3 Podcasts qui rendent leur force aux femmes!

Les discussions sur la force des femmes, le féminisme, les violences faites aux femmes alimentent copieusement l’actualité actuelle, à raison. Nous sommes au 21ème siècle, et même si nous avons la chance incroyable de vivre dans une nation de droits et de libertés, subsistent encore trop d’inégalités, de complaisance, ou d’indifférence sur ces sujets qui pourtant touchent à notre humanité. Je me documente énormément sur ces sujets, car ils m’aident à mieux comprendre qu’elle type de femme je veux être au quotidien, et je me suis dit que ces contenus étaient d’une telle richesse que je les considérais d’utilité publique ! En voilà une petite sélection pour vous. N’hésitez pas à me partager vos propres sources si vous souhaitez contribuer à ouvrir les consciences sur ces sujets passionnants. Bonne écoute!

LES COUILLES SUR LA TABLE
Lien vers le Podcast Les couilles sur la table
Des discussions pour remettre en cause nos modes de pensée sur les relations homme-femme, la sexualité, la sensualité et tant d’autres sujets sur lesquels je croyais déjà avoir mon opinion toute faite. Il n’en est rien et c’est ça qui est beau et qui est me semble t-il l’esprit de ce podcast : interroger sans incriminer afin de redonner à chacun et à chacune sa pleine puissance. Il ne s’agit à aucun moment de poser les femmes en victime, mais bien de regarder la réalité en toute responsabilité, afin d’envisager d’autres façons de vivre nos relations au monde. Ça secoue, j’adore ! Je recommande particulièrement la série d’entretiens avec Virginie Despentes, évidemment. 😉

FEMMES PUISSANTES
Lien vers Femmes Puissantes Podcast
Émission de France Inter lancée durant la période estivale 2019 et qui se poursuit depuis. Léa Salamé nous partage ses rencontres avec des femmes “puissantes”. Elle les interroge sur leur rapport au pouvoir, leur donne l’opportunité d’expliquer leur vision de la vie et de l’épanouissement personnel. J’ai adoré découvrir les coulisses du pouvoir, le point de vue de celles pour qui j’aurais pu imaginer que tout était facile. Mais ce dont je me suis aperçue aux cours de ces entretiens, c’est que se réattribuer sa puissance ne va jamais de soi. Fabuleux témoignages de femmes, simplement humaines.

SOIS GENTILLE, DIS MERCI, FAIS UN BISOUS
Lien vers Podcast Sois gentille, dis merci, fais un bisous
Même si ce Podcast n’est aujourd’hui plus alimenté, les épisodes enregistrés sont toujours grandement d’actualité. Ils m’ont tous nourris, émus, parfois bousculés. Clémence Bodoc a cette sensibilité joyeuse avec laquelle je me suis sentie en affinité et j’ai trouvé énormément de réconfort à découvrir avec elle le chemin de ces femmes qui ont eu le courage de chercher leur place dans ce monde. Ces « petites filles sages qui ont arrêté de l’être » comme l’exprime le motto du Podcast. Aller au plus prêt de soi-même pour se découvrir et inventer sa propre façon de naître au monde, en tant qu’exploratrice de ma propre créativité, c’est une démarche qui me touche particulièrement!

Virginie Despentes – Ecrire depuis ses failles

Certains livres vous marquent plus que d’autres. Certaines histoires vous dévoilent plus que leur propre scénario. C’est vrai de Vernon Subutex, mais cela pourrait être vrai de tous les livres de Virginie Despentes que j’ai lu à ce jour (Baise-moi, Vernon Subutex Trilogie, King Kong Théorie). C’est pourquoi je vous parle aujourd’hui de l’Univers de Virginie Despentes. C’est pourquoi je vous parle de cette découverte qui est venue bousculer ma vision de l’écrivain bien pépère derrière son écran.

La violence et le sexe pour moi constituent les deux ingrédients les plus accessibles de la provocation. Ils sont employés partout à tord et à travers, la plupart du temps pour nous manipuler dans l’espoir de nous faire consommer. Ça peut être un parfum, une entrée de ciné, un abonnement Netflix ou même du Porno. Si on y regarde bien, la violence et le sexe sont omniprésents dans notre environnement quotidien. Pour moi, ils étaient devenus, non pas des sujets tabous, mais des leviers marketing éculés qui me faisaient lever les yeux au ciel. Jusqu’à la découverte des œuvres de Virginie Despentes et c’est d’ailleurs un miracle que je sois parvenue à ouvrir un de ses livres avec le genre d’à priori que je me traînais sur ces sujets. Ce qui a fait la différence ? King Kong Théorie. Un essai féministe qui a beaucoup fait parlé de lui a sa sortie. J’avoue que le battage médiatique a souvent tendance à m’écarter de certains sujets plutôt que de m’y attirer. Et c’est dans mon propre timing que je me suis mise à creuser la pensée si singulière de Virginie Despentes. Je n’ai pas été déçue ! Sa vision de la féminité, construite autour de valeurs inédites de responsabilité et d’autonomie, m’a littéralement retourné le cerveau et j’ai alors envisagé de me lancer dans sa bibliographie avec un regard neuf.

« Baise-moi » a été son premier roman. Il avait défrayé la chronique à l’époque ce qui avait alimenté mon scénario interne associant violence, sexe, provocation et consommation. Pourtant, à la lumière du parcours de cette autrice, de son engagement féministe, de ses idées, ce roman m’est apparu si différent de la lecture que j’aurais pu en faire il y a seulement quelques mois. Aujourd’hui, je regarde « Baise-moi » comme l’audace d’une autrice d’aller ou peu de gens osent s’aventurer : dans la noirceur de ses propres ombres, de ses propres peurs, de ses propres blessures. Là ou la plupart des gens sombreraient irrémédiablement dans un déni en apparence salvateur, Virginie Despentes puise une force, une justesse et une liberté peu commune. Je crois que c’est cela que l’on appelle la sublimation et j’avoue que d’être le témoin d’une telle expérience alchimique est d’une magnificence extrême à mes yeux. Et c’est la le plus beau cadeau que la lecture de Virginie Despentes m’apporte en tant qu’écrivain : l’autorisation de plonger dans mes propres névroses, mes angoisses les plus profondes pour en tirer une beauté singulière qui n’appartiendra fatalement qu’à moi.

La trilogie « Vernon Subutex » m’est apparue comme l’intégration plus aboutie de tous ces leviers. La peur de se retrouver à la rue, en marge d’une société sans pitié, fait clairement partie des angoisses exprimées par son autrice et des miennes. Mais quand je vois ce que Virginie Despentes en a fait dans son roman, je suis émerveillée et quelque chose de l’impuissance que je ressentais vis-à-vis de cette frayeur irrationnelle s’est envolée. Certains pensent que la littérature peut guérir. Pour ma part, je suis persuadée qu’elle a au moins le pouvoir de nous accompagner sur le chemin de notre humanité. Car les mots apaisent les maux, et la douleur est universelle. Tout ce qui nous unis nous rend plus fort et il est tellement réconfortant pour moi que nous puissions renforcer nos liens aux autres en construisant aussi sur nos failles. Je suis profondément admirative de ce type de courage. Celui d’oser exprimer qui l’on est dans son entièreté. Pas uniquement les cotés glamours et brillants, mais aussi les profondeurs noires et glacées. Virginie Despentes réussit cet exercice avec une force magistrale, ouvrant pour moi, en tant qu’écrivaine, les portes d’une liberté indispensable pour déployer mon propre potentiel, forcément enfoui au cœur de ma propre sensibilité.

Rencontre en terrasse

Elle, très décidée dans un body près du corps au décolleté plongeant sur un dos parfait et un short révélant ses jambes légèrement bronzées. Cette tenue simple, d’un blanc immaculé, mets particulièrement en valeur sa sensualité naturelle. Sa jeunesse est éblouissante de beauté et elle le sait.
Lui, félin, tatoué, musclé sans ostentation. Plus âgé, il dégage une assurance qui donne de la matière à sa silhouette filiforme. Il passe régulièrement sa main dans ses cheveux. Geste de séduction ou de nervosité ?
Ils décident de s’attabler en terrasse, loin des oreilles curieuses qui se sont naturellement dressées à l’intonation d’un accent anglo-saxon inhabituel pour l’endroit.
Elle s’installe, jambes sagement repliées sous sa chaise. Il s’assoit à son tour, s’accoude nonchalamment à la table et décale son corps sur le côté pour déployer ses jambes devant lui, mais son visage reste tourné vers sa jolie interlocutrice. Qui pourrait l’en blâmer, elle est hypnotisante.
C’est elle qui démarre la conversion. Son sourire est éblouissant et lui semble l’écouter avec attention. Elle connaît bien l’endroit et s’y sent parfaitement à l’aise. Ses gestes sont amples, elle se montre particulièrement expressive. En face d’elle, il dégage un grand calme, une attitude presque léthargique. Ses mouvements restent lents, posés. Pourtant, sans pouvoir les entendre, on sent que la conversation est fluide et monte en intensité. On peut le lire dans le mouvement de leurs corps qui se répondent, en alternance, dans une danse discrète mais précise. Il prend la parole, un grand monologue, surprenant, il occupe tout à coup tout l’espace et c’est son tour à elle de se retrouver hypnotisée. Elle boit ses paroles, son visage a changé d’angle pour ne rien louper de cette profusion de mots aussi soudaine qu’inespérée. Tout à coup, elle sait, elle a pris sa décision. Il vient, en un rapide échange, de lui confirmer ce qu’elle avait pressentis le matin même en le croisant dans la rue. Elle vient de capter l’éclat interne qui lui manquait pour avoir l’assurance qu’il était celui qu’elle cherchait. ll sera le sujet de son prochain portrait. Son modèle.

Crédits photo: Angelo Foley; inconnu; auréliemojo.