DECLIC#3 : Émotions = alliées

Nous l’avons tous entendu : « il faut laisser ses émotions aux portes de l’entreprise ». Si l’on en croit cet « adage », les émotions seraient du domaine du privé et n’auraient donc absolument pas leur place dans le milieu professionnel. 💔 Et le stress, la peur, la jalousie, l’ennui, la démotivation, ca n’existe pas en entreprise ? L’écosystème pro est torpillé par toutes ces émotions dont on ne veut pas se préoccuper ! Les risques psychosociaux n’ont jamais été aussi présents et de nouvelles formes de mal-être au bureau apparaissent tous les jours… 😨

Que nous manque t-il pour réagir à ce fléau? Comment pouvons-nous changer notre attitude, pour faire évolution cette situation mortifère ?

Ce qui permet de sortir d’une impasse psychologique tient parfois à un DÉCLIC.

🌟 Ce déclic, nous sommes, toutes et tous, en responsabilité de le trouver pour nous-même. Mais pour cela, il va bien falloir accepter de regarder la réalité en face, pour espérer trouver des solutions concrètes et personnelles.

💁 Je vous propose aujourd’hui, une suggestion de déclic, une invitation à vous questionner, et peut-être à libérer une partie de ce potentiel inexploité !

❓ ET SI… vous considériez les émotions comme des alliées, aussi bien dans votre sphère personnelle que professionnelle, que feriez-vous différemment aujourd’hui ? 🥰

DÉCLICS : une invitation à se questionner

Nous savons tous et toutes ce que nous devrions faire pour prendre soin de nous: manger équilibré, faire du sport, se reposer,… Alors pourquoi ne parvenons-nous pas à passer à l’action ? Nous savons ces choses intellectuellement, mais elles restent en surface. Nous ne les avons pas intégrées pleinement.

Pour libérer notre capacité d’action, nous avons besoin d’une prise de conscience, une étincelle, un DÉCLIC ! Celui qui va nous permettre d’accéder à une compréhension profonde de nos besoins, pour lesquels ne s’opposeront alors plus aucune résistance.

DÉCLIC
Ce petit « pas de côté » qui se vit comme une libération.
Ce basculement de paradigme qui peut tout changer.
Cette lumière dans les ténèbres qui révèle des opportunités insoupçonnées.

Suite au dernier Atelier Passeport Émancipation sur la thématique de l’hygiène de vie, j’ai eu envie de vous partager certains des déclics que j’ai trouvé utiles dans le cadre du processus d’émancipation des personnes que j’accompagne, ainsi que de mon propre cheminement.

Chaque semaine, je vous propose de vous partager ici, un nouveau déclic comme proposition de réflexion. Car nous sommes tous et toutes différents, notre sensibilité est unique, notre temporalité est personnelle, et une information qui mène au déclic pour une personne, n’a pas nécessairement le même impact sur une autre.

Ceci est donc une invitation au questionnement personnel. Apprendre à mieux se connaître, pour discerner ce qui peut nous aider à oser imaginer autrement !

Pour ne louper aucun Déclic, je vous encourage à vous abonner à la Newsletter du Club Émancipation, en me laissant votre e-mail ci-dessous :

Oser troubler l’harmonie pour construire la paix – Dalaï Lama

« La paix ne signifie pas l’absence de conflits ; les divergences seront toujours là. La paix, c’est trouver des solutions pacifiques à ces divergences, par le dialogue, pas l’éducation, par la connaissance, et toutes les voies humaines. »

Dalaï Lama

Depuis que je m’engage vers plus d’égalité hommes-femmes, je me rends compte du bouleversement que cela engendre. Un bousculement de tous les corps : intellectuel, émotionnel, physique, spirituel. Cela serait si simple de ne rien dire, et de continuer comme avant. Questionner le réel, débusquer les injustices, réveille des blessures enfouies, que l’on préférerait oublier.

Je m’aperçois que cela demande un effort qui peut s’apparenter à une violence, de vouloir faire évoluer les mentalités. Que cela trouble une certaine harmonie qui s’est construite sur une soumission à un ordre qui pourrait être acceptable, s’il ne détruisait pas, à petit feu insidieux, le lien qui nous unit les uns aux autres, les unes aux uns.

Je prends conscience que contribuer à construire la paix, demande parfois de troubler une harmonie complaisante. Oser remettre en cause un ordre établi constitue un arrachement compliqué, car il demande de faire le deuil de cet équilibre dysfonctionnel. Heureusement, le Dalaï Lama nous rappelle, que la paix réside avant tout dans nos actes, nos revendications, nos intentions, à chaque instant. Il nous donne le courage de dépasser le confort d’une paix apparente, pour oser contribuer à une paix plus concrète, et plus authentique.

La difficulté, est effectivement, de trouver de la douceur pour accompagner la violence que constitue le fait d’opérer ces changements. La nature humaine résiste, c’est sa réaction la plus primale. Mais la force de l’humanité est aussi de savoir dépasser ces résistances, pour continuer d’évoluer, de s’améliorer.

Cette semaine, je souhaite attirer l’attention sur cette douceur à remettre au cœur de nos façons d’agir au quotidien, pour accomplir les changements nécessaires à notre évolution. Je crois qu’il est important de rester intransigeant sur les valeurs auxquelles on croit, mais qu’il est néanmoins toujours possible de les incarner avec bienveillance et ouverture. Faire appel à toute notre créativité, pour échanger, éduquer, transmettre, en prenant soin de soi et des autres.

Une très belle semaine à toutes et à tous !