DECLIC#3 : Émotions = alliées

Nous l’avons tous entendu : « il faut laisser ses émotions aux portes de l’entreprise ». Si l’on en croit cet « adage », les émotions seraient du domaine du privé et n’auraient donc absolument pas leur place dans le milieu professionnel. 💔 Et le stress, la peur, la jalousie, l’ennui, la démotivation, ca n’existe pas en entreprise ? L’écosystème pro est torpillé par toutes ces émotions dont on ne veut pas se préoccuper ! Les risques psychosociaux n’ont jamais été aussi présents et de nouvelles formes de mal-être au bureau apparaissent tous les jours… 😨

Que nous manque t-il pour réagir à ce fléau? Comment pouvons-nous changer notre attitude, pour faire évolution cette situation mortifère ?

Ce qui permet de sortir d’une impasse psychologique tient parfois à un DÉCLIC.

🌟 Ce déclic, nous sommes, toutes et tous, en responsabilité de le trouver pour nous-même. Mais pour cela, il va bien falloir accepter de regarder la réalité en face, pour espérer trouver des solutions concrètes et personnelles.

💁 Je vous propose aujourd’hui, une suggestion de déclic, une invitation à vous questionner, et peut-être à libérer une partie de ce potentiel inexploité !

❓ ET SI… vous considériez les émotions comme des alliées, aussi bien dans votre sphère personnelle que professionnelle, que feriez-vous différemment aujourd’hui ? 🥰

Emotions – Enquête & mode d’emploi (BD)

Les émotions constituent un sujet central dans la vie humaine. Et pourtant, on en parle peu, ou quand on le fait, on en parle mal. Il faudrait savoir mieux « gérer » ses émotions, les « canaliser », les « contrôler ». J’ai souvent l’impression d’entendre parler d’un mal sournois, qui peut surgir à tout moment dans nos vies, et dont il nous faudrait se méfier. Quand on ne tombe pas dans la représentation mièvre et naïve des bisounours, qui incarnent une vision ridicule et honteuse des émotions, qu’il faut absolument cacher ! On finit par les redouter, ou pire, les voir comme des ennemies à combattre.

Non seulement, cette représentation est FAUSSE, mais c’est surtout une perception qui endommage notre relation à nous-même. Car les émotions font partie intégrante de notre humanité, et les considérer comme des ennemies, revient à se rejeter soi-même. Sur le modèle des maladies auto-immune* : en bridant nos émotions, on détériore, malgré nous, l’une de nos plus grandes ressources. Je dis STOP à cette représentation mortifère.

Je vous propose de renouer avec la richesse et la force des émotions. Pour cela, je vous présente la lecture éclairante de 3 BD, créées par la talentueuse Art-Mella. Car le premier pas vers cette re-connexion aux émotions, peut venir d’une meilleure compréhension. Mieux les comprendre, pour mieux SE comprendre, et pour s’accueillir dans son entièreté, et en toute bienveillance.

POUR QUI ?
Je vous recommande tout particulièrement ces BD, dans les cas suivants :
– Les émotions ne sont pas un sujet dans votre vie. Vous ne vous en préoccupez pas. C’est fantastique, un univers riche et foisonnant peut s’ouvrir à vous ! C’est une belle opportunité de développer votre intelligence émotionnelle.
– Vous avez eu une éducation stricte qui vous a éloigner de cette connexion à vous-même. C’est l’occasion de renouer avec cette relation à vous-même et à ce qui nourrit votre humanité.
– Vous vous savez hypersensibles, et vous avez du mal à trouver la bonne distance pour accueillir pleinement le cadeau de cette sensibilité. Ces livres vont vous apporter un nouvel éclairage sur vos fonctionnements internes.

RECOMMANDATION
Si vous vous décidez à acheter ces BD, je vous recommande de le faire directement depuis la boutique d’Art-Mella. Je trouve important de soutenir les artistes indépendants en les rémunérant à la source, dès que c’est possible. Merci pour elle !

Une belle lecture à vous, et à très vite !

*Les maladies auto-immunes résultent d’un dysfonctionnement du système immunitaire, conduisant ce dernier à s’attaquer aux constituants normaux de l’organisme.

Créativité & Enfant intérieur

Je m’en aperçois tous les jours dans mon processus créatif, la créativité est directement connectée à l’émotion de la JOIE. Il suffit que je sois d’humeur joueuse pour que mon esprit fourmille d’idées. Cette émotion bondissante est évidemment accessible à toutes et à tous. Mais alors, pourquoi certains d’entre nous ont-ils tant de mal à déployer leur créativité ? C’est l’une des questions que je me suis posée dans mon propre parcours créatif, alors que je souhaitais accorder plus de temps et d’importance à l’écriture dans ma vie, et que je me suis retrouvé confrontée à tant de résistances.

La connexion à la joie est intimement liée à notre histoire, notre éducation, notre enfance, qui reste la période de la vie la plus propice à son développement. Alors pour comprendre comment la créativité peut s’épanouir dans la vie d’un adulte, on se reconnecte forcément à l’enfant que l’on a été. Est-ce que cela veut-il dire qu’une fois adulte tout est perdu ? Que les jeux sont faits, et que oui, décidément, rien ne va plus ? Heureusement pas. Car l’enfant que nous avons été, celui qui est à l’origine de notre « moi » adulte, est toujours présent. Il constitue l’une des facettes de notre personnalité, c’est notre enfant intérieur.

J’ai mis longtemps à accepter cet état de fait. Que l’adulte que je suis aujourd’hui puisse encore être autant influencée par l’enfant que j’ai été. C’était quelque chose de désagréable pour moi, comme si on me jetait à la face que je n’avais pas su grandir, pas su évoluer. En passant du temps a redonner sa voix à ma propre créativité, j’ai compris qu’il n’en était rien. Car cet enfant intérieur n’est pas juste un souvenir figé. Il est vivant, et il évolue en même temps que l’adulte que je suis.

J’ai alors pris conscience que vouloir déployer sa créativité, c’était tout simplement m’assurer de rendre mon enfant intérieur heureux. Et c’est là que je me suis rendu compte à quel point je l’avais négligé. Une prise de conscience de ce type n’arrivant jamais seule, au même moment où je faisais ce constat, j’ai été sollicitée pour participer à un atelier « Tarot for you Inner child » qui débutait juste à ce moment-là. Vous connaissez déjà mon intérêt pour le Tarot, alors l’occasion m’a paru trop belle ! Cela fait maintenant plus d’une semaine que j’ai commencé cet atelier, et je me rends compte de l’importance qu’il y a à s’amuser, dessiner, colorier, sans aucune autre attente que de prendre du plaisir. Je vous partage ici, les premières pages du Journal que j’ai consacré à cette reconnexion.

  • enfant interieur, creativite, journal, auteurdemavie.com

Et vous ? Savez-vous ce qui fait du bien à votre enfant intérieur ?