« Go with the flow » – B. Burchard

« Suivre le courant » ne veut pas dire se désengager de la vie et attendre de voir ce qu’il se passe. Cela signifie au contraire s’engager activement dans ce qui est, à cet instant précis, et ce que nous avons l’intuition de devoir faire. Cela veut dire nager dans le courant, et se sentir autant responsable de notre progression que la force du courant qui nous entraîne. »

« Go with the flow » does not mean you disengage from life and just see what happens. It means that you fully engage with what is here now and what you feel you are being called to do. It means dance with the flow, and as a partner in that dance you are equally in charge of that next steps. »

Brendon Burchard

Le « lâcher prise », voila une notion qui me donne du fil à retordre depuis que je suis à mon compte et que je souhaite déployer ma créativité. Je sais intellectuellement que cette notion est essentielle, mais pour une personne dans le contrôle, difficile d’appréhender ce que cela implique concrètement. Pourtant, récemment, j’ai eu la sensation d’avoir un déclic et la définition de Brendon Birchard explique parfaitement la compréhension que j’en ai aujourd’hui. Je ne comprenais pas comment me sentir forte et engagée en « suivant le courant ». Cette formule me semblait paradoxale. Je pensais que le fait de me « laisser porter » constituait forcément une attitude flemmarde et passive ! En réalité, je n’avais pas compris que le courant donne une direction et que son énergie n’est là que pour soutenir mes propres efforts. Cette découverte m’a libéré d’un grand poids, celui de devoir choisir entre, me montrer active et volontaire, ou bien de faire confiance passivement. Aujourd’hui, j’ai compris qu’à partir du moment où je saisis le sens du courant dans lequel je semble m’épanouir, je dois me servir de cet élan d’énergie pour redoubler d’efforts et ainsi en amplifier les effets de manière presque miraculeuse. Cette semaine, j’ai la sensation que mon frêle esquif, celui qui transporte mes nouveaux projets (ateliers, roman), arrive à l’embouchure de la mer et une certaine anxiété refait surface. Une fois lancée au large, saurais-je encore déceler les courants ? Serais-je en mesure de trouver la direction à suivre ? Je nous souhaite à toutes et à tous une semaine à l’écoute de ces courants. De trouver les meilleures conditions pour percevoir d’où vient le vent et comment il sert, ou non, notre progression. Être en mesure de discerner le flow qui nous porte dans la direction qui nous aide à grandir sereinement et dans la joie.

Une belle semaine en perspective !!

Leonardo Dicaprio Love GIF - Find & Share on GIPHY

« Ne pas savoir où on va » – D. Bowie

« I don’t know where I’m going from here, but I promise it won’t be boring »*

*Je ne sais pas où je vais vraiment avec ça, mais je promets que l’on ne va pas s’ennuyer !

David Bowie

Je ne sais pas si cela se ressent de votre côté de l’écran, mais je suis actuellement dans une période dans laquelle je m’autorise à tester pas mal de choses. La semaine dernière, c’était la Chronique vidéo. Cette semaine, c’est l’arrivée de mon Atelier gratuit et de l’envoi de ma première Newsletter/Respiration. Créer, en n’ayant pas toujours une vision claire du résultat que je vais obtenir. Créer, juste parce que j’ai une intuition sur ce qui me fait avancer dans mes projets de vie. Aucune certitude, juste un ressenti personnel et irrationnel. C’est nouveau, avant j’avais toujours besoin que mes idées soient validées par un juge intérieur qui comprenait « pourquoi » je voulais me lancer dans tel ou tel projet. Je devais monter un dossier avec moi-même, c’était très administratif, très sérieux, il me semblait. Avec le recul, cette attitude que je jugeais « responsable » à tuer tous mes projets car rien ne trouvais grâce aux yeux de ce juge implacable. Et au final, je ne trouve pas si « responsable » de ne rien entreprendre. Alors voilà, on lâche les validations intempestives. Cette semaine, je nous souhaite, à toutes et à tous, d’aller dans la direction de nos rêves, malgré les doutes, malgré les peurs, peut-être malgré les avis bien intentionnés. En fait, malgré toutes les bonnes raisons qui nous dissuadent de tenter notre chance. Car Bowie nous le dit, malgré le manque de garantie sur ce qui va en découler, on ne va pas s’ennuyer. Et est-ce que ce n’est pas ça, vivre, finalement ? Alors accrochons nous, car cette semaine s’annonce pleine d’audace et de défis enthousiasmants !

Une rafale de joie et de rire à vous pour cette nouvelle semaine !

Il meurt lentement – Pablo Neruda

Ces textes que j’aurais voulu écrire. Ceux qui parlent à mon âme. Ceux qui ont su exprimer des émotions indicibles. Je suis persuadée qu’ils constituent une trame qui, mise bout à bout, compose un peu de notre univers. Un tissu doux et soyeux qui nous entoure et nous protège. La source de notre propre pouvoir de création.

Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l’habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les cœurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu’il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n’a fui les conseils sensés.

Vis maintenant!
Risque-toi aujourd’hui !
Agis tout de suite !
Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d’être heureux !