2021 J’arrive !

Agrandis-moi, force la ferveur
Réponds-moi, inspire mes peurs
Porte ma croix, juste quelques heures
Donne-moi la foi, inspire mes peurs
Termine de signer entre les hommes l'idylle
Qui va me décider à rester anti-cynique
Résiste à mes idées
Qu'on scie la branche sur laquelle on est ainsi sacrés
Donne-moi des signes

Attends-moi le monde
J'arrive, j'arrive, j'arrive
Je réveillais l'espoir
J'arrive, j'arrive, j'arrive
Je cherchais en qui croire
J'arrive, j'arrive

Excuse mes fautes
Dis que c'était pas si grave
Que c'est des ecchymoses, des bobos
Dis-moi que tout est possible-ssible
À ceux qui bravent, l'important c'est pas de toucher la cible
Mais c'est de la viser
J'apprends qu'avec ton souffle seulement
Assez fou pour compter sur tout, sur toi, surtout sur toi
J'apprends qu'avec ton souffle seulement
Assez fou pour compter sur tout, sur toi, surtout sur toi

Attends-moi le monde
J'arrive, j'arrive, j'arrive
Je réveillais l'espoir
J'arrive, j'arrive, j'arrive
Je cherchais en qui croire
J'arrive, j'arrive

Change, invente, arrache, crée,
Charge, cogne, balafre-les
Dès qu'ils te disent que c'est foutu, que c'est foutu
Tu les fais taire
Change, invente, arrache, crée
Charge, cogne, balafre-les
Dès qu'ils te disent que c'est foutu, que c'est foutu
Tu les fais taire
Change, invente, arrache, crée
Charge, cogne, balafre-les
Dès qu'ils te disent que c'est foutu, que c'est foutu
Tu les fais taire
Change, invente, arrache, crée
Charge, cogne, balafre-les
Dès qu'ils te disent que c'est foutu, que c'est foutu
Tu les fais taire

Attends-moi le monde
J'arrive, j'arrive, j'arrive
Je réveillais l'espoir
J'arrive, j'arrive, j'arrive
Attends-moi le monde
J'arrive, j'arrive, j'arrive
Je cherchais en qui croire
J'arrive, j'arrive, j'arrive
Je réveillais l'espoir
J'arrive, j'arrive, j'arrive

« J’arrive » - Ben Mazué - Album « La femme idéale.

#intentiondulundi #voeux2021 #bonneannée #auteurdemavie #entreprendre #2021 #réussite #joie #rever #créer #oser #sentreprendre #sepanouir #vivre

Les moyens d’expression – J. Mitchell

«  I sing my sorrow and paint my joy. »

Joni Mitchell

Vous ne serez pas surpris si je vous dis que j’aime écrire. Entre les mails, mon journal, les articles pour ce blog, et mon projet de livre, ce mode d’expression est au cœur de ma vie. Pourtant, comme Joni Mitchell vis-à-vis de la musique, je me rend compte que l’écriture ne peut malheureusement pas être mon seul moyen d’expression. Et j’aime l’idée qu’un média soit plus adapté qu’un autre pour répondre à un besoin spécifique. Cette association est toujours très personnelle, et j’ai la sensation que je n’utilise qu’une partie infime des possibilités qui sont à ma portée. Mon intention de la semaine est d’expérimenter cette idée. Tenter d’autres moyens d’expression, d’autres façons de rentrer en communication, avec moi-même, et avec mon entourage. Si j’écris à un ami avec lequel j’ai plutôt l’habitude d’échanger à l’oral; si je décroche mon téléphone pour parler à un collaborateur avec lequel j’ai plutôt tendance à privilégier le mail, est-ce que cela fait une différence ? Si j’écris mes joies et dessine mes peines, au lieu d’écrire mes peines et dessiner ma joie, est-ce que je suis plus en lien avec moi-même, ou avec les autres ? Cette semaine, j’ai envie de faire bouger ce curseur, de tenter de jouer différemment des instruments que j’ai à ma disposition.

Je nous souhaite, à toutes et à tous, une semaine de communication inventive !

Apprendre à aimer ce qui effraie

«  Si tu veux accepter ce qui t’effraie, il faudra apprendre à l’aimer ».

Les Stoïciens

Je traverse, depuis quelques semaines, une période compliquée dans mon projet entrepreneurial. J’ai la sensation de ne pas seulement faire face à des peurs, mais aussi a beaucoup de doutes et de frustrations. Je sais bien que toutes ces émotions font partie du processus, de cette danse avec l’incertitude que chaque entrepreneur est censé mener, mais cela ne me rassure pas pour autant. C’est une chose de le savoir et une autre de l’appréhender dans sa propre réalité. Je me décourage de me voir ainsi lutter vaillamment contre les résistances à mes projets et ne jamais en venir à bout. J’ai le sentiment de me battre contre des moulins à vent et j’y épuise mes forces et mon endurance. Je finis par résister aux résistances et tout mon corps se tétanise, en proie à de (trop) nombreuses tensions. Il me semble que le mode de pensée de Stoïciens peut apporter une porte de sortie à cette situation. Apprendre à aimer ses peurs. Ne plus les considérer en ennemie, mais en alliée. Comment on fait ça ? En changeant de regard sur ces obstacles. Mes peurs pourraient m’aider à sécuriser les conditions dans lesquelles je prévois mon projet. Elles pourraient m’aider à lister toutes les étapes qui me feront sentir plus en contrôle de la situation. Mes doutes pourraient m’aider à clarifier mon intention et faire des choix plus éclairés. Ils me rappellent aussi qu’en matière de création, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise décision, seulement celle que l’on prend et que l’on soutient. Et enfin, mes frustrations pourraient stimuler ma créativité, les considérer comme un défi à relever. Apprendre à voir ces obstacles comme des vagues qu’il s’agit de surfer. Cette image me parle et me motive. Alors voilà mon intention de la semaine : apprendre à surfer sur les vagues de tout ce qui m’empêche d’avancer. Qui a envie de se lancer dans les rouleaux avec moi?! ;p

INSPIRATION: L’histoire d’un animateur qui décide de changer le regard des gens sur les araignées… Ça commence comme ça. 🙂