Les Fêtes toltèques – Accord #4

«  Faites toujours de votre mieux »

Miguel Ruiz – Accord toltèque #4

Il me semble que ce dernier accord tombe vraiment au bon moment, juste avant les Fêtes, car d’expérience, cette période n’est pas toujours aussi simple à vivre que les films de Noel aiment à nous le présenter.

Lorsque mes parents étaient encore vivants, la période de Noel m’était particulièrement pénible, car j’arrivais pour ces quelques jours de vacances avec des attentes tellement hautes que le décalage que je trouvais avec ma réalité constituait une grande souffrance. Car être en famille n’est pas forcément une partie de plaisir. Une famille, c’est un ensemble de personnes tellement disparates ! Parfois, les seules choses que nous ayons vraiment en commun sont les liens du sang ou bien l’état civil, et malheureusement, cela ne suffit pas pour se sentir proche et créer un véritable lien entre les gens.

Pour moi, « faire de son mieux », c’est accepter cette réalité comme elle est. Ne pas vouloir la changer ou en vivre une autre. Juste faire notre part sans se tourmenter sur la façon dont les autres membres de sa famille feront la leur. Cela veut dire : ne pas prendre personnellement si les relations n’en sont pas aussi harmonieuses et magiques, malgré nos efforts. Le tonton Gérard continuera de faire des allusions racistes sur mon cercle d’amis, et le cousin Patrick se fera toujours un plaisir de faire des commentaires désobligeants sur ma façon de vivre « à la parisienne ». Mais ces comportements concernent leur réalité, pas la mienne. Si je me concentre sur le fait de « faire de mon mieux », je me focalise sur l’essentiel, et je retrouve la puissance de l’intention que je veux donner à ce moment. Profiter de la chance d’être ensemble pour savourer un bon repas, tout simplement. Alors, je peux prendre plaisir à cuisiner, à faire le sapin et à décorer la table avec les petites cousines, et chacun trouvera un espace pour être celui qu’il est, imparfait mais vivant. « Faire de son mieux », c’est aussi prendre conscience que rien de tout cela n’est vraiment grave !

L’activité du Blog se met en pause pour les deux semaines à venir. Pour ma part, ces quelques jours de repos vont me permettre de laisser infuser tous ces enseignements et de mûrir les opportunités semées en 2020. Ils vont aussi me donner le temps de prendre soin de moi, et d’intégrer toutes les ressources qui m’ont permis de traverser, malgré tout, cette année difficile. De nouveaux beaux projets sont en gestation dans les coulisses d’Auteur de ma vie. Des rencontres récentes me font entrevoir de nouvelles étapes dans mon aventure entrepreneuriale, et j’ai hâte de pouvoir vous en parler. Je vous donne donc rendez-vous en 2021 pour de nouvelles aventures !

JOYEUX NOËL à toutes et à tous !

Le nettoyage toltèque: arrêter les suppositions

«  Ne faites pas de suppositions ».

Miguel Ruiz – Accord Toltèque #3

Cette semaine, nous entamons déjà le troisième accord qui nous invite à refuser de confondre notre imagination débordante avec la réalité. Un accord qui s’annonce particulièrement difficile pour moi qui suit toujours en train de cogiter, mais c’est justement là que ce accord devient éclairant car il met en lumière mon fonctionnement intérieur. Apprendre à mettre en doute les explications que l’on se trouve tout seul à ce que nous vivons, révéler les intentions que l’on prête aux autres pour telle ou telle action. Prendre conscience que le fait de juger une situation avec un a priori favorable, est tout aussi préjudiciable que de tomber systématiquement dans les scénario catastrophe. Car la seule façon de connaître la vérité sur les intentions des autres, est de leur demander. Croire que l’on peut deviner les pensées ou les besoins des autres est une illusion, même (surtout?) pour nos proches. La difficulté est donc de dépasser la facilité que nous avons à occulter cette réalité, pour faire l’effort d’aller à la découverte de la vérité avec l’autre. Pour ma part, c’est un fonctionnement qui va à l’encontre de l’éducation que j’ai reçu, et avec le recul, je me rends compte du nombre de fois où j’ai pu me fourvoyer. Arrêter cette spéculation intempestive, c’est éviter tellement de drames qui n’existent que dans notre tête. C’est aussi une opportunité incroyable de renforcer le lien avec notre entourage !
Cerise sur le gâteau: arrivé.e.s à ce troisième accord, je me rend compte également que les accords interagissent les uns avec les autres. Car si je ne fait plus de suppositions, je prendrai moins les choses personnellement, ce qui me permettra d’avoir une parole impeccable, car libérée de toute appréhension. Cette synergie peut paraître assez vertigineuse, alors que chacun en lui-même est d’une grande simplicité. Il me semble que c’est là que repose la puissance des Accords toltèques.

Alors, prêt.e à vous délester avec moi de ce 3e fardeau des suppositions? Courage, il ne restera plus qu’une semaine avant les fêtes de fin d’année. Il nous reste donc un tout dernier accord, que nous partagerons ensemble juste avant de prendre le temps des fêtes pour se reposer et intégrer tout cela.

Bonne semaine à toutes et à tous !

Intention toltèque – Accord #2

«  Quoi qu’il arrive, n’en fait pas une affaire personnelle ».

Miguel Ruiz – Accord toltèque #2

Alors? Comment s’est passé cette première semaine de parole impeccable? Pour ma part, ça m’a demandé une présence à moi-même qui est difficile à soutenir, mais je sens bien que c’est comme un muscle, plus je m’efforce d’être attentive à ce que je dis, et plus cela se fait naturellement. Forcément, une semaine ne suffit pas à intégrer cette pratique, mais ce qui compte, c’est de planter la graine de la conscience de ce que l’on exprime, et de la laisser germer à son rythme.

Deuxième semaine, deuxième accord sur le fait de ne pas tout prendre personnellement. Un accord charnière. Il s’agit de savoir prendre ses responsabilités, tout en laissant sa responsabilité aux autres. Pour moi, il est souvent plus facile de vouloir porter tout le blâme d’une situation qui me déplaît, et c’est tout aussi injuste que de le faire entièrement porter aux autres. Il faudrait mériter ce qui nous arrive. Écueil hérité d’une mentalité judéo-chrétienne culpabilisante, et limitante à bien des égards. La peur du rejet, de l’abandon, de ne pas être aimé, empoisonnent nos vies, et avec cet accord, un voile d’illusion se déchire. Ces situations ne dépendent pas que de nous. Cet accord nous rappelle que nous faisons partie d’un écosystème complexe. Cette semaine, il s’agit donc de se recentrer sur l’amour que nous pouvons avoir pour nous-même. Celui qui nous autorise à être pleinement la personne que nous sommes, en laissant aux autres la responsabilité de leurs réactions. Ce n’est pas notre rôle de nous limiter sous prétexte de ménager les gens qui nous entourent. Notre rôle est d’être, et de déployer notre lumière autant que possible, en acceptant que cela ne garantisse pas d’être compris, accepté, ou même aimé. Accepter que l’on ne puisse pas plaire à tout le monde, et c’est très bien comme ça, car c’est ainsi que l’on découvre sa tribu. C’est une démarche difficile, mais que de liberté, de légèreté, et d’amour à puiser dans cet accord! Vous vous sentez prêt.e à tenter l’aventure?

Une belle semaine à vous ! 🥰