Un trésor de famille – Episode 13

Pour ceux qui auraient loupé le début de l’histoire.

Mégane et Hector avancent maintenant d’un bon pas. Régulièrement, ils regardent la carte au trésor pour s’apercevoir que l’ombre avance bien en même temps qu’eux. La « tache » se déplace, doucement et inéluctablement, vers le milieu du triangle, là ou une croix marque l’emplacement du fabuleux trésor.
– Nous ne devrions pas tarder, Hector, tu vois quelque chose ?
– Non, la tour noire qui nous sert de repère est le seul bâtiment que je vois à la ronde. À part ces marécages, je ne vois pas grand-chose et je commence à en avoir plein les pattes de marcher dans l’eau salée !
Mégane soupire. Elle sent le découragement la gagner peu à peu.
– Et si le trésor n’existait pas ? Et si Grand-mère avait inventé cette histoire pour me distraire ?
– Alors c’est une histoire qui persiste, car je sais que ta mère et ta Grand-mère l’ont aussi cherché au cours de leur enfance. Je les ai accompagnées dans les différents mondes. Il existe. J’en suis persuadé.
– Oui, moi aussi, tu as raison. Je ne vois juste plus où chercher… Surtout que nous y sommes. En plein à l’emplacement du trésor. Et que voyons nous ?
– Rien. Il n’y a rien, à perte de vue.
– Exactement…
– …
– Là ! Une cabane !
– Une… Quoi ? Mais cette cabane n’était pas là il y a deux minutes….
– On s’en moque, l’important, c’est qu’elle soit là maintenant ! Viens Mégane, allons voir ce qu’il en est.

Mégane et Hector courent en pataugeant dans les flaques salées. Une jolie masure se tient effectivement sur le bord de l’un des bassins. Elle est partiellement cachée par des herbes hautes, mais pas au point de passer totalement inaperçue. Son apparition reste bien mystérieuse…
La porte est en bois, les murs blanchis à la chaux, le toit en chaume. Pas plus grand qu’une cabane de pécheur. Un pécheur qui se serait perdu en plein cœur des terres des marais.
– La porte n’est pas fermée à clé.
Hector pousse doucement la porte et rentre le premier. Mégane hésite un instant à le suivre, mais elle ne peut pas renoncer si proche du but. Hector et Mégane se retrouvent seuls dans cet endroit étrange. Hector renifle l’air comme s’il pouvait en filtrer des indices. L’intérieur de la cabane est très sommaire. Une pièce unique, inondée de la lumière rougeoyante du soleil couchant. Elle est très simplement meublée d’un lit une place, d’un petit bureau et d’une cheminée en pierre qui semble servir de cuisine, car des casseroles y sont suspendues au-dessus des braises encore chaudes. Une ambiance douce et accueillante. Les regards de Mégane et d’Hector sont tout de suite attirés par quatre boules à neige qui sont reparties sur le manteau de la cheminée
– Des boules à neige… La seule déco de la pièce, des boules à neige ?
Hector ne répond pas, tous les sens aux aguets, il a un mauvais pressentiment.
Mégane se saisit de l’une d’elle pour y découvrir la statuette d’une petite fille, emmitouflée dans un gros manteau. Elle secoue la boule et des flocons dorés se mettent à virevolter partout.
– Repose ça, il faut qu’on sorte tout de suite !
Mégane alarmée par le ton péremptoire d’Hector lâche la boule qui s’écrase au sol avec fracas et avant qu’ils aient pu esquisser un mouvement, la petite fille au manteau apparaît juste à coté d’eux…

Mégane et Hector sont tétanisés. La fillette se tient debout, son visage tourné vers les morceaux de verre brisés. Elle ne bouge pas. Pendant un instant, pas un bruit ne se fait entendre. Sans s’en apercevoir, Mégane et Hector ont tout deux arrêté de respirer. Et quand, enfin, ils osent à nouveau prendre une respiration, la fille prend conscience de leur présence et se réfugie dans le coin le plus éloigné de la pièce.
– Qui êtes-vous ? Que me voulez-vous ?
La fillette semble paniquée, mais Mégane et Hector le sont tout autant ! Ils se ruent d’un bond unanime vers la porte d’entrée au moment même où celle-ci s’ouvre avec vigueur sur Archie et Adrien. Les deux frères ennemis entrent, le sourire aux lèvres, apparemment ravis de trouver les deux acolytes dans la cabane.
– Alors alors, on fait connaissance avec la famille ?
Mégane et Hector sont pris au piège. Dans un acte de défense désespéré, Hector saute au visage d’Archie qui le stoppe sans effort d’une main, comme s’il s’attendrait à son attaque.
– Du calme les amis. On peut peut-être se parler entre personnes civilisées avant d’en venir aux mains ?
– Quel mauvais coup avez-vous encore fomenté tous les deux ? Qui est cette fille avec son chat ?
– Eugénie, très chère, vous pourriez apprécier l’opportunité unique que nous vous offrons de faire la connaissance de votre arrière-petite-fille ! Je vous présente Mégane. Mégane, voici Eugénie, la mère de ta Grand-mère Abigaël.
Les deux fillettes se dévisagent maintenant, incapable de formuler un son pendant plusieurs minutes.
– Oh Seigneur… C’est la catastrophe ! Fini par soupirer Eugénie.
– Tout est une question de point de vue, très chère, Adrien et moi sommes assez satisfaits de la situation. A vrai dire, le ram dam qu’a causé votre arrière-petite-fille dans nos mondes, nous a même permis de nous réconcilier !
– Une si belle occasion, renchérit Adrien en sortant la plume magique de son sac.
Une lumière bleutée envahit alors la pièce et le temps se fige, une nouvelle réalité se diffuse, tel un parfum mystérieux, entre les différentes personnes présentes.
– La question maintenant, est de savoir ce que nous allons bien pouvoir inventer pour nous amuser ?! Adrien jubile en se saisissant d’une feuille de papier blanc…

La suite des aventures d’ici une quinzaine de jours…

Atelier BUJO, lancement douceur

Depuis le temps que je vous en parle, je me lance enfin. Alors, je vais emprunter du vocabulaire de mon ancien taf, déjà parce que ça fait un clin d’œil à mes ancien.ne.s collègues (Big up, je pense à vous !), mais aussi parce que ça me fait plaisir : nous allons partager ensemble un moment particulier, presqu’intime, entre initiés, celui du « soft launch », autrement dit, le « lancement douceur ». 🙂

Pour celles et ceux qui n’ont pas pris l’option marketeux/franglais pendant leurs études, sachez que ce n’est pas grave, je vais tout vous expliquer. Alors voilà, après des semaines de tournages chez moi, face à mon iPad, à paramétrer mes petites campagnes Mailchimp, arrive enfin l’heure tant attendue de tout mettre en ligne et de tester mon Atelier Bullet Journal Gratuit avec les plus aventureux d’entre vous qui se sont déjà inscrits à ma Newsletter. Pour les petits retardataires qui adorent tester les nouveautés en avant-première, il n’est évidemment pas trop tard. Je vous encourage à aller sur la Page Atelier sur laquelle vous trouverez toutes les infos nécessaires pour vous inscrire.

« Soft Launch » cela veut dire que, volontairement, je ne fais pas (encore) une communication massive sur l’atelier pour me donner le temps d’échanger avec celles et ceux d’entre vous qui le souhaitent, afin de peaufiner cet atelier. N’hésitez pas à me contacter ateliers@auteurdemavie.com si vous rencontrez des difficultés à n’importe laquelle des étapes depuis votre inscription à la Newsletter. Cette phase est faite pour trouver des solutions à tous les potentiels problèmes que vous pourriez rencontrer. En parallèle, sachez que j’ai également préparé une Page FAQ (les questions les plus fréquentes) afin d’anticiper quelques-unes de vos questions.

« Soft Launch » cela veut également dire que j’attends de vous que vous soyez doux avec moi. 😉
J’ai prévu un petit sondage, qui arrivera dans votre boite mail en toute fin d’atelier, pour vous demander votre opinion sur votre expérience. Tout retour de votre part est précieux pour moi, afin de pouvoir améliorer le contenu de futurs ateliers, et je remercie par avance, toutes celles et tout ceux, qui prendront le temps de répondre à mes questions. Je tenais néanmoins à vous rappeler la consigne de bienveillance, qui s’applique dans tout processus de feedback. Un retour constructif commence toujours par ce que vous avez aimé, puis dans un deuxième temps seulement, s’attache à ce qui, selon vous, pourraient être améliorés. Il ne s’agit pas ici de vous dissuader de vos retours critiques, car je sais combien ils sont précieux, mais en réalité, ils le sont tout autant que vos encouragements. C’est la base de la pédagogie blanche qui prend le contre-pied de la pédagogie noire qu’ont subit nos grand-parents, et même nos parents, et dont nous payons encore le prix aujourd’hui en terme de manque de confiance et d’estime de soi. Soyons doux les uns avec les autres, les messages passent tout aussi bien lorsqu’ils sont dits en prenant soin de l’autre. <3

Enfin, « Soft Launch » ça veut aussi dire que j’ai envie de vous choyer. Vous êtes mes premiers participants, mes cobayes, et je vous prépare un petit cadeau dans la première Newsletter que je devrais vous envoyer dans la semaine. J’y rassemble les petits trésors que j’ai pris le temps de ramasser sur le bord de mon chemin ces derniers mois, pour m’inspirer et pour vous partager. J’espère qu’ils vous plairont autant qu’à moi.

En attendant, je vous partage la chanson que j’ai choisie pour accompagner ce petit moment d’éternité.

A très vite,

FA.

« Ne pas savoir où on va » – D. Bowie

« I don’t know where I’m going from here, but I promise it won’t be boring »*

*Je ne sais pas où je vais vraiment avec ça, mais je promets que l’on ne va pas s’ennuyer !

David Bowie

Je ne sais pas si cela se ressent de votre côté de l’écran, mais je suis actuellement dans une période dans laquelle je m’autorise à tester pas mal de choses. La semaine dernière, c’était la Chronique vidéo. Cette semaine, c’est l’arrivée de mon Atelier gratuit et de l’envoi de ma première Newsletter/Respiration. Créer, en n’ayant pas toujours une vision claire du résultat que je vais obtenir. Créer, juste parce que j’ai une intuition sur ce qui me fait avancer dans mes projets de vie. Aucune certitude, juste un ressenti personnel et irrationnel. C’est nouveau, avant j’avais toujours besoin que mes idées soient validées par un juge intérieur qui comprenait « pourquoi » je voulais me lancer dans tel ou tel projet. Je devais monter un dossier avec moi-même, c’était très administratif, très sérieux, il me semblait. Avec le recul, cette attitude que je jugeais « responsable » à tuer tous mes projets car rien ne trouvais grâce aux yeux de ce juge implacable. Et au final, je ne trouve pas si « responsable » de ne rien entreprendre. Alors voilà, on lâche les validations intempestives. Cette semaine, je nous souhaite, à toutes et à tous, d’aller dans la direction de nos rêves, malgré les doutes, malgré les peurs, peut-être malgré les avis bien intentionnés. En fait, malgré toutes les bonnes raisons qui nous dissuadent de tenter notre chance. Car Bowie nous le dit, malgré le manque de garantie sur ce qui va en découler, on ne va pas s’ennuyer. Et est-ce que ce n’est pas ça, vivre, finalement ? Alors accrochons nous, car cette semaine s’annonce pleine d’audace et de défis enthousiasmants !

Une rafale de joie et de rire à vous pour cette nouvelle semaine !