Amérique des guerres de Gang qui, par la lecture et l’écriture, va apporter l’espoir à des adolescents déjà condamnés par une société ultra-violente. Cette histoire est la preuve vivante que raconter des histoires est un acte bien plus important que l’on ne l’imagine, un acte de résistance et de liberté ! Le film qui a été tiré de cette histoire n’est pas parfait, mais il a le mérite de témoigner de ce message si important pour moi: les histoires peuvent sauver des vies ! Et pour en prendre pleinement la mesure, je vous recommande la conférence TeDX qui donne la parole à Erin Gruwell, la professeure à l’origine de toute l’histoire. Une femme sensible et forte, qui par son humanité a su inspirer ses élèves à changer leur propre histoire.

Et vous? Quelles histoires vous inspirent? Quelles histoires aimeriez-vous écrire?
Un merveilleux WE à vous, nourrit de créativité et d’écriture !

La curiosité – D. Pennac

«  Je suis né par curiosité. Y a t-il une meilleure raison de naitre ? »

Danniel Pennac

Regarder autour de soi, vraiment. C’est le secret ultime pour découvrir la beauté dans les endroits les plus inattendus. Quand je pense à tous ces moments où je me sens motivée, dans le flow, prête à déplacer des montagnes, je me rends compte que c’est la curiosité, de créer, de découvrir, d’apprendre, qui est toujours à l’origine de mon enthousiasme. Quand je peine, je doute, je tergiverse et je me pose trop de questions qui m’empêchent d’avancer, je constate que la curiosité est l’un des meilleurs leviers pour sortir de l’ornière dans laquelle je m’enlise. Car la curiosité ouvre. Elle ouvre les yeux, l’esprit, le cœur. Cultiver la curiosité, c’est s’assurer de ne jamais s’ennuyer et de n’être jamais à court de carburant, d’être émerveillé, et inspiré. En ce début de semaine, je nous souhaite donc, à toutes et à tous, une curiosité insatiable, qui booste nos envies et ouvre nos appétits !

S’écouter – G. Doyle

« Quand tu dois choisir entre ce que tu sais intuitivement, et ce que d’autres personnes enseignent, choisis toujours ce que tu sais par toi-même, au fond de ton coeur. »

Glenon Doyle – Untamed

Me faire confiance, pleinement, c’est un de mes axes de développement les plus puissants. Il m’est arrivé tellement souvent de me dire, a posteriori :

« En fait je savais ça, je ne me suis pas assez écoutée »

Nous vivons dans une société pleine d’a priori, une société qui sait pertinemment comment nous devrions manger, nous habiller, travailler, aimer, vivre notre vie. La vérité, c’est qu’il existe autant de façons de faire que de personnes, et je ne pense pas qu’aucune ne soit fondamentalement bonne ou mauvaise, ni universelle. Je crois que nous sommes les seuls à savoir ce dont nous avons vraiment besoin. Il y a quelques années, j’ai eu envie de repenser ma façon de manger. J’ai lu beaucoup d’articles, de livres et regardé beaucoup de reportages sur l’alimentation végétarienne ou végane. J’y ai trouvé des arguments très convaincants, aussi bien en faveur qu’en opposition à ce type d’alimentation, et pour la première fois de ma vie, j’ai décidé de m’écouter. Cela fait maintenant plus de 7 ans que je suis végétarienne, et cela me convient pour le moment. Je me sens alignée avec ce choix. Pourtant, je ne considère pas avoir tranché la question pour le restant de ma vie. Etre végétarienne n’est pas une étiquette que je veux me mettre, une autre boite dans laquelle m’enfermer, juste un choix, que je veux pouvoir remettre en cause à chaque fois que je le jugerai nécessaire. Le jour où mes analyses indiqueront une carence, ou simplement le jour où j’aurais envie de manger du poisson, parce que je suis en bord de mer et que je sens que c’est juste pour moi, je le ferai, et cette idée me fait du bien. Cette souplesse et cette ouverture sont tellement confortables: c’est bon de sentir que je me fais confiance pour prendre la bonne décision. Cette sagesse de savoir pour soi ce qui est le mieux, je suis persuadée que nous l’avons pour chaque pan de notre vie. Pourtant, je me rends bien compte à mon niveau qu’il y a des sujets pour lesquels j’ai plus de doutes, et je bâillonne ma sagesse interne au profit d’une solution miracle que quelqu’un d’autre saura m’apporter. Je crois que cette solution miracle n’existe pas. C’est, au mieux une illusion, au pire une excuse pour me dé-responsabiliser. Mon intention pour cette semaine est donc de laisser plus de place à cette voix intérieure, qui nous partage toute la sagesse dont nous avons besoin pour avancer. Laisser plus de place à cette intuition qui nous souffle les choses qui sont justes pour nous.

Excellente semaine, d’écoute, d’expériences et de découvertes !