Il meurt lentement – Pablo Neruda

Ces textes que j’aurais voulu écrire. Ceux qui parlent à mon âme. Ceux qui ont su exprimer des émotions indicibles. Je suis persuadée qu’ils constituent une trame qui, mise bout à bout, compose un peu de notre univers. Un tissu doux et soyeux qui nous entoure et nous protège. La source de notre propre pouvoir de création.

Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l’habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les cœurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu’il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n’a fui les conseils sensés.

Vis maintenant!
Risque-toi aujourd’hui !
Agis tout de suite !
Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d’être heureux !

Journal d’écriture – Avril 2020

Mois : #1
Nombre de jours ou j’ai travaillé à mon roman : 16
Nombre de jours ou j’ai procrastiné : Trop!
Nombre de mots écrits: 10 525 (la moitié environ sur ma trame)
Estimation d’avancement de mon premier draft : 6%
Perception d’avancement dans ma tête : 20%
État d’esprit : positif

Si vous avez suivi le dernier épisode, vous savez que je suis passée au plan B, et cela fait déjà un mois que j’avance sur mon nouveau projet.

Nom de code : PHOENIX.

Je suis assez satisfaite de la première étape du travail qui consistait à écrire la trame de mon histoire de bout en bout. Je me suis régalée sur cette partie à dérouler le fil du scénario qui me trottait dans la tête depuis ce rêve que j’ai fait, il y a maintenant plusieurs années. J’ai pris le temps d’en faire plusieurs relectures et osé le partager à quelques personnes, qui m’ont fait la gentillesse de le lire pour me faire un retour. À ce stade, il ne s’agissait pas de parler écriture, mais plutôt de se focaliser sur les personnages, la cohérence des événements, l’intérêt de l’histoire elle-même. Cela a été une étape très enrichissante, car j’ai pu me rendre compte à quel point, chaque lecteur a un œil vraiment différent. Cela m’a aidé de pouvoir parler de mon scénario, et surtout de m’apercevoir que certaines questions, que je me posais sur mon intrigue, avaient aussi un sens pour le lecteur. Cela m’a également permis d’identifier ou se situaient les forces et faiblesses de mon récit.

Une fois la trame terminée, la question, qui m’a pas mal occupée, a été de savoir comment raconter cette histoire pour que j’y prenne du plaisir et a fortiori le lecteur aussi. En effet, même si j’étais contente du scénario que j’avais réussi à déployer dans la trame, l’idée de la suivre comme le plan de mon roman me démotivait complètement. Je n’avais pas envie d’une histoire ou les événements découlent les uns des autres, je n’y trouvais aucun intérêt et sur le coup ça m’a pas mal déstabilisée. Mais rapidement, l’idée d’utiliser plusieurs points de vues s’est imposée. Un roman polyphonique, c’est a priori le mot pour ce type de construction. Et là, oui, ce format me donnait irrésistiblement envie de commencer ! Cette structure remettait mes personnages au cœur de l’intrigue, et compte-tenu de ce que j’ai à raconter, cela m’a paru la bonne direction. J’avance donc avec l’idée d’alterner les points de vue entre deux personnages principaux, et deux personnages secondaires. Cette décision a été pour moi, le déclic important pour aller de l’avant. Je me suis lancée avec un grand plaisir dans la rédaction de mon premier chapitre.

Coté résistances, le début d’un projet est toujours enthousiasmant alors je n’ai eu aucun souci pour commencer l’écriture de la trame. J’ai plus piétiné au moment de passer à l’écriture, car je sentais que mon scénario avait encore des incohérences. C’est là que je me suis décidée à m’attaquer à l’une de mes plus grosses résistances : montrer ce que je fais. Et effectivement, cette décision m’a permis d’avancer à la fois sur le roman et sur ce Blog. Notamment, j’ai pris la décision de plus partager ce que je fais sur ce Blog. Plus d’histoires, parler de mon processus créatif, de mes inspirations. Et puis j’ai arrêté de cacher ma page Facebook à mes amis. Je souhaite trouver un moyen de promouvoir l’écriture et la lecture autant que possible autour de moi, alors autant commencer par ceux qui me sont proches. Je suis persuadée que l’écriture du roman et le Blog ont beaucoup a bénéficier l’un de l’autre. Pour les autres types de résistances, il reste compliqué pour moi de m’autoriser à allouer beaucoup de temps a l’écriture ou même la lecture sans culpabiliser de ne pas faire quelque chose de « plus productif ». Dingue quand même ses a priori sur ce que doit etre le travail « sérieux ». Pourtant écrire est loin de n’être qu’une partie du plaisir, ce qui me donne de l’espoir. La masochiste en moi peut avoir son lot de douleur, me voilà rassurée.

Pour le mois prochain, je me dis que ca serait sympa de partager ici un petit synopsis de mon roman. De dévoiler un peu mes personnages principaux et l’ambiance générale. À voir comment la sortie de confinement va influencer ces belles intentions. D’ici la, je souhaite « bonne écriture « aux écrivains en herbe, qui comme moi, avancent dans leur projet et des trésors de lecture sur ce Blog et ailleurs pour tous les amoureux des mots.

Quel livre ? D. Foenkinos

« Il y a des théories sur le rangement des livres.  Notamment celle du bon voisinage. Le livre que l’on cherche n’est pas forcément  celui que l’on doit lire. Il faut regarder celui d’à côté. »

David Foenkinos

Lire c’est bien, mais trouver une lecture qui ait un sens, c’est mieux. Depuis quelques temps, je choisis mes livres plus en conscience. Ce la ne veut pas dire avec plus d’attentes, mais plutôt en suivant davantage mon intuition. C’est cela que je vois dans cette citation de David Foenkinos : l’invitation à faire des choix surprenants, lacher la logique, et peut-être, faire une rencontre inattendue.