Je veux être rock !

Dans mon enfance, je n’ai jamais été particulièrement fan d’un chanteur ou d’une actrice au point de placarder son poster partout comme j’ai pu le voir dans la chambre de certaines de mes amies de l’époque. En devenant adulte, je m’aperçois que je trouve plaisir à admirer des personnalités qui m’inspirent et que je regarde avec envie en me disant :

« ohlala, ce que j’aimerais être comme ça » !!

Moi idéaliste qui s’emballe

Ça peut-être pour un tas de raisons. Un style vestimentaire, un tempérament affirmé, un esprit créatif,… Ces personnes font quelque chose que je ne m’autorise pas, et je prends plaisir à les observer. En psy, on appelle ça une projection, et dans ma vie, j’appelle ça une muse. Ces personnes, en grande majorité des femmes, stimulent ma créativité. Mais force est de constater qu’elles sont plus que cela. Au fil des années, elles ont fini par constituer une sorte de matière première à la construction d’un moi idéal. Un peu de la verve de Virginie Despentes, de l’humour de Florence Foresti, de l’audace d’Adèle Haenel, de la créativité d’Alicia Keys,… Des bouts de femmes que j’aurais assemblés un peu à la Frankestein et que j’ai érigées en modèle sans trop m’en apercevoir. Je pensais naïvement que cet idéal constituait un objectif positif à mon développement. Pourtant, plus je cherche à concrétiser mes rêves en tant que #auteurdemavie et plus je me rends compte combien cet idéal est un faux-ami.

Pénélope Bagieu est l’une de ces muses. Au delà de son travail de dessinatrice de BD, ce que j’aime chez elle, c’est son état d’esprit. Une nana engagée dans les valeurs de féminisme, d’humanisme et qui sait garder beaucoup d’humour dans sa façon de s’exprimer. Et même si je n’ai pas épinglé de posters d’elle nulle part chez moi, je dois reconnaître que je ne loupe pas une de ses interviews ou un Podcast dans lequel elle est invitée. Il y a quelque temps, je regarde une émission qui lui est consacrée dans laquelle je la vois parler avec beaucoup de passion de musique, et principalement de Rock. Ni une ni deux, mon « mode groupie » s’active et comme je suis en phase avec elle sur beaucoup de ses valeurs, je rajoute le Rock comme un idéal de musique à connaître. Surtout que je me rappelle les propos passionnés d’une autre de mes icônes, Virginie Despentes, sur le même sujet. Je me dis que, moi aussi, j’aimerais être Rock’n’Roll. Plus j’y réfléchis et plus je trouve que ça a de la gueule ! C’est pas pour rien que les ados tapissent leur sac à dos de groupes de Rock. Mais qu’est-ce que j’ai foutu, comment j’ai pu passer à coté de ça ?

« Moi aussi, je veux être rock ! »

Moi idéaliste convaincu et enthousiaste

Bon, il faut bien que je le reconnaisse, je ne connais rien au rock. Bien sûr, les noms de Nirvana, de Led Zeppelin et des Rolling Stones me disent vaguement quelque chose, mais je doute de n’avoir jamais écouté plus d’une ou deux de leurs chansons. Je décide de remédier à ce trou impardonnable dans ma culture personnelle. Je vais nourrir la part Rock’n’Roll en moi, et pas plus tard que maintenant ! Je file sur Spotify et je change d’ambiance, je m’abonne à plein de Playlists, je vais me faire une culture Rock, digne de ce nom. Mon idéal me porte, mon idéal m’élève. Mon idéal m’emporte vers de nouvelles contrées. Je suis attentive, à l’écoute, enthousiasmée à l’avance de m’abreuver à la coupe de ce nectar inédit. Les morceaux défilent et je me surprends agréablement à connaître quelques-uns de ces morceaux. Les Playlists s’enchaînent, la vie reprend son cours, désormais accompagnée d’une toute nouvelle bande son. Au bout de quelques jours, je suis en train de cuisiner immergée dans ma nouvelle atmosphère musicale lorsque ça me percute… Un truc m’agace, un truc m’horripile en fait, et tout à coup, je prends conscience que c’est cette musique!

« Je n’ai qu’une envie, c’est de FAIRE TAIRE mes enceintes ou bien de changer de station ! »

Moi idéaliste dérouté

Je commence à paniquer et je décide de passer la chanson en question, je me dis que tout n’est pas bon dans le rock. Dans les jours qui suivent, j’avance rapide, je tergiverse, je résiste. Malgré tous mes efforts, le verdict fini par tomber, impitoyable :

« Je n’aime pas le rock.»

Mon vrai Moi

Forcément, je suis déçue. Je ne colle plus à mon idéal. Je ne deviendrai jamais cette femme rock & cool dont j’ai rêvé. Ça avait l’air si parfait dans ma tête, Pénélope avait l’air si convaincue ! Oui, mais Breaking News: je ne suis PAS Pénélope Bagieu, je suis moi. Avoir des muses pour m’inspirer est une chose, mais vouloir m’identifier à elles en est une autre.

« Aimer le Rock, ou bien la peinture pré-raphaélite italienne, n’est ni bien ni mal. »

Vrai Moi soulagé

C’est juste l’expression d’une sensibilité personnelle. Et la mienne n’est juste pas touchée par le rock. Vouloir coller à un idéal m’a fait perdre de vu l’essentiel : moi. L’idéal n’est qu’une construction intellectuelle influencée par les regards extérieurs. Notre sensibilité personnelle réside en nous-même. Qu’est-ce qui me fait vibrer ? Qu’est-ce qui me touche ? Ce sont des questions fondamentales lorsque l’on cherche à aligner sa vie avec ses valeurs. Les muses nous donnent des indices sur ce qui stimule notre créativité, mais ne peuvent pas répondre à notre place. Elles accompagnent juste notre chemin identitaire. Nous sommes les seuls à détenir les clés nous permettant de déployer notre propre potentiel. Depuis, j’ai retrouvé mes Playlists RnB, Funk, Pop, et je peux vous dire que ça, ça n’a pas de prix !! <3

« Soyez vous-même, les autres sont déjà pris »

Oscar Wilde

La vérité – J. Dizant

« La vérité d’un jour n’est pas toujours celle du lendemain. »

Johann Dizant

J’ai compris très récemment que dans ma vie, j’ai souvent donné plus de crédit à l’opinion de certaines personnes qu’à moi-même et cela m’a détourné de mon chemin, au moins pour un temps.
La vie nous met face à des choix, face a des situations qui nous construisent, un peu chaque jour. Déléguer son pouvoir de décision à quelqu’un d’autre, c’est lui laisser les rênes de sa vie. Il y a très longtemps, j’ai laissé un membre de ma famille me convaincre que je n’avais aucun talent pour l’écriture, que mon opinion n’avait aucun intérêt. C’était peut-être vrai pour cette personne, ça ne l’était pas pour moi et penser que cette personne détenait la vérité sur moi m’a empêché de vivre ce que j’avais à vivre sur ce chemin qui m’appelait. Car, j’en suis maintenant persuadée, la vérité sur soi, ne peut venir que de soi. Savoir ce qui est bon pour nous, ce que nous devrions faire dans telle situation, c’est se connecter à ce qui nous semble le plus juste à ce moment là. Nous sommes tous sur un chemin solitaire, que nous le voulions ou non. Et même nos proches ne peuvent se mettre à notre place. Cela ne veut pas dire que l’on ne peut pas écouter les conseils, mais que la seule personne qui détient la vérité sur ma vie, c’est moi. Cette vérité est intimement reliée à mon humanité, mes besoins, mes envies. Elle évolue en permanence et le seul moyen d’y accéder est de rester connecter à moi-même. Car la quête de la vérité, n’est-ce pas la quête de notre propre chemin ?
Mon intention cette semaine, est d’être plus à l’écoute de ma vérité et de déployer la confiance nécessaire pour suivre ses conseils avisés !

Une magnifique semaine à toutes et à tous ! La dernière pour moi, avant des vacances bien méritées. 🙂

Apprendre à s’accompagner dans ses projets

Nous sommes à une semaine environ de l’échéance que je me suis donné pour lancer l’inscription à la Newsletter et l’Atelier Bullet Journal gratuit pour l’accompagner. À ce stade, tout ne vas pas si mal, même si j’ai encore énormément de boulot à faire pour tout boucler dans les temps. J’avance, un jour après l’autre, je suis mon programme et je continue d’expérimenter cette méthode de suivis de projet qui m’aide énormément. Je pense que je vous en reparlerai, mais pour cela, j’attends d’être allée au bout de l’aventure, car il serait présomptueux de ma part de crier victoire trop tot !
 
Je continue mon chemin d’acceptation pour apprivoiser mon perfectionnisme et depuis semaine dernière, lui et moi, nous nous entendons beaucoup mieux. Disons, que maintenant que je l’écoute, il a peut-être moins besoin de hurler pour me faire réagir ! 😉 Je refais certaines vidéos, je m’autorise à peaufiner mes textes, j’évalue le temps nécessaire pour réaliser chaque étape avec plus de réalisme. Un équilibre se crée, une certaine sérénité se met en place dans le processus de création, rendant ma progression plus fluide. Je crois que ce qui fait la différence, c’est une meilleure connexion à mes besoins profonds.

BESOIN D’UN CADRE DE TRAVAIL
Je crois que je suis en train de trouver le cadre de travail idéal pour moi, qui me structure sans m’enfermer. Une approche méthodique qui me guide sans être rigide. Car ce que je remarque, c’est que ma créativité a besoin d’un environnement sécurisé pour pouvoir véritablement s’exprimer. Trop de liberté m’empêche d’avancer aussi sûrement que pas assez. Savoir où je vais, pourquoi je crée, quel est le résultat attendu, sont autant de jalons qui m’aident à progresser sur la route encore mystérieuse que je me suis tracée. Je suis un marin qui se repère dans la nuit à la lumière des phares qu’il a identifié sur son tracé. J’avance d’après mes calculs et n’ai aucune visibilité sur la Terre promise, mais je sais qu’elle est là, quelque part, et je reste confiante. J’avance par étapes, je coche des taches sur mon Bullet Journal, et le projet se construit sous mes yeux ébahis. Au final, c’est un excellent exercice de lâcher prise, de reconnexion au moment présent. Observer le projet se matérialiser devant moi sans anticiper ce qu’il sera demain. Résister aux chants des sirènes, chargés d’angoisses sur des problèmes qui n’existent pas encore. Car demain se construit aujourd’hui, et je n’ai d’autres préoccupations que cette réalité simple et rassurante.

BESOIN DE DOUCEUR
Pour moi, travail a toujours rimé avec douleur et j’apprends à déconstruire cette représentation limitante qui entrave ma progression dans mes projets, malgré ma motivation et mes envies. Car lorsque je fais preuve de douceur avec moi-même pour voir le travail s’accomplir, que je m’autorise à me donner les meilleures conditions de travail possible, je me rends compte que les difficultés sont aplanies et les efforts à fournir sont moins pénibles. Cette douceur, elle peut se concrétiser sous la forme d’un thé glacé avec lequel je m’installe à ma table de bureau, un ventilateur pour m’aider à supporter la chaleur qui monte au cours de la journée derrière les vitres de mon Atelier, un emploi du temps qui prévoit des phases de repos, un moment pour faire du sport, marcher, cuisiner. Et tout cela crée une dynamique nouvelle, un équilibre encore fragile, mais qui me semble prometteur.
 
Au bout du tunnel ? La perspective du travail accomplis, celle des vacances bien méritées, celle de lâcher les attentes de résultats pour me laisser porter par mes envies de création. Mais cela, c’est une autre histoire, et le temps pour vous la raconter n’est pas encore venu.

Et vous ? Comment avancent vos projets ? À moins que le temps du repos soit enfin venu ? Quelle que soit l’énergie dans laquelle vous êtes en ce moment, je vous souhaite de savourer là ou vous en êtes, tout simplement.